Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
Le Port aux Français, les indigènes de l'Alaska l'Eden aux Fourrures, le naufrage dans la passe de la Baie
Le Port aux Français, les indigènes de l'Alaska l'Eden aux Fourrures, le naufrage dans la passe de la Baie
Le Port aux Français, les indigènes de l'Alaska l'Eden aux Fourrures, le naufrage dans la passe de la Baie

Le Port aux Français, les indigènes de l'Alaska l'Eden aux Fourrures, le naufrage dans la passe de la Baie

FRANCS-MACONS DE LA MER –XI- La Pérouse des Iles Sandwich à l’Alaska.

 

Le 06 juin 1786 la brume, le froid, l’humidité trempait les vêtements des marins, les braseros flambaient aux entreponts, les baleines étaient en vue.

 

Le 23 juin le Mont Saint Elie se révèle, recouvert de neige, les loutres, les otaries sont présentes. Lapérouse pénètre dans l’Éden de la fourrure, mais son but est la recherche d’un passage au nord pour relier l’atlantique et le pacifique.

 

Le 01 juillet près du Mont Beautemps, les marins découvrent une baie qui ne figure sur aucune carte, aucune nation ne pouvant la revendiquer, ils la désigne, sous le nom de Port aux Français aujourd’hui connue sous le nom de Lituya Bay. Rapidement ils sont abordés par des pirogues chargées d’indiens, ils réclament du fer et proposent en échange des fourrures le troc commence.

Lapérouse prudent pour éviter les vols s’installe sur une île peine perdue, les indiens effrontés, vont jusqu’à revendre aux marins les objets qu’ils ont dérobés.

Lapérouse conforte en ces termes son opinion sur les indigènes : « j’admettrai si l’on veut, qu’il est impossible qu’une société existe sans quelques vertus, mais je dois convenir que je n’ai pas eu la sagacité de les apercevoir. »

 

Lapérouse s’oppose ainsi à Rousseau qui soutenait la bonté de l’homme à l’état naturel. Lapérouse pense que l’homme n’est pas bon par nature, il écrit : « Les philosophes auront beau se récrier contre ce tableau : il font leurs livres au coin du feu et je voyage depuis trente ans. Je suis témoin des injustices de la fourberie de ces peuples qu’on nous peints si bons parce qu’ils sont près de la nature, mais cette nature n’est sublime que dans ses masses, elle néglige tous les détails. Il est impossible de pénétrer dans les bois que la main des hommes civilisés n’a point élagués….de faire société avec des hommes qui sortent de ses mains parce qu’ils sont barbares, méchants et fourbes. »

 

Lapérouse essaye en vain de trouver le fameux passage du nord au fond de la baie, il renonce fait marche arrière.

 

Le 13 juillet il décide de sortir de la baie, de quitter le Port aux Français. Un désastre survient, les deux biscayennes des frégates envoyées en reconnaissance sont prises dans les violents courants de la passe vingt et un marins périront malgré ses efforts et l’aide des indigènes, Lapérouse n’a pas pu les sauver.

Le 30 juillet l’Astrolabe et la Boussole appareillèrent direction Vancouver, puis Monterey. A suivre…..

 

JFG

 

Source et Étiquettes : La Pérouse autour du Monde Edition de Conti.

L’Océan Français.

Cette Loge fût découverte par Pierre Mollier, directeur des archives et de la bibliothèque du Grand Orient de France. Elle réunissait à Paris les fonctionnaires Bretons du ministère de la Marine qui étaient Francs-Maçons et dont le plus célèbre fut Nicolas Trouille, son fondateur. En 1800 elle comptait quarante membres et disparut en 1818.

 

MacCain John Sidney, amiral de l’US Navy, père du candidat malheureux à l’élection présidentielle américaine en 2008, commandant en chef de la flotte du Pacifique pendant la guerre du Vietnam. Il fut « initié » au cours d’une cérémonie « à vue » (en anglais Mason at sight) le 13 décembre 1975 à Washington. Sept généraux et amiraux assistaient à la cérémonie. Plusieurs autres patriotes américains bénéficièrent de la même procédure accélérée : le général Marshall – auteur du célèbre plan portant son nom – en 1941, les astronautes Waly Schirra en 1967 et John Glenn en 1978. Seul le Grand Maître peut décider d’une initiation à vue et, de nos jours, dix sept États américains la pratiquent.

 

 

Sources : Dictionnaire des marins Francs-Maçons Éditions SPM Kronos.

 

Qu’est-ce Qu’un Maçon à vue ou Mason at sight ?

 

C’est un postulant qui a reçu généralement dans la même journée, les trois degrés de la Maçonnerie : Apprenti, Compagnon et Maître et cela sans aucune qualification étude, examen. Cette procédure T G V se déroule dans une réunion spéciale présidée obligatoirement par le Grand Maître de l’obédience. On peut légitimement s’interroger sur le pourquoi, d’une telle procédure, elle institue une hiérarchie d’honneur bien loin de l’initiation aux Lumières ou d’une hiérarchie spirituelle. C’est en quelque sorte une remise de hochet Maçonnique. Le but est bien entendu honorifique, de telles cérémonies se déroulent dans la sphère Anglo-Saxonne et plus particulièrement aux États-Unis.

De telles cérémonies ont eu lieu également en France, les postulants étant généralement des hommes politiques Africains de premier plan, voir des chefs d’États et pour parfaire, cette pseudo initiation elle est suivie en général de la nomination du postulant en qualité de Grand Maître de l’Obédience de son pays, en toute simplicité !! Je crois savoir que ce que l’on appelle la France Afrique y a trouvée de nombreux avantages. Bel exemple de compromission et confusion entre Franc-Maçonnerie et politique.

Cela n’enlève rien par ailleurs à la qualité de certains postulants, mais la Franc-Maçonnerie a t’elle besoin de ce genre de pseudo cérémonie, je ne suis pas persuadé en tout cas que cela la grandisse aux yeux des profanes !

 

JFG 

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog