Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
FAIRE RENAÎTRE LES LUMIÈRES, RANGER LES COUTEAUX !

FAIRE RENAÎTRE LES LUMIÈRES, RANGER LES COUTEAUX !

 

Pour nos enfants.

 

A la recherche d’un paradis, l’espoir porte t’il en germe du malheur, la sotériologie cette science théologique détourne t’elle du réel et de la raison nos enfants ?prend la forme de spots publicitaires sur la toile, les spiritualités se diversifient, s’atomisent et donc se mercantilisent.

La quête du sens de la vie est laissée aux extrémistes, on sous paye nos enseignants en leur demandant sans cesse plus, alors que les parents renoncent de plus en plus à leurs devoirs.

Les petro dollars construisent les maisons ou se propagent les idées des barbares assoiffés du sang de nos enfants.

Il est temps que renaisse les Lumières, telles définies par Lessing et Kant à leur apogée leur point de perfection. Lessing écrit :

« La révélation avait conduit sa raison, et maintenant la raison illuminait soudainement sa raison. »

Les Lumières sont donc l’éducation de et à la raison. La raison éclairée est la raison éduquée à la raison, la raison majeure, qui n’a plus besoin d’une révélation extérieure et sensible, mais qui peut se mettre d’elle même en rapport avec les vérités spirituelles, c’est la reconquête de la Liberté pour nos enfants indispensable pour nous, car nous avons besoin d’eux, ils sont notre chair et notre avenir. Faire renaître pour eux, pour nous ces Lumières, nos Lumières est notre devoir au sens Maçonnique de ce devoir. Ainsi nous redonnerons du sens à leur vie et au mot transmission.

Ci dessous un texte anonyme qui plaide aussi pour les Lumières.

 

JFG.

FAIRE RENAÎTRE LES LUMIÈRES, RANGER LES COUTEAUX !

J'ai besoin de toi...

Nous détenons le record mondial du suicide

chez les adolescents.

(Sommes-nous assez distincts comme ça?!)

C’est ce phénomène tragique du suicide chez les jeunes

qui m’a incité à m’intéresser à la troublante question des

kamikazes. Ce mot japonais nous est devenu familier

pendant la Seconde Guerre mondiale. Il se rapporte à ces

jeunes pilotes qui, à bord de leur avion porteur d’une

bombe, plongeaient sur un navire ennemi – américain

donc – sacrifiant ainsi leur vie pour l’honneur et la patrie.

 

On emploie parfois, ces années-ci, le mot kamikaze à

propos de ces bombes humaines qui se font sauter en terre

ennemie, entraînant avec eux dans la mort autant de

victimes que possible. Car il faut savoir que, si certains

candidats à la mort volontaire pour une cause sont des

psychotiques, il demeure que la plupart sont en fait des

adolescents normaux.

 

Je suis d’autant plus sensible à la détresse de certains

adolescents que j’ai moi-même connu de grandes difficultés à cette étape de ma vie. Je dois à quelques adultes éclairés, à leur perspicacité et à leur générosité, de m’en être tiré. Mais il me restera sans doute toujours, tout au fond de moi, quelque chose de cette détresse. Et lorsqu’il m’arrive de la reconnaître chez des adolescents, à travers leur quête effrénée de sens, mon intérêt s’éveille.

 

Le Nouvel

Observateur,

mars 1996.

 

J’ai trouvé un jour un article portant sur un de ces candidats au martyre pour la cause islamique, Musa Ziada, un jeune garçon de 15 ans. Sans la vigilance de son père, ce jeune militant du hamas aurait noué autour de sa taille une ceinture de 8 kilos de TNT, pour ensuite se rendre en Israël y semer la mort dans un lieu public, au prix de sa propre vie.

 

– " À la mosquée, explique-t-il, ils m’ont dit

que le martyre menait droit au Paradis. "

 

On l’a aussi assuré qu’un martyr pouvait gagner l’entrée au paradis pour soixante-dix de ses proches, amis ou membres de sa famille. Je prends note que l’idée de servir les siens, d’être

utile aux autres, à sa communauté, puisse être auprès de ces jeunes gens un argument en faveur de la mort volontaire.

 

Durant les mois où on le conditionnait à accepter le destin

de martyr, chaque fois qu’une bombe éclatait, Musa disait :

 

– " Si seulement c’était moi, le martyr... "

Son père explique :

– " Mais nous n’y avons pas attaché

d’importance. C’est comme ça que parlent tous les jeunes dans la rue... "

 

À propos de ceux qui l’ont recruté, l’assurant qu’il avait

l’étoffe d’un martyr, Musa dit :

 

– " Ce sont des gens comme les autres. Leur travail est de convaincre des garçons de notre âge de commettre des attentats-suicides. " Et si on lui demande pourquoi ces recruteurs ne faisaient pas le voyage eux-mêmes, il répond :C’est de cet appel, que les jeunes d’aujourd’hui manquent.

 

– " Je n’étais pas là pour discuter... Je voulais être convaincu. "

 

Ce jeune garçon me touche beaucoup. Je reconnais en lui l’adolescent que j’ai été. À la recherche d’un sens à la vie, d’une raison de vivre, peut-être même de mourir, en quête d’une cause.

 

Je me suis parfois demandé si j’aurais pu, à l’adolescence

et jusqu’à dix-huit ou vingt ans, me consacrer sans réserve

à une cause. Je n’ai aucun doute, dans l’éventualité où on

m’eût demandé de vivre pour une cause. Je suis plus réservé dans celle où on m’aurait demandé de mourir pour

elle. Encore que...

 

Un jour, je devais avoir quinze ou seize ans, un adulte m’a

dit, avec l’intention de m’engager avec lui et quelques autres dans une forme de service social :

 

– " J’ai besoin de toi... "

 

Et comme il était un vrai leader, il a ajouté :

 

– " Et quand je dis: j’ai besoin de toi..., je ne

veux pas dire que j’ai besoin de quelqu’un en

général, de n’importe qui, mais que j’ai

besoin... de toi! "

 

J’ai alors, pour la première fois, vu le monde comme un lieu où j’avais ma place et où je pouvais investir dans une cause la capacité d’engagement de l’adolescent que j’étais.

 

" J’ai besoin de toi... "

 

J’entends encore parfois cette phrase qui résonne en

moi. C’est de cet appel, que les jeunes d’aujourd’hui manquent.

Je ne soutiens pas pour autant que les jeunes doivent se

mettent au service des intégrismes. Je déplore au contraire

qu’il n’y ait plus que les intégrismes, politiques, sectaires

et autres, pour songer encore à faire appel à la capacité

d’engagement des adolescents. Mais nous sommes dans un

monde de compétition et de performance, à la vision

mécaniste et matérialiste, où l’être humain est constamment ramené au modèle de l’homo economicus, obsédé par la rentabilité, la productivité : dans une société où il n’est plus un citoyen mais d’abord un consommateur de biens et de services, de la naissance à la mort...

 

Je souhaite simplement que l’on puisse dire sans rire à nos

adolescents, afin de canaliser cette belle énergie de l’engagement qui leur est propre et de leur permettre ainsi

de trouver un sens à la vie :

 

– " J’ai besoin de toi! "

 

Auteur Anonyme.

Commenter cet article

Ange-au-sourire 19/09/2016 10:44

Je te remercie de ton commentaire JFG. Il y a de l'espérance et de la force dans tes propos. Thésée affronte le Minotaure. Une fois de plus. Espérons en notre humanité, en l'amour, à l'intelligence, en nos valeurs, en nos combats intérieurs, pour le mettre à terre. Très bonne semaine à toi. A Paris, il pleut...

Ange-au-sourire 18/09/2016 20:39

Merci JFG de ces deux beaux textes qui font appel à la raison. Garder raison : c'est difficile, avec tous ces attentats... dans le monde... et (pour moi) depuis 2001 à New York, depuis 2015 à Paris... nos enfants touchés dans leur chair... Je ne parviens pas à plaindre les terroristes, même les jeunes, ces bombes vivantes qui tuent...Les barbares nous rendent insensibles. La haine rend insensible. C'est la chose la plus difficile qui soit, de ne pas rendre la haine pour la haine. Il faut atteindre un état de détachement proche de la sagesse. Je ne sais pas si ce que j'écris sert le propos initial. Et comment transmettre la lumière à ceux qui lui qui tournent le dos ? J'avoue que je ne le sais pas.

JFG 19/09/2016 05:51

Merci à mon tour pour ton commentaire Ange au sourire, je comprends tes sentiments et je les partagent en effet, nous sommes des hommes et non des barbares et animés de sentiments, face à ces barbares nous avons d'abord de la compassion pour les victimes, puis nous sommes saisis par l'horreur, puis viens le temps de la vengeance, et seulement quand les barbares retrouvent la voie de la raison, de la justice, de la contrition, des regrets et des remords, alors alors seulement si nous en avons la force, nous pouvons retrouver nous mêmes retrouver le pardon, qui éloigne la vengeance qui ne peut que nous détruire nous-mêmes et c'est bien le but de ces marchands de terreur, nous faire perdre l'espérance et l'amour d'autrui.
Bonne semaine.
JFG

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog