Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
LA FLEUR D'OR

LA FLEUR D’OR

 

« Le naturel s’appelle la voie. La voie n’a ni nom ni forme : c’est simplement l’essence de l’esprit primordial. »

Lu Tsou.

 

C’est un traité alchimique, chinois taoïste, il a été attribué à Dong bin Lü, maître taoïste un des huit immortels de la mythologie populaire chinoise. Carl Gustav Jung en est le traducteur scientifique reconnu.

 

Jung dans ses recherches sur la psychologie des profondeurs s’est fortement inspiré de l’alchimie chinoise et de ce traité, ses démonstrations pour relier l’inconscient personnel à l’inconscient collectif et inversement, font penser à la table d’émeraude.

 

Véritable initiation, descente en soi-même et montée vers la spiritualité, par la méthode du symbolisme connue des enfants de la lumière en recherche de la vérité et de la parole perdue, de la parole initiale, initiatrice.

 

Cette recherche de la lumière intérieure, de ce que Jung appelle l’individuation, est pour le franc-maçon l’initiation. D’où l’intérêt conjugué entre les adeptes de Jung et les francs-maçons, pour l’alchimie et l’ésotérisme en général.

 

Les philosophes des religions comparées que sont : René Guénon, Mircea Eliade, Georges Dumézil, Henry Corbin, Antoine Faivre, Gilbert Durand se sont comme Jung intéressés aux expériences menées par les alchimistes, dont l’objectif, n’était pas la transformation des métaux, ceux-ci était restés à la porte de leurs laboratoires, comme nous laissons les nôtres à la porte de la loge, leur objectif était bien le travail sur la matière, mais la matière humaine, il s’agissait pour eux de modifier, de métamorphoser l’être. De faire surgir des profondeurs l’être intérieur, de faire passer la lumière, pour passer de l’avoir à l’être. Là est la véritable alchimie.

 

Faire travailler l’esprit, l’imagination, activer la flamme éternelle, intemporelle, universelle qui brûle en tout homme.

 

Cette flamme qui du cabinet de réflexion où elle vacille, monte des profondeurs de l’être, jusqu’à l’Orient dans l’espace sacré de la loge, véritable œuf alchimique, athanor de la transformation. Cette flamme qui parcoure les colonnes, de la pâleur de lune à l’éclat du soleil et propage la sagesse de sa grande lumière, sa beauté et sa joie dans les cœurs des sœurs et des frères réunis dans une chaîne fraternelle, dont les maillons s’ouvrent sans fin à travers le temps et l’espace, pour accueillir les cœurs purs, qui frappent, demandent, et cherchent la lumière.

 

Cette lumière intérieure de l’épanouissement de l’esprit s’éveille comme une fleur d’or, cette fleur est comme le Lotus des colonnes du temple elle pousse sur une terre en jachère, une eau parfois trouble et fétide, mais elle donnera pourtant une merveilleuse fleur, car cette fleur se nourrit aussi de la rosée céleste quelle conserve dans son réceptacle, elle se déploie et s’éveille comme l’esprit.

 

Ainsi l’être fragmenté se réunit dans le cœur de la fleur d’or, de la rose mystique, d’elle monte le subtil dans les volutes de l’encens, d’elle naît la quintessence de l’être. Cultiver et cueillir la fleur d’or permet accéder aux profondeurs de son être, sans entraves, sans dogmes, par la seule force de sa volonté, après avoir fait le vide en soi, évacuer les scories, tous les savoirs pour accéder à la Connaissance,  les encombrants inutiles de l’ego, pour pouvoir retrouver l’esprit originel, par une nouvelle naissance.

 

Comment ? Par une méditation personnelle, un silence absolu sur les secrets du sacré, et par la force des colonnes de la loge c’est-à-dire le collectif l’aide fraternelle. La mise en mouvement de cet éveil intérieur pour les francs-maçons se fait par la pratique en loge du rituel initiatique, par l’ouverture des travaux, l’esprit s’ouvre, par le tracé du tableau de loge véritable mandala maçonnique, couvert d’une forêt de symboles, et puis à force de travail et persévérance viendra une douce habitude du bien et du beau, si bien que les travaux un jour ne seront plus fermés mais simplement suspendus ; le temps nécessaire au repos, à la respiration régénératrice pour reprendre force et vigueur.

 

Celui qui cherche la fleur d’or est semblable à celui qui visite l’intérieur de la terre à la recherche de la pierre mystérieuse du philosophe, semblable à celui qui recherche au fond de lui, de son soi la flamme qui donne du sens à sa vie, qui l’éclaire c’est un compagnon qui cherche l’étoile. Il cherche ce feu qui fait revivre sans cesse la salamandre et le phénix, c’est celui qui voit l’or dans le plomb, alors que d’autres n’y voient que du vil métal, ils sont dans l’espérance, ils croient à la perfectibilité de l’homme, à sa transformation progressive.

Ils ont la foi maçonnique, la certitude du possible perfectionnement  de la matière, pour en sortir la moelle rabelaisienne.  Ce sont ceux qui voient la fumée qui s’élève du tertre ou est enfoui le maître intérieur, qui constatent que la chair quitte les os, qui regardent la branche d’acacia imputrescible plantée par les maîtres en attente de la re naissance radieuse.

 

Ces maîtres là, sont ceux qui cherchent la fleur d’or, ou la rose mystérieuse  de l’amour, sans laquelle tout n’est rien.

 

Jean-François Guerry.

 

 

Note : Sources C G Jung est l’avenir de la Franc-Maçonnerie par Jean-Luc Maxence.

 

La Fleur d’or auteur présumé Dong bin Lü Maître taoïste. Éditeur scientifique C G Jung source BNF.

LA FLEUR D'OR
LA FLEUR D'OR

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog