Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
LA TENTATION DE L'EXIL

LA TENTATION DE L’EXIL.

 

L’exil peut prendre différentes formes, quand il n’est pas volontaire, Madame de Staël en parlait ainsi :

 

« L’exil est quelquefois pour les caractères les plus vifs et sensibles un supplice plus cruel que la mort. »

 

Victor Hugo y fut contraint pour échapper aux conséquences de ses prises de positions politiques. Cela lui inspira de Guernesey ou la rumeur dit qu’il fut proche des Loges, un beau poème :

 

Victor HUGO (1802-1885) (Recueil : Les quatre vents de l'esprit) - Exil

Si je pouvais voir, ô patrie,

Tes amandiers et tes lilas,

Et fouler ton herbe fleurie,

Hélas !

Si je pouvais, - mais, ô mon père,

O ma mère, je ne peux pas, -

Prendre pour chevet votre pierre,

Hélas !

Dans le froid cercueil qui vous gêne,

Si je pouvais vous parler bas,

Mon frère Abel, mon frère Eugène,

Hélas !

Si je pouvais, ô ma colombe,

Et toi, mère, qui t'envolas,

M'agenouiller sur votre tombe,

Hélas !

Oh ! Vers l'étoile solitaire,

Comme je lèverais les bras !

Comme je baiserais la terre,

Hélas !

Loin de vous, ô morts que je pleure,

Des flots noirs j'écoute le glas ;

Je voudrais fuir, mais je demeure,

Hélas !

Pourtant le sort, caché dans l'ombre,

Se trompe si, comptant mes pas,

Il croit que le vieux marcheur sombre

Est las.

 

Il dira encore au sujet de l’exil :

« Vie pauvre, exil, mais Liberté, mal logé, mal couché, mal nourri. Qu’importe que le corps soit à l’étroit pourvu que l’esprit soit au large. »

 

C’est donc un paradoxe que de l’exil souffle un vent de Liberté ? Liberté de l’exil, oui mais la condition que l’exil soit volontaire. Qui en effet n’a pas éprouvé un jour la tentation de l’exil. La volonté de se retirer du monde, de se défaire du vêtement de ses habitudes, d’oublier les heures de la montre, pour vivre avec la course du soleil.

L’exil peut prendre parfois l’aspect d’un renoncement, mais il peut aussi être un désir de quête intérieure, un besoin de se retrouver, de se régénérer.

Et puis ne sommes nous pas déjà en exil sur cette terre, ou règne trop souvent les excès des passions, les conflits permanents. L’exil volontaire n’est t’il pas une retraite passagère, l’hallesthaï des grecs ou l’exsilium des romains c’est à dire un bond, un saut ailleurs.

 

Une retraite passagère, un retour vers soi-même, une toilette de l’esprit, pour une vision de son être intérieur. Renouer avec sa vérité dégradée par le fil du temps. L’exil peut être une cure de jouvence à la fontaine ou l’eau coule pure scintillante comme une lumière sans fin.

 

 L’exil est aussi une manière de retrouver les autres, après s’être retrouvé soi-même, plus radieux que jamais. Un passage nécessaire, un besoin de monologue pour parler avec son cœur et faire renaître le dialogue avec ses Frères.

 

Redécouvrir la réaction de ses sens dans un milieu différent, voir hostile, pouvoir les faire revivre pour mieux les maîtrisés à nouveau, comme une reconquête de la totalité de son soi.

 

L’exil s’il est facilité par un déplacement, un éloignement de son milieu, peut très bien se vivre en fermant la porte de son bureau, de son cabinet de réflexion, pour une minute, une heure, un jour de méditation. Un exil temporaire renouvelé comme une discipline, pour une acceptation de son soi profond, à offrir ensuite comme on partage le pain. Que pouvez-vous mon Frère apporter à la Loge ? Je ne sais pas peut-être un peu de moi-même.

 

JFG.

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog