Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
SAMEDI ACTUALITÉS MAÇONNIQUES

 SUR LE BLOG LA LUMIÈRE

 

Grande Loge de France. 

 

Après avoir été réélu Grand Maître de la Grande Loge de France (GLDF) avec 83% des voix, Philippe Charuel entame une deuxième année de mandat. Il dévoile ici la nouvelle stratégie de son obédience. C’est peu dire qu’il y a du changement dans l’air !

 

ENTRETIEN

Le paysage maçonnique français est très atomisé, comment distinguer en quelques mots la GLDF des autres obédiences ?

 

Nous sommes spiritualistes et humanistes. Alors que le GODF se dit sociétal et humaniste (même si son nouveau Grand Maître Christophe Habas parle de spiritualité) et la FFDH est spiritualiste et sociétale. Quant à la GLFF, elle y ajoute un combat féministe. Les relations entre obédiences sont désormais sereines et apaisées.

 

Y compris avec la GLNF, qui n’a pas apprécié l’alliance de la GLDF et de la GLAMF (scission de la GLNF) au sein de la Confédération ?

 

Il est vrai que la Confédération Maçonnique de France [CMF] était un projet concurrent, puisqu’il s’agissait de prendre la place de la GLNF comme obédience reconnue par la GLUA [Grande Loge Unie d’Angleterre]. Tout cela est derrière nous. On ne court plus après une chimère anglo-saxonne. La franc-maçonnerie anglaise et américaine est d’ailleurs en chute libre alors que les effectifs de la GLDF ont grimpé de 14 000 à 34 000 depuis mon initiation, il y a 32 ans.

 

Voulez-vous dire que votre stratégie a changé ?

 

La route de la GLDF n’est pas celle de la régularité londonienne. Nous nous estimons réguliers… sans imposer de croyance en Dieu. Notre voie est consensuelle.

 

La CMF existe-elle encore ?

 

La CMF n’existe plus. Depuis septembre 2015, nous avons constitué à la place un Pôle de Tradition avec les 15 000 frères théistes de la GLAMF. Très vite, la GLTSO nous a rejoints, puis, quelques mois plus tard, la GLFF. Ce Pôle est informel et son coordinateur est Alain Juillet [l’ancien Grand Maître de la GLAMF devenu Président de la CMF]. En 2017, nous organiserons des colloques régionaux. Nous respectons les débats sociétaux, mais nous pensons qu’il faut aussi communiquer sur la spiritualité et l’humanisme.

 

Comme au GODF, l’âge moyen de vos frères est de 59 ans. Pourquoi avez-vous tant de mal à recruter des jeunes ?

 

Après l’expérience du Colloque commun avec la GLFF à Paris (en avril dernier), nous voulons réussir mieux encore dans cette voie en organisant des rencontres dans de grandes villes de provinces : le 4 mars 2017 à Lille et le 10 juin 2017 à Marseille. A partir de 13 h 30, car nous avons compris que les jeunes ne viennent pas le matin.

 

Votre Dîner annuel du 24 septembre a pour invité François Barouin, soutien de Nicolas Sarkozy à la primaire du parti LR. N’est-ce pas gênant pour votre indépendance ?

 

Nous avons invité François Baroin es qualité de président de l’Association des Maires de France, très longtemps avant qu’il décide de soutenir Nicolas Sarkozy. Les années précédentes, nous avions invité Christiane Taubira et Najat Valaud-Belkacem. A notre Dîner annuel, j’ai aussi convié des chanteurs populaires : Yves Duteil, Bernard Lavilliers, Michel Fugain et Renaud. Fugain a répondu positivement.

SAMEDI ACTUALITÉS MAÇONNIQUES
SAMEDI ACTUALITÉS MAÇONNIQUES

JOURNÉES DU PATRIMOINE A LA G.L.D.F.

Visites des Temples à Paris et en Province 

 En province

Avignon, Lyon/Villeurbanne, Marseille, Rochefort… De nombreux sites de la Grande Loge de France accueilleront le grand public dans leurs locaux à l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2016. L’occasion de découvrir de magnifiques temples, d’assister à des conférences, etc.

Renseignements, Infos sur www.gldf.org

 

LES CONFÉRENCES DU G.M. de la G.L.D.F.

 

CONFÉRENCES PUBLIQUES DU GRAND MAÎTRE

 

 

> Vendredi 16 septembre 2016, à 17 h 30, à Rochefort (17)

« La Grande Loge de France, une invitation dynamique pour l’avenir »

Une conférence publique à l’occasion des 240 ans de la loge L’Accord Parfait

Auditorium du palais des congrès - 40, rue Jean Jaurès - 17300 Rochefort

Entrée libre et gratuite

 

> Mardi 11 octobre 2016, à 20h30, Le Mans (72)

"Être Franc-maçon aujourd'hui"

Salle des Saulnières - 239 avenue Rhin et Danube - 72000 Le Mans

Entrée libre et gratuite - Parking gratuit

Renseignements et inscriptions : gldf@francmaconneriesarthe.fr

 

> Vendredi 14 octobre 2016, à 18h30, à Valenciennes (59)

« La Grande Loge de France : une invitation dynamique pour un avenir radieux 

Espace de la Plaine - rue de la Plaine - 59300 Valenciennes

Entrée libre et gratuite

 

Infos sur WWW.gldf.org

 

 

SAMEDI ACTUALITÉS MAÇONNIQUES

LE DROIT HUMAIN

 

Alain Michon a été initié dans une loge grenobloise du DROIT HUMAIN en 1998. Il vient d’être réélu pour un second mandat de trois années au Conseil National de la Fédération française.

Dans son propos de clôture du Convent 2016, le nouveau Grand Maître National a tenu à situer sa réflexion dans le contexte actuel. Il a marqué sa grande préoccupation face aux risques de divisions inquiétantes  parcourant la société française. Il a insisté sur l’impérieuse nécessité de trouver des perspectives d’avenir partagées pour construire une humanité organisée en sociétés libres et fraternelles. A cette tâche les francs-maçons de la Fédération française du DROIT HUMAIN veulent apporter leur pierre.

Voici un extrait de son discours…

« Il faudra que nous soyons d’une grande vigilance car les temps qui viennent risquent de voir s’exprimer en toute impunité des messages de violences et de rejets. Autant de menaces contre la République fraternelle et unie que nous aimons. Des haines en miroir pourraient se nourrir l’une de l’autre et dessiner le pire cauchemar potentiel qui soit. Soyons donc très attentifs : des fissures, puis des failles pourraient s’ouvrir.

Soyons prêts à condamner le pire, à faire entendre la voix de paix et de partage à laquelle aspirent beaucoup plus de citoyens que nous ne l’imaginons. Il faudra trouver des mots qui rassemblent et qui ouvrent des perspectives raisonnées, et les faire entendre. Ne soyons pas les somnambules dont vient de parler récemment Edgar Morin.

Cette année la vie estivale fut brisée de morts, et beaucoup dans le monde se sont émus. Au bord de la Méditerranée, une nuit de 14 juillet, des vies, toutes sortes de vies, venant de partout pour une fête, ont été percutées, écrasées avec une sinistre et terrifiante application. 

Puis il y eut Saint Etienne du Rouvray.

L’année nous est revenue en mémoire. En France mais aussi en Europe et dans le monde, des explosions, des massacres, des destructions d’humanité. 

Et toujours les guerres.

Est-ce ainsi que des hommes et des femmes vivent, et meurent ?

Depuis un an, par milliers, des morts au fond de la Méditerranée, anonymes et sans autre tombe ou sépulture qu’une barcasse déglinguée. Un pays frontalier du nôtre a récemment fait remonter du fond de la mer environ 700 noyés – qui connaît le chiffre exact ? – d’une nuit d’avril 2015. Pour essayer de donner à ces corps, et grâce à des outils modernes, un nom, un pays de départ, un peu d’humanité. Retrouver une trace d’une histoire de vie, ne pas être juste un néant dans une statistique connue, mais ignorée. Ce projet magnifique est peut-être voué à l’échec, mais au moins existe-t-il. Ote-t-il pour autant l’effroi de leur mort ? 

Est-ce ainsi que des hommes et des femmes vivent, et meurent ?

Où est leur renaissance dans l’oubli de la grande nuit ?

Le rêve et la volonté maçonniques de construire une humanité fraternelle sont intacts, bien sûr, ils ne sont pas diminués par ces horreurs, mais ils semblent se heurter au deuil, à la haine, à la perte, aux régressions en tous genres. L’idéal de la maçonnerie mixte du DROIT HUMAIN est-il audible ? Comment le faire entendre dans le brouhaha des prétendues informations dites en continu ?

Comment s’y prendre pour dire, affirmer, promouvoir l’idée que « l’Amour est plus fort que la mort » ? Il ne s’agit pas d’être faibles, naïfs ou lâches face aux franchisés de la terreur. Bien sûr que non. Il s’agit du fond des choses.

Le découragement alimente la mort. Pour demeurer fidèles il faut donc nous déprendre de la Mort qu’on pourrait croire plus forte que l’Amour. 

Il faut trouver la force de réfléchir librement et au bon rythme au devenir du monde. Pour nous préparer à l’action. Car les francs-maçons du DROIT HUMAIN ne sont pas de purs contemplatifs. Des questions essentielles doivent s’activer ou se réactiver: Liberté – Egalité – Fraternité – Laïcité, liberté absolue de conscience, valeurs humanistes, universalité, République et République française, frontières, altérité, lutte contre le racisme et la xénophobie, droits des femmes…

Les francs-maçons du DROIT HUMAIN sont animés de la flamme de l’union, désireux de chercher, de faire du sens, et non d’user une langue de bois formelle. Leur rêve d’une humanité organisée en sociétés libres et fraternelles doit plus que jamais reprendre force et vigueur. Dans certains moments c’est justement là qu’il ne faut rien lâcher.

Nous ne devons pas davantage laisser sur le côté du chemin tout ce qui nous conduit à réfléchir à la société comme elle ne va pas, et aussi aux projets d’avenir mis en œuvre ici ou là.

Nous voyons bien que certains beaux mots filent à vau-l’eau, en d’étranges bouches parfois. Culture historique défaillante, logorrhée des éléments de langage usés jusqu’à la nausée, tics de com’. Il faudrait pouvoir « redonner un sens plus pur aux mots de la tribu » comme disait le poète, pensant « peuple » et non tribalisme bien sûr. Nous réapproprier la mesure des mots, mais aussi la mesure des réalités, des vrais enjeux, de la complexité des choses.

« Utopie » par exemple est piégé, certains l’associant à une inutile construction de l’imagination, voire à une coercition, à l’horreur de la pensée et du comportement uniques. L’écrivain italien Erri De Luca suggère que l’utopie soit au début des projets, non à leur fin… Cette idée n’est pas une pirouette de sophiste roublard.

Par ailleurs des alternatives qui prennent en compte l’humain  existent bien. Sachons voir des perspectives, c’est la meilleure réponse aux monstres qui rôdent en France et en Europe. Renouons avec l’appel à la culture ouverte, sur tous les plans, de la science à l’Art. Qui dit un mot sur ces sujets dans notre monde trop envahi par la précipitation ? Qui parle d’éducation ? Ce ne sont que des exemples.

Nous voulons, nous devons œuvrer pour la Beauté de la Fraternité. Et il faut user de tous nos outils. 

Nous sommes reliés à cette idée du « Droit humain ». Ces deux termes contiennent, si on les développe et si on leur donne toute leur portée, un vrai projet d’avenir pour le progrès de l’Humanité.

A nous de les faire vivre aujourd’hui. »

SAMEDI ACTUALITÉS MAÇONNIQUES

FRANC-MAÇONNERIE MAGAZINE

Alors que la plupart des premiers rites « égyptiens » n’ont pas survécu à la Révolution française, dans la première moitié du XIXe siècle, apparaissent en France les rites de Misraïm et de Memphis. Tous deux se réfèrent à l’Égypte : Misraïm signifie en hébreu « les Égyptiens », tandis que Memphis est une des capitales de l’Égypte pharaonique. Séparés et même concurrents pendant des décennies, ils s’associeront très diversement à la fin du XIXe siècle, pour donner naissance aux rites de Memphis-Misraïm, aujourd’hui plus vivants et plus répandus que jamais.

A la UNE de ce numéro :

Les rites égyptiens, une fascination pour l’Orient; Memphis-Misraïm - Sagesse antique et occultisme; La franc-maçonnerie en Egypte ou l'idéal du vivre-ensemble; Philosophie : Le scepticisme, une école de lucidité; Société : La République est-elle soluble dans la démagogie; Culture : Partir à Blois, un rendez-vous avec l’Histoire

SAMEDI ACTUALITÉS MAÇONNIQUES
SAMEDI ACTUALITÉS MAÇONNIQUES

A LIRE TAROT DE MARSEILLE

Cet ouvrage vous invite à entrer dans le jeu du Tarot de Marseille en passant une à une les portes destinées à vous faire découvrir les secrets des arcanes majeurs. Un parcours ésotérique qui conduit au seuil du dialogue le plus riche, le plus intense, le plus passionnant, car unique : le dialogue avec vous-même. Trois personnages vous accompagnent tout au long de ce voyage qui fait appel à l’intelligence, l’intuition, l’imagination, la sensibilité… 

VU sur GADLU INFO.

SAMEDI ACTUALITÉS MAÇONNIQUES

SUR LA FRANC-MAÇONNERIE AU COEUR 

Article sur l'identité, les identités.....

LE COMMENTAIRE DE CINCINNATUS !

 

Il en va des « Obédiences » au sein de la Maçonnerie comme il en va des diverses « communautés » au sein d’un même pays :

Il ne peut y avoir de « rassemblement » effectif, que si tous partagent les mêmes valeurs autrement dit la même identité, maçonnique pour les unes, nationale pour les autres, aussi convient il de définir ces fameuses identités sinon on parle de n’importe quoi et les mots n’ont pas le même sens pour tous. 

Il a déjà été question de « l’Identité Nationale » n’y revenons pas, mais parlons plutôt de  « l’Identité Maçonnique » dans laquelle chacun des présumés frères aspire à se reconnaître.

Vu de l’extérieur, la FM apparait comme plurielle, multiforme, et …divisée, ce qui est un comble pour une association qui prétend « réunir » !

Aussi, afin de donner au monde profane l’illusion de l’unité, est il de bon ton pour les diverses obédiences de multiplier les postures,  de faire semblant d’être d’accord, ce qui fait que l’on se tapote gentiment, que l’on se donne du TCF, que l’on s’embrasse frénétiquement, que l’on s’étreint chaleureusement, qu’on se reçoit (mais « hors tenues »), qu’on évite d’aborder franchement les sujets qui fâchent,  etc…bref tout cela manque singulièrement de sincérité et n’abuse personne !

            Comment pourrait il en être autrement quand on constate :

* que déjà au sein d’une même obédience des affrontements peu fraternels se manifestent, voir la situation à la GLAMF concernant le REAA, 

* que les tentatives de « regroupements » sous quelque forme que ce soit de diverses obédiences n'aboutissent pas, voir le coup mortel qui vient d’être porté à la fameuse « Confédération Maçonnique Française » !  

 Je n’aurai pas l’impudence de rappeler la guerre picrocholine qui a fait éclater la GLNF mais je pose la question suivante :

Qui me dira exactement ce en quoi consiste cette « identité maçonnique » sinon … la Maçonnerie elle même?

En effet, il y a un abîme entre celle qui se dit "régulière" et celle qui ne le serait pas, même si à travers les décors, les rites, le vocabulaire, les  ambitions proclamées,  existent indéniablement des similitudes, la première d’entre elles étant bien évidemment l’esprit de fraternité qui doit régner entre les hommes.

A ses origines, c’est du moins ce que l’on m’avait dit, la FM était incontestablement déiste (sinon théiste et même chrétienne !), son objet était le perfectionnement de la société à travers celui des individus et sous l’égide du GADLU ; ce dernier « déborda » par la suite du cadre étroit du Christianisme pour s’étendre aux gens du livre, sinon « des » livres ; la politique et la religion étaient absolument bannies des ateliers, les Maçons se devaient d’être des citoyens exemplaires, et le recours au « volume de la sainte loi » permettait d’apporter une réponse à toutes les situations.

Est-ce vraiment cela que l’on observe, je m’interroge, et vous ?

En effet, des « obédiences » et non des moindres, du moins en France, sont laïques après avoir été franchement anti – cléricales ; elles traitent des thèmes de société, abordent les sujets politiques ou autres, ont une vision de l’évolution des mœurs en contradiction avec ce que prescrit le VSL, toutes choses incompatibles à priori avec la doctrine initiale de la Maçonnerie, alors comment parler d’unité.

Si la mode actuelle est au « bisounours » inter - obédientiel, et c’est mieux bien sûr que de se regarder en chiens de faïence, cela pue quand même parfois à plein nez, le « je t’aime moi non plus ».

Si nous voulons créer une « identité maçonnique », laquelle serait la preuve et le gage de l’union de « ce qui était épars » il faudrait définir une fois pour toutes ce qu’est la Maçonnerie et cesser de raconter la chose et son contraire aux candidats, cela en fonction des obédiences à la porte desquelles ils sont allés sonner, avec la foi du charbonnier.

Il est probable que la difficulté majeure à résoudre en vue d’aller vers une certaine unité, est relative à la reconnaissance ou non du GADLU, mais qui proposera  une solution susceptible de satisfaire tout le monde et qui n’ira pas à l’encontre de la tradition maçonnique ?

Pardon pour le caractère impie de ce qui va suivre, mais faute d’intervention du GADLU lui-même je ne vois guère d’espoir !

 

http://www.lafrancmaconnerieaucoeur.com/2016/09/reunir-ce-qui-est-epars.html

http://www.lafrancmaconnerieaucoeur.com/2016/09/reflexions-identite-nationale-et-franc-maconnerie.html

Il en va des « Obédiences » au sein de la Maçonnerie comme il en va des diverses « communautés » au sein d’un même pays :

Il ne peut y avoir de « rassemblement » effectif, que si tous partagent les mêmes valeurs autrement dit la même identité, maçonnique pour les unes, nationale pour les autres, aussi convient il de définir ces fameuses identités sinon on parle de n’importe quoi et les mots n’ont pas le même sens pour tous. 

Il a déjà été question de « l’Identité Nationale » n’y revenons pas, mais parlons plutôt de  « l’Identité Maçonnique » dans laquelle chacun des présumés frères aspire à se reconnaître.

Vu de l’extérieur, la FM apparait comme plurielle, multiforme, et …divisée, ce qui est un comble pour une association qui prétend « réunir » !

Aussi, afin de donner au monde profane l’illusion de l’unité, est il de bon ton pour les diverses obédiences de multiplier les postures,  de faire semblant d’être d’accord, ce qui fait que l’on se tapote gentiment, que l’on se donne du TCF, que l’on s’embrasse frénétiquement, que l’on s’étreint chaleureusement, qu’on se reçoit (mais « hors tenues »), qu’on évite d’aborder franchement les sujets qui fâchent,  etc…bref tout cela manque singulièrement de sincérité et n’abuse personne !

            Comment pourrait il en être autrement quand on constate :

* que déjà au sein d’une même obédience des affrontements peu fraternels se manifestent, voir la situation à la GLAMF concernant le REAA, 

* que les tentatives de « regroupements » sous quelque forme que ce soit de diverses obédiences n'aboutissent pas, voir le coup mortel qui vient d’être porté à la fameuse « Confédération Maçonnique Française » !  

 Je n’aurai pas l’impudence de rappeler la guerre picrocholine qui a fait éclater la GLNF mais je pose la question suivante :

Qui me dira exactement ce en quoi consiste cette « identité maçonnique » sinon … la Maçonnerie elle même?

En effet, il y a un abîme entre celle qui se dit "régulière" et celle qui ne le serait pas, même si à travers les décors, les rites, le vocabulaire, les  ambitions proclamées,  existent indéniablement des similitudes, la première d’entre elles étant bien évidemment l’esprit de fraternité qui doit régner entre les hommes.

A ses origines, c’est du moins ce que l’on m’avait dit, la FM était incontestablement déiste (sinon théiste et même chrétienne !), son objet était le perfectionnement de la société à travers celui des individus et sous l’égide du GADLU ; ce dernier « déborda » par la suite du cadre étroit du Christianisme pour s’étendre aux gens du livre, sinon « des » livres ; la politique et la religion étaient absolument bannies des ateliers, les Maçons se devaient d’être des citoyens exemplaires, et le recours au « volume de la sainte loi » permettait d’apporter une réponse à toutes les situations.

Est-ce vraiment cela que l’on observe, je m’interroge, et vous ?

En effet, des « obédiences » et non des moindres, du moins en France, sont laïques après avoir été franchement anti – cléricales ; elles traitent des thèmes de société, abordent les sujets politiques ou autres, ont une vision de l’évolution des mœurs en contradiction avec ce que prescrit le VSL, toutes choses incompatibles à priori avec la doctrine initiale de la Maçonnerie, alors comment parler d’unité.

Si la mode actuelle est au « bisounours » inter - obédientiel, et c’est mieux bien sûr que de se regarder en chiens de faïence, cela pue quand même parfois à plein nez, le « je t’aime moi non plus ».

Si nous voulons créer une « identité maçonnique », laquelle serait la preuve et le gage de l’union de « ce qui était épars » il faudrait définir une fois pour toutes ce qu’est la Maçonnerie et cesser de raconter la chose et son contraire aux candidats, cela en fonction des obédiences à la porte desquelles ils sont allés sonner, avec la foi du charbonnier.

Il est probable que la difficulté majeure à résoudre en vue d’aller vers une certaine unité, est relative à la reconnaissance ou non du GADLU, mais qui proposera  une solution susceptible de satisfaire tout le monde et qui n’ira pas à l’encontre de la tradition maçonnique ?

Pardon pour le caractère impie de ce qui va suivre, mais faute d’intervention du GADLU lui-même je ne vois guère d’espoir !

SAMEDI ACTUALITÉS MAÇONNIQUES

PARTIR A BLOIS .....

SAMEDI ACTUALITÉS MAÇONNIQUES
SAMEDI ACTUALITÉS MAÇONNIQUES

JOURNÉES DU PATRIMOINE DESTRUCTION DU PATRIMOINE STOP !!!

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog