Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
L'ÉTÉ DE LA CONTEMPLATION

L’ÉTÉ DE LA CONTEMPLATION.

 

Je profite des longues journées d’été, pour méditer, quelque que soit l’endroit où l’on se trouve le spectacle mis sous yeux inspire la contemplation, toutes les heures de la journée, sont propices, pour peu que l’on s’arrête un instant, une étendue d’eau, une forêt couverte de rosée, un lever de soleil derrière la montagne, mais aussi un enfant dans ma rue qui joue avec les ombres de son corps. La contemplation de ce qu’il y a de plus simple est souvent grandiose, elle réconforte notre cœur et nous donne un élan extraordinaire pour la journée.

Le travail devient ainsi joie et lumière.

 

Extrait des Flambeaux transmis par notre Frère Claudius.

 

« Il ne suffit pas en effet de travailler. Il faut travailler bien, il faut aimer ce que l’on fait, et en chercher la qualité, même, si non la perfection qui n’ait pas de ce monde- du moins l’incessant perfectionnement. Quel que soit notre métier, aimons le assez pour le perfectionner sans cesse. Non seulement nous serons plus utile à la collectivité, qui a besoin de la qualité plus encore, que de la quantité de travail de chacun de ses membres, mais nous jouirons nous mêmes de ce perfectionnement continu.

Vivre vraiment c’est ne pas rester stationnaire c’est aller toujours de l’avant. Vivre, c’est progresser. Et progresser c’est être heureux, car c’est avoir conscience que l’on accompli son destin. »

 

« Mais quand l’amour du travail prend pour objet l’art, la science ou la philosophie, il acquiert de ce fait, une valeur privilégiée. Ces trois genres d’activité sont effet du ressort de l’esprit, et même de l’idéal, sous deux de ses formes, le beau pour l’art, le vrai pour la science et la philosophie.

Cette fois notre amour non seulement s’épure, mais il s’élève vers les cimes. »

 

« Comme Platon l’a magnifiquement développé dans son mythe du Phèdre, cet idéal de beauté, que nous portons tous en nous, comme une réminiscence de la beauté absolue et éternelle, trouve à se satisfaire progressivement, d’abord par la contemplation désintéressée. »

 

C’est donc un travail et joie de se livrer à la contemplation, il n’y a pas de paradoxe à contempler pour agir ce fût la leçon de Saint Benoît aux templiers, est-ce par hasard que le nouveau pape a pris le nom de Benoît ?

 

JF.

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog