Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
Schuman, Monet, Delors, la chute du mur
Schuman, Monet, Delors, la chute du mur
Schuman, Monet, Delors, la chute du mur
Schuman, Monet, Delors, la chute du mur

Schuman, Monet, Delors, la chute du mur

PLUS D’EUROPE ! PLUS DE FRATERNITÉ !

 

Samedi dernier c’était une des journées Européennes du patrimoine. J’ai visité le Fort de Penthièvre à Quiberon, je suis rentré dans ce qui est nommé la « crypte » c’est d’ailleurs normal puisqu’il s’agit de la sépulture des soldats Français assassinés par la barbarie nazi. C’est un long tunnel à l’extrémité duquel est planté une croix blanche verticale.

 

Mon attention a été retenue par la réflexion d’un enfant disant à son père : «  Papa il n’y a pas grand chose à voir. » et le papa de répondre : « c’est vrai on va plus loin. » Et ils sont passés les mains dans les poches….

Pourtant pour ma part j’ai lu une lettre affichée sur un tableau à l’entrée de ce tunnel, de cette crypte et je suis reparti en pleurant…

 

La Lettre :

 

«  A mon petit garçon chéri »

 

En ce jour anniversaire de la mort de ton frère, mon petit gars ton père t’écrit pour la dernière fois, du fond d’une cellule dans une prison. Je vais mourir  mon petit, je vais mourir pour la France, comme ton oncle Marc est mort.

Tous les deux nous avons été assassinés par les mêmes bandits sans honneur et sans scrupules. Le 12 de ce mois je suis passé au tribunal et condamné à mort : j’attends mon recours en grâce, mais je n’ai aucun espoir, ta maman est aussi en prison elle souffre. Aussi mon cher petit garçon quand elle sortira et quelle apprendra cette chose horrible, il faut la consoler, sois doux et gentil avec elle ainsi qu’avec tes grands parents qui n’ont plus que toi à compter pour leurs vieux jours. Il faudra me remplacer auprès d’eux, les chérir comme ils le méritent, ta mère t’expliquera pourquoi ton oncle et ton père sont morts, pour quel idéal et quand plus tard, tu verras la France forte et belle et débarrassée de ces brutes tu pourras te rendre compte de la grandeur de notre sacrifice.

Je suis peut être un martyr mais d’autres ont soufferts plus que moi. Certes je souffre de me séparer de ta mère, de toi mon petit. Ainsi que de mon père et ma mère. Sois courageux devant eux, puise dans le malheur qui te frappe la force nécessaire pour me venger quand tu seras grand et fort.

Plus tard quand tu comprendras bien pourquoi je suis mort, pourquoi ton oncle est mort, il faudra tout faire pour empêcher de si horribles choses, il faudra tout faire pour éviter ces maudites guerres qui font tant de victimes.

Il faudra aider ton pays, c’est à dire la France, pour qu’elle devienne forte et pour qu’avec d’autres pays aussi loyaux qu’elle puisse imposer au monde ses volontés de paix.

Je souhaite que cette guerre soit la dernière, que plus jamais les peuples s’entretuent et c’est pour cela, qu’il faut croire à mon idéal, c’est pour cela qu’il faut que la France soit forte et elle compte sur toi comme sur toute la jeunesse Française : et quand le fascisme sera mort et détruit, le monde entier pourra vivre librement et sans guerre.

Quand tu liras cette lettre, tu ne comprendras pas bien, car tu es jeune, mais plus tard, quand tu auras appris, quand tu sauras, tu verras enfin que mon sacrifice  n’aura pas été vain.

Depuis le 12 j’attends la mort…. Vois tu  c’est pour cela que le plus dur est d’être enfermé dans une prison et que la sortie pour moi sera l’exécution. Devant le peloton je serais brave et ces brutes verront une fois de plus comment va mourir un Français.

N’abandonne jamais ta mère mon petit, fais des sacrifices pour elle car elle le mérite et ce que je te souhaite plus tard, c’est d’avoir  une compagne comme elle, aussi mon petit ne sois jamais ingrat, pense aux autres qui souffrent sans espoir.

Je vais te quitter et quand dans la vie tu auras des moments de découragement lis cette lettre, tu puiseras des forces pour lutter car la vie est ainsi.

J’aurais voulu une dernière fois te serrer dans mes bras, je sais cela impossible, crois et fais aux dernières volontés de ton père qui va mourir  et qui souffre de te laisser orphelin, je penserai à vous jusqu’au dernier moment.

                                    Ton père

                                                            Robert.

 

A une heure où nos dirigeants européens se réunissent pour s’interroger, sur la relance, sur la reconstruction de l’Europe qui prend eau sous les coups de boutoir des extrémismes, il convient peut être de revenir aux fondamentaux qui ont inspirés les constructeurs de cette réussite « unique au monde », comme le souligne l’édito de Samedi dans Ouest –France de François Régis Hutin, qui lui même relate le message optimiste qui Michel Serres a livré dans le Monde du 12 septembre dernier.

 

« En regard de ce que j’ai vécu durant le premier tiers de ma vie au temps de Franco, Hitler, Staline puis Pol Pot, nous vivons des temps de Paix. J’oserai même dire que l’Europe vit une époque paradisiaque. »

 

C’est aussi une opportunité qui s’offre à nous Francs-Maçons, qui gardons en souvenir les heures sombres qu’ont connus nos Frères, de nous interroger sur notre incapacité à nous réunir sur des idées simples, fondamentales, un véritable centre de l’union fédérant tous les hommes libres et de bonnes mœurs en Europe. Comment faire entendre notre voix si nous sommes incapables de réunir nos obédiences dans un projet commun.

Aussi encourageons toutes les initiatives de nos grands maîtres à se parler, à se réunir en Europe et au delà, l’on sent en cette rentrée Maçonnique frémir une quantité de bonnes intentions. Les Frères eux savent depuis longtemps dans leur loge qu’ils ont en communs bien plus de choses en communs que de sujets de se diviser, ils le savent au plus profond de leur cœur, c’est l’amour de l’autre qui soude notre Fraternité initiatique humaine, cet amour Agapae qu’il nous faut donner en exemple à notre Europe Unie bien plus enthousiasmante que des normes ou des accords économiques même s’ils sont utiles par ailleurs, ils ne sont que des instruments de la construction du désir de vivre ensemble dans la paix, l'harmonie, l’amour d’autrui.

 

JFG. 

PLUS D'EUROPE ! PLUS DE FRATERNITÉ !
PLUS D'EUROPE ! PLUS DE FRATERNITÉ !

Commenter cet article

Claudius 19/09/2016 10:44

Napoléon a voulu créer l'Europe des nations, après 1945 , la fin de ce sinistre conflit, l'Europe a pu enfin se construire , avec le concours laborieux de tous les politiques et de toutes les oppositions dues aux relents de tous les intérêts financiers. Constatons toutes les incessantes palabres des protagonistes,lesquels s'abritent derrière ce mot démocratie, dont ils sont incapables d'en préserver le sens et de l'appliquer. Quand aurons nous le courage de mettre au placard tous ces pantins de la politique en les remplaçant par des hommes jeunes ,dynamiques, rapides à prendre des décisions utiles et pertinentes. La perfide Albion s'est écartée de l'Europe, il reste 27 Pays,quand leurs dirigeants auront le courage de s'affranchir de cette égoïste Haute Finance, pour asseoir dans chaque pays une harmonisation des finances, des moyens de production, prévoir utilement toutes les applications techniques de l'inéluctable modernité; Savoir parler aux masses afin qu'elles comprennent que toutes les tendances gauche droite sont des illusions périmées.
L'homme moderne malgré ses diplômes serait-il devenu un crétin irrécupérable, ayant perdu toute logique d'une mise en commun de toutes les compétences créatrices avec un esprit fraternel, capable d'asseoir un avenir équilibré de l'Europe, laquelle se trouve partie prenante dans la cohésion de toutes les ethnies de notre fragile planète.
Pour nous francs maçons , que nos énarques des obédiences commencent à sortir de leur langue de bois et du bisou nounours et s'intégrer activement au progrès.
claudius

JFG 19/09/2016 11:57

Bonjour Claudius
Je ne sais si c'est une question de jeunesse ou de volonté comme disait tonton Georges quand on est c.... on est c...
Voilà que je m'énerve manque de maîtrise ? Non symptôme de l'intérêt que je porte à cette Europe tant décriée quand l'économique surpasse le politique.
Jeune ou pas il faut reconstruire sans cesse ce temple et nous savons en notre qualité de F M ce que c'est que de de rectifier sans arrêt par l'équerre en étant capable d'ouverture grâce à notre compas, facile dans le discours plus que dans la mise en oeuvre mais pour nos enfants c'est un champ d'espérance où doit se lever blé dans le soleil d'un bel été, à nous de semer les bonnes graines.
JFG

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog