Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
Frédéric Bargain

Frédéric Bargain

UN AUTEUR : FREDERIC BARGAIN.
 

La matière de Bretagne a toujours inspirée, la richesse et la diversité des paysages, de la brume qui monte qui monte dans les landes comme une fumée bleutée au printemps, aux forêts sans fin ou courent les chevaliers errants à la poursuite de leur Gréal, aux flots déchainés qui grondent dans les roches et poussent les hommes au de là de leur courage.

L’imagination se nourrit de cette terre qui attache à jamais ceux dont les lèvres ont reçues le sel et senti l’iode au détour d’un sentier côtier fouetté par le noroît, la capuche du Kabig abaissée qui repousse le crachin.

Cette terre d’où s’élève au loin, derrière les Roc’h d’Arrée, au bord de la rivière d’argent dans le chaos du Huelgoat, le son strident de la bombarde, qui déchire le silence.

 Tant de richesses, tant d’histoires et l’histoire de ce royaume de Nominoë dont la vue s’étendit de Brest à Angers. Cette Bretagne, cette Armorique vivante, de ses hommes, de ses tradition est le terrain de prédilection de Frédéric Bargain celui de Pont l’Abbé, du pays Bigouden des coiffes en pain de sucre, qui a sans doute refait le monde dans sa jeunesse sur la Cale Saint Laurent, les pieds dans l’eau de la rivière de Pont l’Abbé qui pousse les roues des moulins à marée avant de fuir dans l’océan en laissant l’Ile Tudy.

 Frédéric Bargain a sans doute suivi le cheval d’orgueil de Per Jakez Hélias revêtu de son Kab an aod (son manteau de grève), né de ce pays là aussi, de Pouldreuzic à deux coudées de Pont l’Abbé.

Frédéric Bargain nous donne les clés de son imaginaire à travers ses Romans de police armoricains.

 

JFG.

UN AUTEUR - FREDERIC BARGAIN

Frédéric Bargain est né à Pont l’Abbé en 1973. Après des études d’histoire il intègre l’enseignement. Aujourd’hui il est professeur agrégé. Il raconte l’histoire et plus particulièrement celle de la Bretagne au travers de ses livres des Polars Historiques en collaboration avec Gwénaël Palierne (Alias Edhson).

Il est aussi chercheur intéressé par l’histoire et la géographie sacrée des anciens armoricains. L’amour de sa région n’a d’égal que son ouverture au monde. La Bretagne n’est pas pour lui un village fermé mais une porte vers l’universel.

Je vous recommande particulièrement « Les Chemins d’Ys » sur les traces de Budoc vous découvrirez une légende qui inspirera ceux qui travaillent de midi à minuit.

JFG.

UN AUTEUR - FREDERIC BARGAIN

 

Ses publications :

·      La Compagnie du Crime.

·      Petit déjeuner au cyanure.

·      Le Serment des Pierres.

·      La Belle de Mai.

 

·      Les Chemins d’Ys.

 

 

Ve siècle. La Bretagne qui connaissait la paix et la prospérité sous le règne du roi Marc plonge peu à peu dans le chaos. Afin d échapper à la mort, Anna, l héritière du trône doit fuir. Dans son exil, elle donne naissance à des jumeaux : Budoc et Elena qui, une fois adultes, entreprennent la reconquête du royaume breton pour y rétablir l’harmonie. Mais les pièges tendus par la reine des Ténèbres sont multiples et la tâche s avère des plus dangereuses. Parviendront-ils à triompher ? La ville d Ys, Avalon, Le mont Saint-Michel, mais aussi Carnac et la forêt de Brocéliande... Autant de lieux réels ou imaginaires qui excitent notre imagination sans que nous sachions en comprendre la vraie raison. Pour la première fois, un récit ésotérique établit un lien entre eux grâce à la mythologie. Partez à la découverte de la géographie sacrée de la Bretagne en suivant à votre tour les chemins de l’Alchimie spirituelle, celle qui fait que notre vie vaut la peine d être vécue

Note Éditeur.

UN AUTEUR - FREDERIC BARGAIN

 

LA SOCIETE LITTORALE DU PAYS BIGOUDEN (VERS 1865-VERS 1965)

 

 

La société littorale du Pays-bigouden constitue l’archétype des sociétés littorales de cette période. En effet, elle se développe grâce aux avancées techniques de l’industrialisation avec en particulier l’invention de la boite de conserve, mais l’ouverture commerciale que permettent les progrès dans les transports avec la mise en place du réseau ferré, mais aussi les différents accords internationaux.

Les contours de cette société sont particuliers. Née sur un site favorable à proximité de la ressource halieutique, elle apparaît quasiment de façon subite. De ce fait, elle ne possède qu’une faible notabilité, et cette dernière n’est pas liée à la possession de la terre, comme dans le monde rural. D’ailleurs il s’agit d’une société de type urbain. Ce sont donc les catégories populaires qui y dominent, les hommes travaillant généralement comme marins, les femmes comme usinière.

L’encadrement de cette société apparaît également particulier. L’Église catholique l’a négligée, laissant le champ libre aux missions protestantes en matière de religion et au radicalisme puis au communisme en matière politique. Cependant, la république naissante n’a pas manqué d’y installer un encadrement administratif, en particulier les écoles.

Comme toute société, la société littorale bigouden est marquée par des conflits et des luttes de pouvoir. De part sa structure, elle reste relativement à l’abri des conflits entre cléricaux et anticléricaux à la fin du XIXe siècle. Elle en fait surtout traversé par des conflits sociaux, qui débouchent sur des grandes grèves dans la chronologie reprend parfois celle des grandes crises sardinières qui voient la ressource se raréfier.

Cette société apparaît bien particulière aux observateurs étrangers, qui la regardent bien souvent avec les yeux de rousseauistes, imprégnés de Chateaubriand, qui recherchent chez les Celtes le bon sauvage, l’Homme à l’état de nature éloigné des corruptions de la société moderne. Cette image est en lien avec le développement du tourisme qui passe d’un tourisme de happy fews à un tourisme de masse populaire.

Cependant, après l’apogée de l’après-guerre, la société littorale connaît un long déclin avec la litanie des fermetures d’usines à partir des années 1960. Cela veut-il pour autant dire que cette société et morte. En réalité, elle a connu une mutation spectaculaire, et derrière un certain alignement sur les autres sociétés, les comportements socioculturels liés à cette spécificité économique se maintiennent.

Note Éditeur.

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog