Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
L'ALCHIMIE DE NOEL
L’ALCHIMIE DE NOEL

 

C’est jour de Lumière, la fin d’un cycle, le solstice d’hiver, la remontée de la caverne. La Lumière chasse peu à peu les ténèbres, le coq chantera à l’aube. L’alchimiste voit dans son creuset briller l’or pur, l’or spirituel. L’homme commence sa croissance dans l’œuf magique, le bandeau tombe, la lumière est donné au profane.

 

L’hermétisme des premiers temps de la chrétienté à faire naître l’alchimie probablement venue des rives du Nil. Pas d’église, pour la propagation de l’hermétisme, pas de guide emblématique, seulement quelques textes propices à la méditation, comme le célèbre corpus herméticum. Une pierre blanche sur le chemin de l’initiation maçonnique en général, et, du Rite Ecossais Ancien et Accepté en particulier.

On l’attribue à Hermès Trismégiste : le trois fois très grand. En est-il l’auteur rien n’est moins sûr. Il fût peut-être égyptien, prêtre ou prophète ? Ce qui importe c’est que ce texte parle du fils de Dieu et du Verbe.

 

Jamblique parlait d’Hermès Trismégiste en ces termes : « le dieu qui préside à l’éloquence, Hermès, passe à bon droit depuis longtemps pour être commun à tous les prêtres ; et cet unique protecteur de la vraie science des dieux est le même toujours partout,(…) »

 

Bien plus tard voici ce qu’en dit Carl Gustave Jung : « Hermès est un dieu des révélations et, dans la philosophie naturelle du haut moyen âge, rien de moins que le Noûs créateur du monde. »

 

On trouve aussi notre Hermès dans un dialogue qui aurait eu lieu entre Isis et son fils Horus, celle-ci se sert d’Hermès pour lui expliquer la création du monde, la descente des âmes à l’intérieur des êtres humains et leur destinée.

 

Au-delà de la raison, l’hermétisme va consacrer l’écoute de l’intuition, véritable ésotérisme à la recherche du mystère de la vie. On peut faire un rapprochement entre le Corpus Herméticum et l’évangile de jean, écrits sans doute tous les deux a des dates assez proches, on y retrouve que ce soit à Alexandrie où à Ephèse les mêmes mots, les mêmes expressions.

 

L’alchimie cette partie de l’hermétisme, qui cherche les correspondances entre le microcosme et le macrocosme inspira Paracelse et Isaac Newton dont on connaît la proximité avec les Francs-Maçons.

 

Les Francs-Maçons font remonter l’origine de la Franc-Maçonnerie aux traditions les plus anciennes, de même les écrits d’Hermès, s’inspirent de la Genèse, de l’ancienne et la nouvelle alliance, du Timée de Platon, dans une sorte de continuité, de chaîne d’or. Le Noûs est considéré comme le Dieu père créateur, le Verbe son fils ou encore le Verbe est esprit. On remarquera cette première opération alchimique la conjonction des éléments, terre, eau, souffle, feu lumière. Cette alchimie organise le monde, c’est l’ordre après le chaos.

 

On peut s’interroger sur l’origine de l’hermétisme est-ce une religion égyptienne ? Est-ce alors l’ancêtre de la loi mosaïque qui dérive semble t’il de la théologie égyptienne. Ebeling va jusqu’à dire que : «  l’hermétisme, en tant que religion égyptienne, peut-être incluse dans la préhistoire du christianisme. » Ce qui importe pour nous Francs-Maçons c’est que l’hermétisme fait la distinction entre la surface et la profondeur, entre l’exotérique et l’ésotérique. Le V I T R I O L de l’alchimiste a donc bien sa place dans le cabinet de réflexion, c’est la première clé d’ouverture vers l’homme intérieur.

 

Les Francs-Maçons comme des oiseaux ont picorés, les graines qui leur permettent une ascension au-dessus de la matérialité, le corpus hermeticum même s’il est un assemblage de textes pseudépigraphiques,(1) que l’on attribue à Hermès, cela nous importe peu. Cette alchimie fonctionne, et fait de l’hermétisme : « La religion du cosmos. » Comme le disait Philippe du Plessis Mornay, ce caractère universel est en correspondance avec l’initiation maçonnique.

 

L’hermétisme et sa méthode alchimique, une religion universelle, une philosophie embrassant toutes écoles, une tradition primordiale, une clé, une voie initiatique, pour pénétrer l’homme intérieur, et accompagner ses métamorphoses successives dans le vase, dans la Loge maçonnique permettant l’éclosion de l’homme régénéré, celui qui accomplit le voyage de la périphérie vers le centre, qui a compris la suprématie de l’intelligence du cœur. L’homme nouveau qui aspire a répandre partout et en tous l’amour fraternel. Celui qui fait résonner les trompettes de la Jérusalem céleste, il possède tous les mystères de la vie, qui se retrouvent en un seul celui de l’Amour, c’est là sans doute l’alchimie de Noël.

 

JF.

 

Sources : Valérie Thorin – Titulaire d’un master en théologie de l’université de Genève. Hermès Trismégiste : Une esquisse.

Et Qohéleth (L’Ecclésiaste) 3, 1-15 Essai d’exégèse : (Job ayant tout perdu s’interrogeait sur le problème du mal et du malheur ; Qohéleth lui, se pose une question qui semble aller encore plus loin, que celle de Job : qu’est-ce que le bonheur ?

 

 

Recherches personnelles.

  

NOTES :

 

Gerhard Ebeling (Berlin, 6 juillet 1912 Zurich, 30 septembre 2001) est un philosophe et théologien luthérien allemand, disciple de Rudolf Bultmann. Avec Ernst Fuchs (autre élève de Bultmann), Ebeling a influencé toute la « théologie herméneutique » du xxe siècle. Professeur de théologie à l'université de Tübingen et à celle de Zurich, il a fait partie de la mouvance des Quêtes du Jésus historique.

Telle qu'elle est développée dans son triptyque Wort und Glaube (1960-1975), son œuvre porte avant tout sur la question de l'annonce de la parole de Dieu dans un monde laïcisé.

En 1987, Ebeling a reçu le prix Sigmund Freud pour la prose scientifique. Il est docteur honoris causa de l'université de Neuchâtel.

 

Philippe Duplessis-Mornay, en réalité Philippe de Mornay, seigneur du Plessis–Marly, également appelé Philippe Mornay Du Plessis (né le 5 novembre 1549 à Buhy, dans l'actuel Val-d'Oise — mort le 11 novembre 1623 à La Forêt-sur-Sèvre, près de Cerizay, dans les Deux-Sèvres) était un théologien réformé, un écrivain et un homme d'État français, ami d'Henri IV, qui fut l'un des hommes les plus éminents du parti protestant à la fin du xvie siècle.

 

(1) Un pseudépigraphe est un ouvrage dont le nom de l'auteur ou le titre sont faux.

 

 

Sources : WIKIPEDIA

L'ALCHIMIE DE NOEL
Commenter cet article