Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par jean françois
FRANC-MAÇONNERIE MAGAZINE
LE NOUVEAU NUMÉRO DANS LES KIOSQUES 

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
DÉCLARATION D'INDÉPENDANCE DES ETATS-UNIS

DÉCLARATION D'INDÉPENDANCE DES ETATS-UNIS

 FAISEUR DE LIBERTÉ

 

Le 4 juillet 1776 les Lumières de la Liberté se sont mises à briller sur le nouveau monde. Le jeune marquis de La Fayette a porté la flamme sur les rives de l’Hudson, il a scellé une alliance entre l’ancien et le nouveau monde, qui est encore dans le cœur des Américains et des Français.

Le 4 juillet 1776 l’Amérique est indépendante et libre et devient l’autre pays de la Liberté, celui du nouveau monde et d’un monde nouveau. C’est celui d’Ernest Hemingway, mais aussi celui de Jack Kerouac aux racines Bretonnes et Canadiennes.

 

Jack Kerouac vit le jour en 1922 dans le Massachusetts, son ami Allen Ginsberg le surnomma « Le Bouddha » de la prose. Une exposition lui est consacrée au Musée de la Cohue à Vannes.

Ce beatnik, ce faiseur de Liberté, ce grand voyageur pacifique, opposant de la guerre du Viet Nam, inspirateur des hippies, nous as mis « Sur la Route » de la Liberté. Il a nourrit avec ses œuvres le rêve américain.

 

Jack Kerouac le révolté refusa la culture des grandes villes américaines, il aimait les grands espaces ou l’homme se retrouve, loin des masses urbaines. Il ne voulait pas que l’homme devienne une marchandise, une chose comme une autre. Tous ces romans, ces poèmes sont des cris contre la barbarie du matérialisme.

Pour Kerouac le rêve d’Amérique est d’abord celui du déploiement, de l’émancipation de l’homme libre !

 

Sur « sa Route » Jack Kerouac a trouvé la spiritualité, mais aussi la drogue, comme un rejet de la matière poussé à l’extrême. On retiendra de lui qu’il fût un combattant pour la Liberté.

 

JF.

FAISEUR DE LIBERTÉ

 

Extraits du Roman qui la rendu célèbre : « Sur la Route »


Les fous, les marginaux, les rebelles, les anticonformistes, les dissidents...tous ceux qui voient les choses différemment, qui ne respectent pas les règles. Vous pouvez les admirez ou les désapprouvez, les glorifiez ou les dénigrer. Mais vous ne pouvez pas les ignorer. Car ils changent les choses. Ils inventent, ils imaginent, ils explorent. Ils créent, ils inspirent. Ils font avancer l'humanité. Là où certains ne voient que folie, nous voyons du génie. Car seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu'ils peuvent changer le monde y parviennent.

Jack Kerouac.

 

A LIRE « Sur la Route »

 

A Voir Expo au Musée de la Cohue centre ville de Vannes 56000.

Voir les commentaires

Publié le par YaKa

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
ATHENES, ALEXANDRIE,TAVERNE DE LONDRES
ATHENES, ALEXANDRIE,TAVERNE DE LONDRES
ATHENES, ALEXANDRIE,TAVERNE DE LONDRES

ATHENES, ALEXANDRIE,TAVERNE DE LONDRES

L’ESPRIT DE LA FRANC-MAÇONNERIE

 

300 ans déjà, et si au lieu de fêter le passé, de célébrer l’anniversaire de la création de la Franc-Maçonnerie spéculative, l’on décidait de faire renaître un grand centre des idées, pour aller au centre de l’idée, une start up au service de l’universel !

 

Notre civilisation occidentale a connu le miracle grec, qui a propagé ses Lumières au delà de la Grèce, sans doute l’un des plus grands pas de l’humanité pour le bonheur des hommes, l’acquisition des savoirs, des connaissances, porte vers la Connaissance.

Puis le miracle grec s’est déplacé vers Alexandrie, ce chaudron des cultures, des sciences, où les Perses, les Egyptiens, les Grecs ont su faire la symbiose de leurs différentes cultures. L’académie d’Alexandrie a illuminé la grande bibliothèque, les livres ont trouvés leur place, mais surtout les hommes.

 

Le savoir chassait l’ignorance, la conscience de l’indispensable universalité voyait le jour, la tolérance, la compassion régnait, la Lumière éclairait le monde de l’Orient à l’Occident.

 

Aristote dans sa métaphysique a démontré la nécessité de l’Universel pour accéder à la Connaissance. Le concept de l’union des individualités pour former le un, le tout, l’ambition en quelque sorte de réunir ce qui épars d’aller de l’individuel, du particulier à l’Universel.

Préférer la Vérité aux intérêts particuliers, il écrit : « Mais il est sans doute meilleur, et c’est même un devoir, d’aller jusqu’à sacrifier ce qui est à soi dans l’intérêt de la vérité. – Surtout si l’on est philosophe. » (C’est à dire sage.)

 

Le phare d’Alexandrie s’est éteint en 144 avec l’arrivée de Ptolémée VIII, les ténèbres humaines ont obscurcit la terre, mais cependant les reflets d’Alexandrie ont perdurés pendant plus de 3000 ans.

La flamme a repris force et vigueur dans une autre marmite au siècle des Lumières, dans la société Anglaise, l’émergence des Collèges d’oxford, de Dublin, la Royal Society, l’invisible collège, autant de lieux de rencontres où bouillonne les cultures, on se parle, on réfléchi entres intellectuels, scientifiques, hommes de bonne volonté, les nouveaux Druides de John Toland, les alchimistes, les Francs-Maçons eux sont des descendus des échafaudages des cathédrales, ils ont investis les Tavernes Londoniennes.

Les hommes se parlent à nouveau, l’Universel est de retour.

 

300 ans plus tard, la Lumière diminue à nouveau, l’obscurantisme, l’ignorance, le fanatisme sont de retour. Le temps est venu de reprendre la Truelle et l’épée pour reconstruire un temple à l’universel, de chasser les marchands du temple. Prendre par la main ceux qui se sont faits enfermés dans les tours de la city ou de Wall street, éclairés par les lumières artificielles, les ouvrir à la Lumière véritable, les conduire sur nos chemins forestiers pour écouter le chant des oiseaux, admirer les arbres qui montent vers le ciel, sans avoir la prétention de l’atteindre, d’écouter le bruit des vagues sur les galets, en regardant le soleil.

 

Fêter les 300 ans de la Lumière Maçonnique c’est bien, mais la faire resplendir est une belle Utopie et pourquoi pas sur les bords de la Seine au pays des Libertés, en avoir l’espérance est déjà une joie.

 

JF.

L'ESPRIT DE LA FRANC-MAÇONNERIE

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
Marlène SCHIAPPA

Marlène SCHIAPPA

SUR GADLU-INFO

 

A ne pas manquer parité et égalité à géométrie variable, en même temps !

 

Voici un article de l’hebdomadaire La Vie.fr très intéressant : « Recadrage maçonnique sur Twitter pour la secrétaire d’État Marlène Schiappa »

les faits :  un tweet de Marleène Schiapp, secrétaire d’État à l’Égalité femme-homme, en date du 28 juin 2017 : « Nos politiques publiques d’égalité femmes hommes doivent être adaptées à la spécificité de chaque territoire. » suite à sa participation à l’Assemblée générale du Centre national d’information sur les Droits des femmes et des familles

A partir de là s’engage une discussion sur Twitter avec des mots de langage visiblement emprunté à nos rituel !

 

 

Sur le réseau social Twitter, une empoignade publique sur la laïcité et le féminisme entre deux personnalités manifestement francs-maçonnes est significative des tensions qui parcourent les obédiences humanistes.

 

Une polémique de plus ? Alors que la nouvelle secrétaire d'État à l'Égalité femme-homme, Marlène Schiappa, avait déjà à son palmarès depuis sa nomination il y a à peine un mois une controverse dans Libération avec Alain Finkielkraut, c'est cette fois sur Twitter qu'elle fait parler d'elle. Invitée à l'Assemblée générale du Centre national d'information sur les Droits des femmes et des familles, le 28 juin dernier, Marlène Schiappa a eu ce tweet : « Nos politiques publiques d'égalité femmes hommes doivent être adaptées à la spécificité de chaque territoire. » Une petite phrase d'apparence anodine, caractéristique du néo-féminisme dont se revendique la secrétaire d’État, et qui lui a valu une volée de bois vert de la part des féministes universalistes.

Or, dans les nombreuses réponses que le tweet de Marlène Schiappa a suscitées, l’une d'elles peut interpeller l'observateur. Elle émane de Françoise Laborde, longtemps journaliste sur France 2, puis membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel, aujourd'hui engagée dans diverses causes – elle parraine l'association Le Refuge, qui accueille de jeunes homosexuels rejetés par leurs familles, et a fait partie des premières personnalités à s'engager publiquement pour les Chrétiens d'Orient. Voici le tweet en question, ainsi que le dialogue qui s'ensuit avec un autre commentateur, appelé Cincinatus :


En savoir plus sur http://www.gadlu.info

ACTUALITÉS MAÇONNIQUES ET AUTRES

 

 VU SUR HIRAM-BE

 


COMMENT LES FRANCS-MAÇONS RECRUTENT…

Par Géplu dans Dans la presse

Dans la série des articles de presse consacrés au ou provoqués par le tricentenaire de la création de la franc-maçonnerie moderne, le magazine belge soirmag.be a mis en ligne hier une « enquête », titrée « Comment les francs-maçons recrutent ».

Celle-ci est en fait une suite d’interviews. Tout d’abord d’un frère anonyme « Bruxellois, amateur de livres et de débats d’idées », qui est « devenu franc-maçon il y a dix ans. Il raconte, sous le couvert de l’anonymat, les premiers contacts, la réflexion qui a présidé à son engagement, et les garanties demandées ». Concernant son admission, il déclare « Ce furent deux ans de réflexion avec des obédiences différentes. La maçonnerie n’est pas monolithique. On y apprend au plan symbolique « à polir sa pierre ». Mais les sensibilités et attentes vous guident vers une certaine obédience. Je ne voulais pas regretter un mauvais choix. » 

Le soir interview ensuite Pierre Guelff, présenté comme « Maçon, journaliste, chroniqueur et écrivain ». Il présente ainsi son entrée en maçonnerie : « Quand, en 1982, un membre du Grand Orient me proposa d’entrer en franc-maçonnerie, à l’exception de lectures éparses et superficielles, je n’en avais qu’une vision tronquée : celle d’une mafia ou d’une secte ! Durant cinq ans, je me suis renseigné et documenté et j’ai été intimement convaincu que la franc-maçonnerie n’en était pas une. Trois décennies plus tard, j’en reste persuadé. »  Et il conclut son propos par « Mais, le principal, en définitive, est que chaque Sœur ou chaque Frère se sente au mieux dans son Obédience (Maçon(ne) libre dans une Loge libre), sachant que la franc-maçonnerie est universelle, non dogmatique, philosophie humaniste…, dont le but primordial est de construire un temple intérieur afin de réaliser le temple extérieur, celui d’une société vraiment fraternelle. Un but qu’il est de plus en plus urgent de réaliser, selon moi. »

C’est ensuite Philippe Liénard, auteur d’un récent « Histoire de la franc-maçonnerie belge » qui est questionné : Le soir : La franc-maçonnerie fête ses 300 ans : mais laquelle exactement ? PL : On parle clairement de celle qui s’est organisée institutionnellement à Londres, dite moderne ou spéculative. Mais la date de 1717 donne lieu à quelques controverses car on n’en est pas totalement certain. (…) Le Soir : Pourquoi la Grande-Bretagne fut-elle le berceau de la franc-maçonnerie ? PL : Elle présentait une triple caractéristique : le pays a vu naître la Royal Society grâce à Robert Moray et Isaac Newton, avec une forte influence intellectuelle. Elle se voulait lieu de rassemblement via les constitutions d’Anderson de 1723 au-delà des querelles religieuses qui ont ensanglanté l’Europe. On adopta le modèle corporatiste, en s’inspirant de la maçonnerie opérative et des Lumières. La maçonnerie se projette alors comme une école de sagesse. (…) Le Soir : Est-elle majoritairement conservatrice ou progressiste ? PL : Elle est travaillée par des courants divers et contradictoires. Il faut se reporter à l’origine de la maçonnerie en 1717. On sort de deux siècles d’affrontements sanglants dans toute l’Europe. À Londres, la maçonnerie propose alors que des gens venus d’horizons politico-religieux différents se réunissent pour échanger. Être maçon est donc aussi important aujourd’hui qu’il y a trois siècles. (…)

Et Le Soir de conclure, avec un humour sans doute bien involontaire : Cela fait un peu penser à Emmanuel Macron rassembleur, en qui certains, en France, ont cru voir de la sympathie pour la franc-maçonnerie… 


En savoir plus sur http://www.hiram.be

ACTUALITÉS MAÇONNIQUES ET AUTRES

 

300 ANS DE FRANC-MAÇONNERIE EN BELGIQUE

 

« Je viens de terminer la lecture attentive du n° spécial 24 HORS SERIE du Vif/L’Express daté du 12 mai 2017. C’est une étude remarquable et de haute qualité, portant sur l’histoire mais aussi sur le contenu de la maçonnerie spéculative ab initio.

Il n’y est question que des grades vétérotestamentaires, les hauts grades chevaleresques ne sont nullement traités. Les 98 pages de textes sont dues à des maçons belges fort expérimentés, qui se sont entourés de collaborateurs venant de différents horizons philosophiques, et qui ont traité une importante matière de façon documentée et objective. Il n’y a nul prosélytisme dans cet ouvrage, qui fait appel à l’érudition de Maçons de tous « genres » philosophiques.

La réalisation graphique est un modèle, le choix et la qualité des illustrations d’un niveau très professionnel. Enfin, cette brochure constitue pour de jeunes maçons comme pour de moins jeunes une source de documentation incomparable, un grand nombre d’auteurs de qualité et d’ouvrages de référence étant cités avec précision.

Ce numéro HORS SERIE ne ressemble en rien aux numéros racoleurs que l’on publie parfois en été, pour relancer des tirages vacillants. 


En savoir plus sur http://www.hiram.be

LIRE 

Le dernier livre d'Elisabeth Cappelli chez lulu.com et Amazon. 

ACTUALITÉS MAÇONNIQUES ET AUTRES

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
RECENSION : 300 ANS

RECENSION : 300 ANS

 

Voilà 300 ans n’en déplaisent à ceux qui pensent que la Franc-Maçonnerie est sur le déclin, que celle-ci réunie des milliers d’hommes qui sont devenus Frères grâce à elle, et qui voient le monde de manière différente, plus tolérante, apaisée. Peu de sociétés, d’associations peuvent revendiquer une telle pérennité. Est-ce le moment d’écrire son histoire, le temps écoulé favorise l’objectivité et 300 ans est une belle étape pour cette vieille dame, sage et pleine de vie.

 

Dans les années 1710 les Loges se réunissaient en Angleterre dans les Tavernes Londoniennes, il y avait déjà de nombreuses années que les Frères travaillaient, comme l’a démontré André Kervella dans ses ouvrages, et en particulier dans les villes côtières de la Manche et de l’Atlantique. L’observateur avisé pouvait entendre le bruit des maillets sur les plateaux à la nuit tombée.

 

Philippe Liènard nous donne aujourd’hui à l’occasion du tricentenaire de la Franc-Maçonnerie un ouvrage intéressant et dense avec son histoire de la Franc-Maçonnerie Belge, sous titré « Une existence influente depuis trois siècles ? »

L’histoire de la Franc-Maçonnerie Belge est étroitement liée à l’histoire de la Belgique, les régions se sont réunies, les influences se sont unifiées, mêlées, rencontrées. Ce qui était s’est réuni, en conservant ses différences.

 

Quand on parle de l’influence de la Franc-Maçonnerie sur la vie sociale et politique d’un pays, on pense naturellement aux révolutions : celle du nouveau monde du Frère Lafayette et celle de France avec ses nombreux révolutionnaires Francs-Maçons inspirateurs des droits de l’homme. Certains ignorent l’influence considérable de la Franc-Maçonnerie Belge dans le système éducatif de ce pays. Les Frères furent à l’origine de la démocratisation de l’enseignement, quand celui-ci était uniquement confessionnel, ils ont créés l’université libre de Bruxelles, on doit entendre ici « libre » par différend de religieux. Jusqu’à une époque récente ils y occupaient des charges importantes, sans toutefois s’immiscer dans le contenu des enseignements.

 

Philippe Liénard avant la préface de son livre cite Paul Louka cet artiste Belge, proche de Brel et Brassens qui se produisit à Paris à « L’échelle de Jacob. » est-ce un signe ? Il écrit :

 

            « Tu fais un pas, c’est la Liberté. Tu fais deux pas, c’est l’Égalité. Tu fais trois pas, et le monde a changé. »

 

Au fil des chapitres de cet ouvrage historique, vous allez découvrir la Franc-Maçonnerie en général, et l’histoire de la Franc-Maçonnerie Belge et celle de la Belgique vue sous le prisme Maçonnique en particulier.

 

J’ai particulièrement apprécié son chapitre 9 : « La Franc-Maçonnerie une pensée influente ? » en forme de conclusion qui rappelle les valeurs de cette Fraternité initiatique et le message d’espérance qu’elle délivre, dans ce pays qui comme en France à souffert récemment de l’ignorance et de l’intolérance. Les valeurs fondamentales de l’ordre, et les vertus qu’il développe dans le cœur des hommes, sont essentielles dans notre monde où l’intolérance et la matérialité, remplace peu à peu la Fraternité et la solidarité.

 

Quelques extraits :

« La Franc-Maçonnerie d’aujourd’hui comme celle d’hier encourage à réfléchir, à ne pas se dispenser de connaître pour s’améliorer, et par là, pour contribuer à améliorer la société dans laquelle ont vit. »

 

« A certains moments l’existence de l’Ordre maçonnique fut mise à mal, pour des causes exogènes, et parfois pour des raisons internes.

 

Les Francs-Maçons ont toujours su trouver le chemin de la renaissance, de la prospérité du soleil à la lune, du rayonnement contagieux des belles idées et de belles actions. »

 

« La Franc-Maçonnerie a dérangé les adeptes du « prêt à penser » ou des sectateurs de vérité, les despotes, et elle les contrarie encore aujourd’hui ; la Franc-Maçonnerie et le fanatisme ne font pas bon ménage, pas plus que la Franc-Maçonnerie est la bienvenue dans les dictatures. »

 

« Qu’importe que les Loges travaillent sur des sujets symboliques ou sociétaux, pour autant que les travaux participent de l’élévation de la connaissance et de la sagesse pour le bien de tous. »

 

« Les Francs-Maçons réfléchissent, cherchent, ne prétendent pas avoir trouvé ni détenir une vérité ; ils sont d’éternels Apprentis ou Apprenants. »

 

Ce livre de Philippe Liénard est une œuvre historique, lucide, objective et d’espérance, une contribution à la construction d’un monde meilleur.

 

L’importance de la Franc-Maçonnerie Belge dans la Franc-Maçonnerie Européenne décuple l’importance de la Belgique dans l’Europe et le monde, elle démontre comme il en est besoin en ces jours ou l’Europe tremble sur ses fondements, que seuls les hommes sont capables par delà les intérêts matériels et économiques de résoudre tous leurs conflits dans une Fraternité universelle, la Belgique par sa situation incarne un carrefour de cette Fraternité.

 

Merci à Philippe Liénard pour ce chemin dans les pas des Frères Belges.

 

JF.

 

Le livre : Histoire de la Franc-Maçonnerie Belge  Editions Jourdan

                  ISBN : 978 2 87466 462 5 . www.editionsjourdan.com

Sur 440 Pages 25,90 €

 

A lire également entre autres du même auteur :

 

Accusés de la Loge levez-vous ! 2003

Humains ni plus, ni moins 2004

Des Templiers à la Royal Society  2006

Mots et clavicules … en toute Fraternité 2007

Sur le chantier , précurseur de pensée libre, l’Art Royal grave ses vertus dans la pierre et dans nos cœurs 2008.

 

Philippe Liènard a de nombreux ouvrages en préparation.

NOTE DE L'ÉDITEUR :

À destination de tous, francs-maçons ou pas, l’auteur lève le voile sur l’Histoire assez méconnue de la Franc-Maçonnerie dite « symbolique » sur les territoires belges ; il en rappelle origines, légendes, méandres, et, en brosse le portrait au XXIe siècle. Des tableaux et listes, fruit d’une recherche précieuse du Frère Paul Vanderlinden, 33e (ayant atteint l’ultime degré du Rite qu’il pratique), reprennent des informations relatives à 600 francs-maçons ayant influencé la société belge, depuis 1789, année de la révolution française et des troubles révolutionnaires belges, pendant une centaine d’années.

La Franc-Maçonnerie belge, en expansion, et majoritairement « libérale », compte en 2017 près de 27.000 membres répartis surtout dans six Obédiences mixtes ou non (groupes de Loges) ; elle comporte autant de laboratoires fraternels de pensée libre que de Loges, soit environ 440, où l’on travaille
sur des sujets de réflexion tant spirituels que sociétaux, dans l’égalité et le respect de l’autre.

De la Gaule Belgique à l’improbable État belge né en 1830, la Franc-Maçonnerie belge fut et reste à la croisée des chemins des options maçonniques. La Belgique fut autrichienne (1714), française (dès après 1794) et hollandaise (1815), ce qui imprégna la spécificité de la Franc-Maçonnerie belge, d’origine
britannique.

La Franc-Maçonnerie perpétue un état d’esprit ancestral teinté notamment des corporations compagnonniques ; « art de bâtir » une société meilleure par l’amélioration de soi, elle fut aussi une ressource politique active à travers certains de ses membres, voire de loges. Des anglo-saxons d’avant ou d’après 1717, en passant par les périodes d’administration civile et militaire par les puissances d’Europe, jusqu’à la Belgique « neutre et indépendante » de 1830, et, de son roi franc-maçon Léopold Ier, une pensée maçonnique active vigilante traverse la société belge.

La Franc-Maçonnerie continentale reste discrète mais pas secrète ; elle s’avère beaucoup moins interventionniste ou sollicitée, voire affaiblie ; appréciée ou vilipendée pour les valeurs qu’elle véhicule, elle s’inscrit dans la lignée bienfaisante des écoles initiatiques de sagesse, demeure la cible de préjugés, suscite curiosité ou antimaçonnisme ; l’auteur entre dans les couloirs du temps, dans les coulisses des Loges ; il visite l’histoire maçonnique belge à travers son action, sa pensée et son « influence ».

RECENSION : 300 ANS
RECENSION : 300 ANS
BIOGRAPHIE DE L'AUTEUR



Philippe Liénard est avocat en droit des affaires depuis quasiment trente ans. Initié sous les auspices de la Grande Loge de Belgique, il y a occupé diverses fonctions maçonniques, dont celle de Vénérable Maître en 2005. Issue d'une famille mosaïque aux origines diverses

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5