Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par Jean-François Guerry, Jean-Pierre Rousseau, Jacques Viallebesset.
POÈTE HOMME DU PEU DE MOTS

POÈTE HOMME DU PEU DE MOTS

 

Homme du peu de mots, c’est ce qu’écrit Jean-Pierre Siméon, là peut-être à contrario dans sa longue préface de : Pour plus de lumière – Anthologie personnelle Charles Juliet. Poète non pas de l’obscur mais du rare, de l’essence. D’abord se taire pour comprendre. C’est aussi l’obligation de silence faite à l’apprenti franc-maçon. Comme une incongruité dans un monde de surabondance médiatique. Le jeûne des mots prend l’allure d’une disette médiévale, et s’accommode mal à la dictature de l’immédiateté.

 

Il faut noyer le peuple dans une logorrhée verbale, occuper l’espace médiatique pour être célèbre, ne pas tomber dans l’oubli.

 

Je n’échappe pas moi-même à ce travers de l’abondance, j’essaye de me soigner, j’ai encore beaucoup à faire ! La concision m’apparaît souvent comme une douleur, pourtant elle est mère de l’essentiel.

 

Jean-Pierre Siméon écrit encore : « Il faut donner au terme sa valeur d’épreuve, que chaque mot engage, que la surabondance du verbe encombre, obstrue le chemin qui permet la rencontre, laisse la vie en surface, bref perd le sens. »

 

C’est sans doute pourquoi aussi, les francs-maçons ont des mots de passe, des mots sacrés, simples courts, des mots de reconnaissance c’est-à-dire qui permettent d’aller vers l’autre.

La lecture attentive des rituels maçonniques étonne d’abord les jeunes francs-maçons et encore plus les profanes par leur simplicité, s’est ignoré leur puissance, leur potentialité. Les plus anciens francs-maçons reviennent à leurs rituels, c’est souvent l’essence qui leur reste après s’être débarrassés des pelures inutiles. Combien de fois à des interrogations j’ai entendu la réponse simple, as-tu regarder dans le rituel, dans ton rituel, relis ton rituel etc…Les rituels sont aussi des véritables mandalas, des missels initiatiques qui doivent êtres associés à la pratique.

 

Je vais essayer de faire court. C’est pourquoi, je m’efforce, de vous proposer la lecture de poèmes. Car je sais qu’ils sont le suc de leurs auteurs. Les poètes ont cette faculté de faire résonner en nous les mots les plus simples, de leur donner une dimension incommensurable, c’est l’espérance que chantait Jean Ferrat :

« Le poète a toujours raison, qui voit plus haut que l’horizon et le futur est son royaume. »

 

Jean-François Guerry.

POÈTE HOMME DU PEU DE MOTS

 

 

  •       Je suis blanc bordé de noir

 

Je suis blanc bordé de noir indissociable

Complémentaire du blanc, sans lui inconcevable.

       

Selon le langage de l’hermétisme, l’initié

Accomplit « l’œuvre au noir » avant de commencer

D’aborder « l’œuvre au blanc » mystère de toute substance.

Il s’agit de l'alternance vie mort renaissance.

 

De même le TAO fait descendre le cherchant,

Dans les noirceurs de l’abîme en cheminant,

Pour remonter vers l’éclosion de la fleur d’or,

Et découvrir le blanc, connaître le trésor.

       

Je suis de l’alternance Yin Yang le synthème !

je suis ni noir ni blanc évitant l'anathème.

 

De passer de l'opposition des contraires

Au réel concept de complémentarité.

Réitération des rituels et assiduité,

Je provoque ainsi réflexion entre les frères.

       

Je suis blanc bordé de noir pour donner envie

D'écouter et enrichir librement les esprits

Par l'alternance de l’un à l’autre des avis

Puis du retour de l’autre à l’un sans conflit.

 

Tout au long de sa vie, celui qui me porte,

Trouvera, sur son chemin multiples cohortes

D'apparentes oppositions des contraires,

Homologues parce que complémentaires.

 

        noir                             blanc

        vice                             vertu

        non manifesté             manifesté

        immanence                 transcendance

 

Jean-Pierre Rousseau.

POÈTE HOMME DU PEU DE MOTS

La parole vive

J’habite au cœur d’un cercle bleu

 Où j’ai perdu mes pauvres mots

Sa circonférence est nulle part 

 Et son centre demeure partout

Tracé à la pointe du compas

Où plonge un puits profond d’eaux

Vives d’où la voix et le corps

S’animent du souffle et geste

 Puits où se mire une étoile

J’entends le son sourd de mon sang

Qui épèle dans les ténèbres

Cherchant  le lieu de la parole

Qui est la sève du savoir

Et sera  la saveur  des jours 

La vie la vie souffle dans les mots

Vers les quatre points cardinaux.

Jacques Viallebesset.

sont extraits du recueil CE QUI EST EPARS paru chez Recours au poème éditeurs.

La parole vive est inédit.

POÈTE HOMME DU PEU DE MOTS
Jacques Viallebesset.

Jacques Viallebesset.

AVEC L'AIMABLE AUTORISATION DES AUTEURS.

Voir les commentaires

Publié le par Loge Kleio
À LA RECHERCHE DE LA COMPLÉTUDE

LA TABLE D'EMERAUDE

P G

10-X-6016

 

 

La Table d'Émeraude constitue le plus court résumé, sinon le plus clair, du Grand OEuvre alchimique.

Hermès Trismégiste, Hermès le « trois fois grand », qui se désigne à la fin du texte de la Table comme son auteur, tantôt considéré comme un sage, un adepte de la Gnose qui aurait vécu peut-être au IIème siècle avant J.C., tantôt comme le dieu lui-même, apparait dans le panthéon égyptien en tant que premier ministre ou descendant du Dieu Thot.

Dieu lunaire, qui sera assimilé par les Grecs, vers le IVème siècle avant J.C., au Logos, c'est à dire au Verbe.

Dont voici le texte :

Vrai sans mensonge, certain et très vrai. Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. Et ce qui est en haut est comme ce qui en bas, pour réaliser les miracles d'une seule chose.

Et de même toutes choses procèdent d'une seule, par la médiation d'une seule. Ainsi toutes choses naquirent de cette chose unique, par adaptation.

Son père est le Soleil, sa mère la Lune. Le vent l'a porté en son sein. La terre est sa nourrice.

Voici le père de tout le telesme du monde entier. Sa force est entière, si elle est transformée dans la terre. Tu sépareras la terre du feu, le subtil du grossier, doucement, avec grande ingéniosité.

Il monte de la terre au ciel, et redescend en terre, et reçoit la force des choses d'en haut et de celles d'en bas. Ainsi, tu auras la gloire du monde entier. Et c'est pourquoi toute l'obscurité te fuira. Voici l'énergie forte de toutes les énergies, qui vaincra toutes choses subtiles et pénétrera toutes choses solides.

Ainsi fut créé le monde. Voici que seront des adaptations admirables, dont voici la manière.

C'est pourquoi je m'appelle Hermès le Trois Fois Grand, possesseur des trois parties de la philosophie du monde entier. Ce que j'ai dit de l'opération du Soleil est terminé.

 

Si le texte laisse entrevoir, de façon presqu’occasionnelle, des opérations pouvant être qualifiées (à la rigueur…) de chimiques, l’ensemble n’en fait pas moins allusion à une philosophie novatrice débouchant sur une problématique du monde abordée différemment et plus particulièrement sur une interaction permanente entre le cosmos et la terre.

Sa finalité tend à démontrer l’unicité de l’univers soumis à des lois communes à tous les niveaux.

En dehors de l’esprit universel caractérisant la Table d’Emeraude, elle fournit une explication sur l’homme et le cosmos, permettant d’envisager la nature et les étapes de la démarche initiatique dont l’homme, à la fois Ouvrier, Matière Première, Outil et OEuvre en cours de réalisation, se présente comme un acteur dans le théâtre que constitue l’univers.

A première vue, s’établit entre l’homme et le Cosmos une distance incommensurable qui réduit le premier à une quantité négligeable du second et le condamne à une impuissante fragilité. Cependant, placé au milieu de l’indéfiniment grand et de l’indéfiniment petit, l’homme, sensible au mystère lié à ce qui le dépasse, s’interroge et devient capable de percevoir la dimension du Sacré.

De plus et surtout, il possède, au moins potentiellement, une faculté d’ordre universel qui transcende son individualité corporelle et alchimique et qui lui confère la capacité de découvrir la cause derrière l’effet, l’implicite sous l’explicite, l’intelligible manifesté par le sensible.

Poussé par un pressentiment ou une réminiscence, lorsqu’il frappe à la porte du Temple, le profane, dont la seule certitude qu’il avait jusque-là était d’être dans le doute*, a déjà l’intuition que l’univers forme un Tout ordonné et hiérarchisé, harmonieusement régi par des lois immuables à l’origine desquelles préside un Principe Unique.

En loge, l’espace s’étend de l’Orient à l’Occident, du Septentrion au Midi et du Zénith au Nadir. Devant nous, à l’Orient, nous voyons le soleil et la lune. Ce qui est en bas devient comme ce qui est en haut.

Lorsque nous sommes placés à l’ordre, nous pouvons comprendre que nous participons de la structure ternaire de l’univers : par l’orientation de nos pieds, nous appartenons au monde matériel ; par la rondeur de notre voûte crânienne, au monde spirituel ; par le reste de notre personne, au monde intermédiaire ou psychique. Ainsi constituons-nous un petit monde, un microcosme, dont le corps, l’âme et l’esprit ont leur correspondance respective dans les trois niveaux du macrocosme.

L’initiation apparaît dès lors comme la création du monde, consistant en la mise en ordre d’un chaos.

D’abord, dans sa relation au monde, l’homme a ressenti l’égrégore de forces contraires et unies.

* Hommage à Pierre Desproges

 

Ensuite, à l’intérieur de lui-même, il a fait l’expérience de la multiplicité de son être avec sa part d’ombre faite de pulsions et d’émotions.

Il se multiplie également en présence de l’autre. Le dessinateur Philippe Geluck, auteur des bandes dessinées « le chat », a une très belle phrase en ce sens : « Quand quelqu’un partage mon opinion, j’ai l’impression de n’avoir plus qu’une demi-opinion ».

L’être a pourtant, de tout temps, perçu une unité fondamentale, particulièrement dans la manifestation du cosmos. Le parcours du soleil, le rythme des saisons et la chaîne même de la vie, où toute mort fournit le germe d’un renouveau, donne l’intuition de régularité et de complétude, d’un rapport secret entre le rythme de l’âme et de celui de l’univers, de ce qu’on peut appeler un « ordre ».

« Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas pour accomplir le miracle de l’unité », confirme la Table d’Emeraude d’Hermès Trismégiste, le trois fois grand.

Les Constitutions d’Anderson contiennent aussi cette phrase : « La FM est destinée à rassembler ceux qui, sans elle, ne se seraient jamais rencontrés ».

De cette conscience découle, d’une part, la pratique du symbolisme, qui fait de toute chose l’expression d’une vérité analogiquement supérieure, et d’autre part, l’assurance que la connaissance de soi amène à la connaissance des autres et de l’univers, et celle-ci à la Connaissance du Principe Unique.

Dès lors, l’homme ne se trouve plus seulement dans le cosmos, mais le cosmos se trouve dans l’homme, et tous deux obéissent également à une Loi Universelle. En travaillant nous coopérons à l’exécution du Grand OEuvre selon le Plan du Grand Architecte de l’Univers.

Il s’en suit que la démarche initiatique passe par la connaissance de cette Loi Universelle puisque celle-ci ne fait que refléter la Volonté du Grand Architecte, en tant qu’organisateur du Chaos et source de l’Ordre et de l’Harmonie de l'Univers, et parce que l’initié, grandissant en sagesse, comprend que la liberté a pour condition la participation à l’Ordre Universel.

Mais cela nécessite de nous affranchir des limitations propres à l’existence individuelle, par la reconnaissance en nous du Soi immanent et de son identité avec le Principe Unique.

Cette Union au Principe délivre du carcan existentiel et correspond à une autre naissance, celle qui marque le passage de l’ordre psychique à l’ordre spirituel. Libération des déterminations et des servitudes du monde, elle se produit au centre de nous-même, dans la caverne du Coeur où s’opère la fusion de l’individuel avec l’universel.

À LA RECHERCHE DE LA COMPLÉTUDE

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
CHOISIR

CHOISIR

 

Il y a dans la vie des moments opportuns, des fenêtres ouvertes, les grecs appelaient ces moments le Kairos. Le moment où notre heure est venue, où elle résonne en nous, c’est souvent à l’heure de midi, du midi de sa vie. Quand quelqu’un vous tend la main et vous ouvre la porte du temple, de votre temple. Là pas de dérobade, il faut choisir.

Certains parlent de libre arbitre, d’autres n’y croient pas, ils parlent du hasard. Je dirais peu importe seul le choix importe.

 

C’est un choix simple, volontaire c’est bien de votre libre et propre volonté que vous franchissez la porte du temple. Ce choix, est un choix humble. Ce n’est pas une décision magistrale, vaniteuse, arrogante, ostentatoire, comme celles de certains mécènes qui veulent ennoblir de vertu leurs richesse matérielle. Les trompettes de la renommée sont souvent mal embouchées.

On est là dans des gestes simples, discrets comme la cueillette de quelques fleurs sauvages offertes en silence à l’épouse magnifique, à la mère dévouée.

 

C’est dans ce moment, ce midi quand le soleil de sa vie est au zénith, que l’on accepte de redescendre, d’être un apprenti, de s’engager au combat contre les vices, à la pratique des vertus. A mettre sur le chantier ce principe intangible des Francs-Maçons, des free-masons.

 

Un moyen d’être comme l’a écrit André Suarès l’insurgé :

« Le seul moyen de supporter la fatalité du monde : c’est d’ennoblir la vie. » D’ouvrir en grand l’œil du cœur quand le bandeau est tombé, de choisir la vertu et non le vice.

L’initiation maçonnique permet avec sa volonté et l’aide des autres, de monter progressivement, lentement dans l’échelle des vertus, avec persévérance en étant fidèle à ses serments. Conscient que la grande Lumière ne sera au rendez-vous que le jour de l’ultime initiation à la porte de la mort.

 

Je vous propose aujourd’hui de lire ou relire ce qu’écrivait Vladimir Jankélévitch à propos des vertus dans l’introduction de son deuxième traité : Les Vertus et l’amour – Chapitre V- De la justice et l’Équité. Cette invitation a aller à la pointe la plus élevée de nous-mêmes acumen acuminis, jusqu’au bord de l’âme, jusqu’à son effleurement.

 

« Si l’humilité est le support et la fondation de toute excellence, la charité en doit être le couronnement. Nous disions l’humilité, vertu de continuation si on la compare à la charité, est vertu du commencement par rapport à la modestie ;- la charité, elle, est l’absolu commencement et l’absolue terminaison, l’alpha et l’oméga !

 

Dans cette sublime vertu toutes les vertus sont impliquées ; à cette vertu gracieuse correspond le seul impératif inconditionnel, suffisant et catégorique qui est l’impératif d’aimer. Avec cela tout est dit. En sorte qu’au delà du commandement d’amour il y a encore l’amour, et toujours l’amour.

 

Aimer son prochain, - telle est la seule chose qui soit exécutable sur-le-champ et pour chacun de nous, la seule qu’il faille faire absolument, la seule qui soit prescrite sans aucune restriction, la seule dont l’absence rend toute imperfection pardonnable. L’amour est la cime de la cime, ‘acumen acuminis’.

 

L’amour est la vérité et la vie de toutes les autres vertus…. »

 

Que dire de plus Vladimir Jankélévitch joint ses paroles à celle de Paul de Tarse, qui a effectué sa conversion vers l’amour dans sa première lettre aux Corinthiens.

La vertu d’amour est le commencement et la fin, le centre et la circonférence. L’amour nous sauve en quelque sorte en étant l’exact contraire de l’égoïsme, elle nous porte vers l’autre, c’est-à-dire aussi vers soi.

 

Jean-François Guerry.

CHOISIR

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
DEDICACES INFO - Bernard RIO

Bernard Rio à la rencontre de ses lecteurs 3 séances de dédicaces en Bretagne

 

Le Samedi 5 décembre à la librairie Coop breizh de Lorient 56100 - 60 Rue du Port 

de 15h à 17h.

 

Le Samedi 12 décembre à la librairie Coop Breizh de Quimper 29000- 16, Rue Elie Freron

 

de 15h à 17h

 

Le dimanche 13 décembre à la librairie Lenn-Ha-Dilenn à Vannes 56000- 8, Rue des Chanoines 

 

de 15h à 17h

 

Ses deux derniers ouvrages "Le dieu sauvage" Roman (voir recension sur le Blog)

 

"La Lumière des siècles "- L'art et l'histoire des vitraux en Bretagne.

 

Merci de votre soutien aux Libraires indépendants et aux auteurs.

Jean-François Guerry

DEDICACES INFO - Bernard RIO

Résumé

La Bretagne conserve un exceptionnel maillage d'églises et de chapelles. Ce patrimoine culturel et cultuel fait la part belle aux saints topiques lesquels sont honorés et associés à des rites spécifiques. Saints bretons et pardons figurent ainsi en bonne place dans les vitraux de la Bretagne historique. Ce serait néanmoins une erreur de réduire l'art du vitrail aux seules représentations de la foi chrétienne et de la religion populaire. 
Les sanctuaires renferment des trésors qui relèvent à la fois de l'art et de l'histoire. Depuis le XIIe siècle jusqu'à nos jours, les vitraux illustrent les heures de gloire et les drames de la société. Cet art qui joue avec les lumières et les couleurs reflètent un temps à la fois profane et sacré. Il met en scène à la fois le faste des princes et les merveilles accomplies par les saints magiciens, la quête du Graal et le mystère des Templiers, la Passion du Christ et les passions humaines, la liesse des mariages et la croyance dans l'au-delà. 
Ils célèbrent les faits d'armes accomplis pendant les guerres, celles de Cent Ans, de Sept Ans et de la Ligue, celles de 1870, de 1914-1918 et de 1939-1945, ou plus tôt encore lors des invasions vikings et des luttes incessantes des Bretons contre les Francs. Ils commémorent les massacres de la Révolution, les naufrages et les épidémies. Ils célèbrent les moissons, les pêches miraculeuses et les expéditions lointaines. 
C'est toute l'histoire de la Bretagne qui est ainsi conservée dans les verrières qui se révèlent être des fenêtres lumineuses sur le passé et des invitations à la légende. L'Ankou à Plémet, le roi Arthur à Tréhorenteuc et la fée Mélusine à Fougères côtoient la duchessse Anne à Dinan, Jacques Cartier à Saint-Malo, les connétables Olivier de Clisson à Josselin et Bertrand Du Guesclin aux Iffs. Saint Ronan affronte la sorcière Keben à Locronan, le spectre de saint Aubin chasse les envahisseurs normands à Guérande tandis que des druides coupent le gui sous le regard des vestales à Penvenan... 
Bernard Rio nous ouvre les yeux sur un trésor inédit et un spectacle hors du commun. Il entraîne le lecteur à une immersion dans deux mille ans d'histoire bretonne.

 

Bernard Rio.

DEDICACES INFO - Bernard RIO

HUMOUR VACCINATION 

 

Merci à Jean-Paul pour cet envoi

DEDICACES INFO - Bernard RIO

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
L'équipe d'un Café Joyeux

L'équipe d'un Café Joyeux

LE COMMENCEMENT

 

                        « Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi un invincible été. » Albert Camus été 1954

 

Le commencement c’est un retour à notre jeunesse, à l’émerveillement, à l’homme nouveau. Entrer en relation avec son intériorité, se construire à nouveau. C’est ce qui ouvre la porte derrière laquelle se trouve la beauté de l’univers. C’est tout simplement exister vivre. Ne pas être que des pierres sèches oubliées. Mais être comme les jeunes vertes près du fleuve qui brille au fond de la vallée de l’espérance.

 

Ce travail intérieur n’est pas une naïveté béate, mais une résistance active au cynisme, à l’indifférence. Ce travail qui nous relie à l’autre, aux autres, avec les autres.

 

On parle de transition aujourd’hui à propos de tout, la plus grande des transitions, c’est le chemin qui mène de l’extérieur à l’intérieur. C’est pourquoi les francs-maçons travaillent à faire tomber les voiles des apparences, pour approcher la vérité, pour voir derrière la grande lumière.

 

Si vous voulez voir à quoi ressemble la beauté du monde, prenez vous par la main, allez dans un Café Joyeux, c’est un lieu de transition, de transformation, où sous vos yeux se déroule les métamorphoses de l’être, bien loin de l’avoir. Allez voir les compagnons d’Emmaüs ou les bénévoles des restos du cœur.

Vous saurez alors ce que veut dire que la joie soit dans les cœurs.

 

Jean-François Guerry.

A écouter attentivement la force des mots.

Voir les commentaires

Publié le par Hervé DEROEUX

Voir les commentaires

Publié le par Clementia

Cet article est reposté depuis Un jour, une pensée.

Voir les commentaires

Publié le
CONSTRUIRE  DES TEMPLES

CONSTRUIRE DES TEMPLES

 

Construire des temples à la vertu et des cachots pour le vice. En franc-maçonnerie tout es affaire de symboles, et le symbolisme de la construction est présent jusqu’à des degrés avancés de l’initiation.

Certains construisent des temples pour célébrer la gloire de leur Dieu ou de leurs dieux. D’autres pour célébrer la mère nature. Il y a des temples sur toute la surface de la terre, dans la forêt les arbres sont les colonnes du temple.

 

Il y a des temples de pierre et des temples de l’esprit, des temples extérieurs et des temples intérieurs. Des temples en bas semblables à ceux d’en haut, des temples à l’image du ciel.

 

Des temples de la fraternité humaine, comme des cœurs ouverts, comme les restaurants du cœur.

 

Des temples universels où raisonnent les maillets de la justice, de la morale. Qui ne sont pas des chapelles partisanes.

 

Des temples où résonnent les maillets rythmant les battements de cœur.

 

Des temples où le souffle divin passe entre les colonnes avec force, sagesse et beauté, dans ces temples on entend des paroles retrouvées de la joie dans les cœurs.

Et puis il y a, l’architecture des temples, les rêves des architectes. L’architecture et la musique sont deux arts : « Qui enferment l’homme dans l’homme. » il voit à l’intérieur de lui-même.

 

Le franc-maçon est un architecte particulier celui de sa vie, architecte de l’action spirituelle, qui va du sacré au divin.

 

Faire le choix de construire le temple de l’esprit, plutôt que des temples de pierre, c’est se construire : « A force de construire conclut Eupalinos, je crois bien que je me suis construit moi-même. »

 

J’ajouterais à force de tailler, de polir chacune de mes pierres, pour les assembler, je me suis identifié, je suis ce que je suis, je suis devenu moi-même, je suis devenu un temple, en tout cas j’aspire à l’être, j’ai encore à me perfectionner.

 

Jean-François Guerry

CONSTRUIRE  DES TEMPLES
CONSTRUIRE  DES TEMPLESCONSTRUIRE  DES TEMPLESCONSTRUIRE  DES TEMPLES

Voir les commentaires

Publié le
HUMOUR  DÉCONFINEMENT PARTIEL

Pour tous ceux qui cherchent la lumière elle est vous....

 

HUMOUR  DÉCONFINEMENT PARTIEL

Voir les commentaires

Publié le par Clementia

Cet article est reposté depuis Un jour, une pensée.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog