Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par Jean-François Guerry
Prenez et mangez, et donnez à manger à celui qui a faim… !

Prenez et mangez, et donnez à manger à celui qui a faim… !

 

 

Cette injonction est extraite d’un rituel maçonnique, il faut la prendre dans son sens moral, il est question de nourritures spirituelles et de la Connaissance, mais pas seulement ! Le compagnon partage son pain et aussi le bien moral, c’est ainsi qu’il accomplit son devoir d’homme.

Coluche, celui qui voulait donner à manger et à boire à tous ceux qui ont faim et soif sans discrimination, est passé à l’Orient éternel le 19 juin 1986, il y a 36 ans. Il pensait que la 5ème puissance du monde serait capable de réaliser son rêve de justice. L’histoire prouva hélas que non, malgré des bénévoles de plus en plus nombreux se substituant à l’incurie des gouvernements successifs. Coluche succédait déjà à l’Abbé Pierre l’abbé des pauvres et des mal logés, qui lançait son appel pathétique le 1er février 1954 au cœur d’un hiver rigoureux, il y a 68 ans : « Mes amis au secours ! Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à 3 heures, sur le trottoir du Boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, on l’avait expulsée… » (1)

 

La faim, le manque de logement sont toujours présents dans notre société.

La Franc-maçonnerie nous demande de pratiquer la justice et de combattre donc toutes les injustices, pour se faire elle a aussi ses œuvres de charité, mais le cœur de sa démarche est bien son combat contre les injustices, elle lutte pour que tous les hommes soient frères, elle lutte pour la dignité de l’homme. Faut-il choisir entre justice et charité, il ne peut y avoir de justice sans charité préalable sans amour de l’homme.

 

Faut-il que la charité soit ostentatoire ? La réponse est complexe, l’ostentation individuelle n’est pas souhaitable, elle ne fait que flatter l’orgueil, mais l’ostentation dans un cadre collectif est de nature à mettre les gouvernements devant leurs insuffisances et leurs responsabilités.

 

À propos du spectacle « Les enfoirés » le chanteur Bernard Lavilliers a déclaré récemment : « On ne défend pas une bonne cause avec de mauvaises chansons…. C’est une sorte de fiesta, et pourquoi pas finalement. Mais c’est toujours pareil, on fait la charité parce que l’on est incapable d’imposer la justice. » (2)

 

Pourtant Jean-Ferrat ne chantait pas pour passer le temps.

 

Les Francs-maçons ne maçonnent pas non plus pour passer le temps.

 

On ne peut pas opposer charité et justice, la charité ne peut pas non plus se substituer à la justice et il n’y a pas de justice sans charité. Cette charité qui commence par l’écoute de l’autre, la considération de l’autre, de sa dignité d’homme. On parle de conversion du regard en Franc-maçonnerie, l’importance du regard que nous portons sur nous-mêmes et sur l’autre est plus importante que la chose regardée, c’est dans ce mouvement du regard vers soi et vers les autres que naît la fraternité. Comprendre donne la force de faire, la capacité de faire, l’écoute de l’autre est le premier pas vers lui. « Tant de fois j’ai senti la nature réclamer de moi un geste, et je n’ai pas su lequel lui donner ». (3)

 

Nourritures terrestres et nourritures spirituelles ne s’opposent pas, sauf peut-être pour les anachorètes, les ermites solitaires. Ce que ne sont pas les Francs-maçons. Ils ont à cœur le partage, et la transmission de ce qu’ils ont reçus. Le grand mot, comme le grand projet est la fraternité. Mettre fin à la souffrance, la remplacer par la joie.

 

Le drame est sans doute que dans notre société l’on ne sait plus se parler d’homme à homme. Que l’on détourne trop souvent le regard on s’abrite, l’on s’achète une conscience individuelle et collective. Il n’y a plus assez de ciel et d’étoiles dans nos yeux comment pourrions-nous dès lors donner de l’espérance aux autres et formuler le vœu que ce qui est en bas soit semblable à ce qui est en haut ! On a remplacé la divinité des nombres, par la sécheresse spirituelle des chiffres et des pourcentages, en ne parlant plus que de chiffres, on ne parle plus l’homme, l’on ne parle plus aux hommes.

 

« La terre se couvre d’une nouvelle race d’hommes à la fois instruits et analphabètes, maîtrisant les ordinateurs et ne comprenant plus rien aux âmes, oubliant même ce qu’un tel mot a pu jadis désigner. Quand quelque chose de la vie les atteint malgré tout, un deuil ou une rupture, ces gens sont plus démunis que des nouveaux nés. Il leur faudrait alors parler une langue qui n’a plus cours, autrement plus fine que le patois informatique ».(4)

 

À force de ne parler qu’en chiffres on ne sait plus parler d’âme à âme, notre langage a perdu les mots de justes, les d’amour qui sont pourtant à la fois nourriture terrestre et spirituelle.

 

                                                  Jean-François Guerry.

 

 

  1. L’Abbé Pierre Extrait de son appel du 1er février 1954.

     (2)    Bernard Lavilliers Extrait d’interview lors de la sortie de son dernier    disque.

    (3)     André Gide Les Nourritures Terrestres 1897.

 

    (4)     Christian Bobin Ressusciter. Page 51 Éditions Folio 2001.

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S’INSCRIRE A LA NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

LIRE : Éditions ubik Académie Maçonnique de Provence.

Je me permets de vous rappeler également que les livres coédités par l'Académie Maçonnique Provence et les Éditions Ubik sont toujours disponibles en cliquant ici. Vous trouverez:
Louis Trébuchet "Appel aux racines spirituelles du REAA"
Un voyage en 23 étapes fondatrices du REAA.
 
Jean-François Guerry "Exercices spirituels antiques et Franc-maçonnerie "
On peut vivre sans la philosophie, comme l'on peut vivre sans la Franc-maçonnerie, mais moins bien...
 
Marc Halévy " Après la Modernité quelle Franc-maçonnerie ? "
L'avenir de la Franc-maçonnerie dans le monde et la Franc-maçonnerie dans l'Avenir du monde.
 
Louis Trébuchet, "Le désir des collines éternelles"
La spiritualité, voie vers l'harmonie. Prix incluant la livraison à domicile.
 
Marc Halévy "Kabbale et Franc-maçonnerie"
Le regard du Kabbaliste et du Maçon pour partir à la découverte de trois échelons mystiques qui sont autant de grades maçonniques.
 
Solange Sudarkis "Il était une fois un mythe, Hiram"
Hiram raconté, Hiram commenté, Hiram interprété, mais Hiram rassemblé.
 
Michel Fromaget "Corps, Âme, esprit: Liberté, Vérité, Beauté"
Une introduction à l'anthropologie ternaire de l'Homme pour mieux comprendre la notion de deuxième naissance.
 
 
Enfin, nous sommes heureux de confirmer que les VIIes Rencontres se dérouleront au Château Saint-Antoine le samedi 5 février 2022 sur le thème :
 
"Alchimie et Hermétisme"
 
Nous vous dévoilerons prochainement les invités et les sujets de leur intervention. Nous vous réservons quelques surprises...
 
Avec les sentiments fraternels de toute l'équipe.
Alain Boccard
Président
Académie Maçonnique Provence
Prenez et mangez, et donnez à manger à celui qui a faim… !

 

VIENT DE PARAITRE-

En quête du Mystère

par-delà impasses et fantasmes

Pourquoi cette obsession pour le mystère ?

Le mystère n’est pas une énigme à déchiffrer !

Commençons par affirmer qu’il n’y a pas de mystère et que ce sont nos illusions chimériques qui l’inventent.

Il s’agit alors seulement d’accepter la réalité telle qu’elle est. Toute la réalité, pas seulement celle des apparences.

Le seul problème, c’est que nous ne savons pas la voir.

Le mystère est donc cette réalité qui nous reste inconnue, réalité ultime que nos concepts sont impuissants à décrire.

Notre rapport au mystère tient dans notre incapacité à nous relier au réel et à accepter une réalité plus grande que nos perceptions.

Pour entrer dans le mystère, il faut en pénétrer toutes les dimensions, en ressentir l’épaisseur et accepter, tout simplement, de le vivre.

Au sommaire

Fred PICAVET, En quête du Mystère

Jean DUMONTEIL, Dans la simplicité et la générosité du mystère

Bertrand VERGELY, L’apophatisme, approche du Mystère

Gaston-Paul EFFA, Le nouvel Orphée ou la poésie pour entrer en Mystère

Jacques DI CONSTANZO, La Vérité, perpétuel mystère, est-elle inscrite dans nos

neurones ?

Richard BACIN, Les cultes dionysiaques

Pierre PELLE LE CROISA, Un petit « Rien » du « Tout » !

Jean-Michel MENCIA-HUERTA, Le cheminement du maçon…? Un vrai mystère !

« Cahiers de L’Alliance » n°10, En quête du Mystère, Ed Numérilivre,

Paris, octobre 2021, 120 pages, 18 €. – abonnement un an, 3 numéros, 48 €.

A commander sur www.eosphoros.fr ou www.numerilivre.fr

Au rythme de 3 numéros par an, les Cahiers de L’Alliance sont édités par la Loge nationale de recherche de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française.

Directeur de la rédaction : Jean DUMONTEIL - Rédacteur en chef : Jean-Claude TRIBOUT

 – cahiers.alliance@alliance.fm

Voir les commentaires

Publié le
CONFERENCE CONCERT A NE PAS MANQUER
CONFERENCE CONCERT A NE PAS MANQUER
CONFERENCE CONCERT A NE PAS MANQUER
Un lieu magique pour une conférence et un concert magique.

 

A ne pas manquer

Voir les commentaires

Publié le
USINE FRANCAISE DE MASQUES MPTEC -QUÉBRIAC 35- FRANCE

USINE FRANCAISE DE MASQUES MPTEC -QUÉBRIAC 35- FRANCE

Cet article est-il maçonnique ? Non pour ceux qui sont dans la théorie. Oui peut-être pour ceux qui croient à la pratique.

BAS LES MASQUES !

 

Voilà plus de deux ans que nous subissons cette pandémie, pouvons-nous agir un peu individuellement, collectivement et simplement suivant le concept du « COLIBRI ».

Dans notre monde médiatisé à outrance, ou la « Com » se substitue trop souvent à l’action en saturant l’espace et noyant la réflexion. L’incontinence verbale de chaque minute empêche l’action. Ce n’est pas une « Parole perdue », mais un flot de paroles perdues, oubliées, remplacées par d’autres paroles perdues dans une chaine continue. Le faire n’a plus de temps.

La pandémie a potentialisé notre inaction, cela a commencé par le problème des masques. Le Roi Salomon responsable des stocks de notre épicerie médicale en gestionnaire a décidé de détruire les stocks de masques pseudo périmés et n’a pas jugé utile de reconstituer le stock. Quand les clients involontaires se sont présentés il a fait un appel désespéré au dragon chinois pour reconstituer à grand frais son stock. Je me souviens d’avoir acheté à mon pharmacien mis alors à contribution, ma boîte de masque chinois les seuls disponibles pour la modique somme de 30 €. Il faut bien payer les enfants ouvriers de Chine ou d’ailleurs.

« Du coup » après cette bonne gestion du Sage Salomon, il fallait réagir, réformer, on ne nous y prendrait plus ! D’ailleurs la guerre était déclarée, nous allions y mettre donc les moyens et non plus dire, mais faire. Bon sang ne saurait mentir on envoie bien des fusées dans l’espace, donc nous pouvons faire des masques, quelle heureuse surprise !

Près de chez moi en Bretagne on avait fermé une usine de fabrication des masques, les machines transférées dans un pays d’Afrique du Nord et oui le Roi Salomon il n’en voulait plus des masques à dormir sur les étagères de son épicerie médicale. Eh bien la région, le département ont décidés de rouvrir l’usine devant la pénurie, d’un « coup » mon pharmacien m’a vendu les masques à 15 €, la loi du marché !

 

C’était sans compter sur les enfants de Chine ou du Bangladesh ils ont travaillé plus, les prix ont baissés à nouveau. Fiction : l’UNICEF s’est émue, les responsables de cette belle institution ont parlés.

 

Puis le temps a passé la « com » a changé de sujet, las la pandémie dure, on s’aperçoit que l’on ne fabrique pas nos médicaments, nouvelle subite et inattendue surprise !

Je continue d’acheter des masques fabriqués en France chez mon pharmacien produit un produit médical cela me semble normal. Mon voisin, bien plus malin que moi et surtout qui a tout va proclame son patriotisme et la défense du commerce local me dit ah les masques ! Moi je les achètes chez Leroy-Merlin le magasin de bricolage ils en ont en promo à 5€ la boite, formidable ! Des Chinois mais il faut être cohérent on ne peut pas tout avoir. C’est sûr ! Pourtant mon voisin il milite pour les circuits courts, le petit commerce, l’empreinte carbone, les droits sociaux, la protection de la jeunesse. Autant de choses complétement hors de ma portée, mois benêt j’achète mes masques plus chers chez mon pharmacien à côté de chez moi.

Tiens à ce propos mon stock baisse, on ne va pas me la faire à l’envers comme au Roi Salomon, je me précipite chez mon pharmacien, las je n’ai plus de masques fabriqués en France, mais j’ai des Chinois et des Turcs au choix. Pourquoi vous n’avez plus de Français je lui demande naïvement, la réponse est claire mon grossiste m’a livré ceux-là. Je croyais que c’était le client qui demandait ce qu’il voulait à son fournisseur ? Je refusais d’acheter ces masques, argumentant sur les paroles entendues partout recommandant d’acheter, Français, local étant resté sur l’idée que la région, le département, l’état avait mis de l’argent pour faire fonctionner l’usine de masque Français et qu’après tout cet argent venait un peu de ma poche, de mes impôts…

Malgré toutes mes paroles, qui je sais par nature sont éphémères rien n’a pu convaincre mon pharmacien.

Heureusement, j’en ai trouvé aux Galeries Lafayette j’étais content et satisfait surtout que Lafayette fût un défenseur de la liberté et de l’indépendance des Etats-Unis, liberté et indépendance, mais je mélange tout sans-doute ?

Une fois n’est pas coutume sans faire le franchouillard je vais faire de la « Pub, de la com » pour cette usine qui fabrique des masques Français, emploie des ouvriers majeurs avec un statut social digne. Quelle est située à côté de chez moi à Québriac en Ille et Vilaine. Achetez des masques de cette usine, pour qu’elle ne ferme pas et que nous n’ayons pas laissé faire, cette fois-ci sans rien et sans rien faire.

 

J’ai dit, j’ai trop dit, beaucoup dit, maintenant je vais m’efforcer de faire un peu.

 

                                          Jean-François Guerry.

 

 

USINE DE MASQUES : MPTEC ZA de ROLIN 35190 QUÉBRIAC.

Masques à Usage Médical Type IIR, Grand Public Cat 1 - Taille Enfant/Adulte ... MPtec, une entreprise Française dont l'usine est implantée en Bretagne, ..

 

 

Note :  Avec mes excuses pour notre lecteur Cincinnatus je convoque encore les philosophes antiques. Socrate celui qui parlait dans la rue à mille hommes et souvent n’était qu’écouté d’un seul. Platon son disciple qui a dit à un vieil homme qui lui racontait qu’il écoutait les leçons sur la vertu, il lui dit : « Et quand commenceras-tu à vivre vertueusement ? » On ne peut pas toujours faire de la théorie, je rajouterais parler et débattre sans cesse. Il faut bien penser une fois enfin à passer à l’exercice. Mais aujourd’hui on prend pour un rêveur celui qui vit ce qu’il enseigne.

Il ne s’agit pas là d’étaler une couche de moraline, mais simplement de mettre nos actes en cohérence avec nos paroles.      

Qui a tué Davy Moore ?

Qui a tué Davy Moore
Qui est responsable et pourquoi est-il mort
C'n'est pas moi dit l'arbitre pas moi
Ne me montrez pas du doigt
Bien sûr j'aurais p't-être pu le sauver
Si au huitième j'avais dit assez
Mais la foule aurait sifflé
Ils en voulaient pour leur argent tu sais
C'est bien dommage mais c'est comme ça
Y'en a d'autres au-d'ssus de moi
C'est pas moi qui l'ai fait tomber
Vous n'pouvez pas m'accuser
Qui a tué Davy Moore
Qui est responsable et pourquoi est-il mort
C'n'est pas nous dit la foule en colère
Nous avons payé assez cher
C'est bien dommage mais entre nous
Nous aimons un bon match c'est tout
Et quand ça barde on trouve ça bien
Mais vous savez on n'y est pour rien
C'est pas nous qui l'avons fait tomber
Vous n'pouvez pas nous accuser
Qui a tué Davy Moore
Qui est responsable et pourquoi est-il mort
C'n'est pas moi dit son manager à part
En tirant sur un gros cigare
C'est difficile à dire à expliquer
J'ai cru qu'il était en bonne santé
Pour sa femme ses enfants c'est bien pire
Mais s'il était malade il aurait pu le dire
C'est pas moi qui l'ai fait tomber
Vous n'pouvez pas m'accuser
Qui a tué Davy Moore
Qui est responsable et pourquoi est-il mort
C'n'est pas moi dit le journaliste à la tribune
Tapant son papier pour la Une
La boxe n'est pas en cause tu sais
Dans un match de foot y'a autant d'dangers
La boxe est une chose saine
Ça fait partie de la vie américaine
C'est pas moi qui l'ai fait tomber
Vous n'pouvez pas m'accuser
Qui a tué Davy Moore
Qui est responsable et pourquoi est-il mort
C'n'est pas moi dit son adversaire lequel
A donné le dernier coup mortel
De Cuba il a pris la fuite
Où la boxe est maint'nant interdite
J'l'ai frappé bien sûr ça c'est vrai
Mais pour ce boulot on me paie
Ne dites pas qu'j'l'ai tué et après tout
C'est le destin Dieu l'a voulu
Qui a tué Davy Moore
Qui est responsable et pourquoi est-il mort

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S'INSCRIRE NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François GUERRY
LE BAIN POÉTIQUE

LE BAIN POÉTIQUE

 

C’est un bain mystérieux qui lave l’âme. Le Franc-maçon agit dans sa loge comme dans le monde avec Force, Sagesse et Beauté. Il harmonise sa vie intérieure avec sa vie extérieure ne rejetant ni l’une, ni l’autre.

Le bain poétique pratiqué chaque jour lave l’âme, la rend plus belle, plus accueillante. Chaque matin lire un peu de poésie à l’envie, c’est allumer la lumière de son cœur, l’ouvrir pour accueillir l’autre. C’est voir que la Rose est sans pourquoi disait Angelus Silésius. Il faut croire en l’âme, d’ailleurs on l’entend elle est musicale. Elle est la basse continue de chaque être. Une présence, une musique qui fait battre notre cœur à la chamade, d’une émotion infinie. C’est extra disait Léo Ferré. Dès lors ce baiser poétique nous n’avons qu’un désir le donner à l’autre aux autres.

 

Dès que le temple est sacralisé, les cœurs purs sont accueillis, les travaux de l’âme sont ouverts, le souffle de la Lumière l’éclaire. Dans ce bain de lumière l’âme féconde, éveille et élève l’esprit, touche le cœur d’où s’échappent vagabondes les paroles de l’amour fraternel.

Le bain poétique fait naître l’ascension de l’âme, Plotin là dit l’âme reconnaît d’abord la beauté des choses sensibles, elle s’élève vers le monde des formes-esprit, elle cherche l’origine de leur beauté, enfin elle cherche à atteindre le bien qui est beauté. Beauté totale et infinie, elle relie ainsi l’esprit à l’amour. On sort toujours un peu plus beau d’un bain poétique, chaque jour un bain poétique c’est un bonheur.

 

                                          Jean-François Guerry.

 

 

Des sels pour votre bain : François Cheng – Cinq méditations sur la beauté – Éditions le Livre de Poche –

 

François Cheng a l’éloquence d’un sage, la méthode d’un Socrate moderne. – Étienne de Montely Le Figaro littéraire.

LE BAIN POÉTIQUE
LE BONHEUR - GILLES VIGNEAULT
Le bonheur est une jeune fille
Qui ne sait pas qu’elle est le bonheur
D’un gamin qu’elle a touché au coeur
Qui s’est arrêté de jouer aux billes
Surpris
Le bonheur est un parfum qui fuit
C’est encor dans les initiales
On ne sait de qui, quand ni comment
Que la mer efface lentement
Sur un quai qui se souvient d’escales
Souvent
Le bonheur est une robe au vent
La musique du goût des framboises
Dans le petit bois des abattis
J’en ai retrouvé les appétits
Dans le regard d’une villageoise
Perdu
Le bonheur est ce fruit défendu
C’est soudain le pont sur la rivière
Un portage et le cri d’un hibou
Et quand la nuit tombe de partout
Au bout du chemin une lumière
Un chien
Le bonheur est entre tout et rien
C’est entendre au loin sa descendance
Appeler encor du mot bonheur
Cette sorte de chanson du coeur
Qui fait de la marche de la danse
Deux, trois
C’est le Fou sous les habits du Roi

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER. (Gratuit)

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
EN QUÊTE DE MYSTÈRE

EN QUÊTE DE MYSTÈRE

 

L’ivresse le désir de la quête, boire le vin de la connaissance. Résumé merveilleux de Michel Certeau.

 

                                            « Est mystique celui ou celle qui ne peut s’arrêter de marcher et qui, avec la certitude de ce qui lui manque, sait de chaque lieu et de chaque objet que ce n’est pas que ça, qu’on ne peut résider ici ni se contenter de cela. Le désir crée un excès. Il excède passe et perd les lieux, il fait aller plus loin ailleurs. Il n’habite nulle part, il est habité. » (*)

(Texte repris par Yvon Tranvouez Président d’Abati Landevenneg dans le livret de présentation du « Verbe Sacré » Année 2015 une scénographie sur le thème Santa Teresa Quijote donnée dans les ruines de l’ancienne Abbaye de Landevennec Finis Terrae).

 

 

Le dixième Cahier de l’Alliance la Revue d’études et recherche maçonniques publiée sous l’égide de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française est parue.

Cette invitation à la quête du mystère est consubstantielle au chercheur de lumière, celui qui a un jour fait le choix de sortir des ténèbres de l’ignorance à la recherche des réponses existentielles. De sa libre volonté il a voulu les voiles sur ses interrogations.

La qualité des travaux des intervenants dans ce Cahier de l’Alliance, qui ont fait le chemin à leur manière, avec leur propre sensibilité et leur itinéraire personnel, en regardant dans la même direction ; va permettre aux lecteurs curieux d’accomplir les premiers pas vers cette connaissance souvent indicible. Leurs réflexions, leurs doutes mêmes, sont une incitation à la recherche spirituelle. Il restera à chacun de mettre en action la volonté d’ouvrir un peu plus les portes, il n’est pas donné de solutions toutes faites, chacun construit en conscience son propre temple intérieur pour accueillir les mystères de la vie. Les auteurs du Cahier sont des contributeurs à une œuvre commune, ils participent à l’éveil et l’essor spirituel des lecteurs pour peu que ceux-ci sachent lever leur tête.

Le sous-titre du thème de ce Cahier : « par-delà impasses et fantasmes »,évoque simplement la sincérité du vécu, il ne s’agit pas de conduire le lecteur dans une insatisfaction permanente, ni dans une fiction, mais plutôt vers une illumination spirituelle. Une illumination qui selon les mots de Fred Picavet Grand Maître de l’Alliance Maçonnique Française permet d’approcher les mystères de la vie, de la création, sans avoir la prétention de les résoudre, mais d’ébaucher, d’esquisser un commencement, d’initier un commencement de réponse au pourquoi.

Fred Picavet convoque l’apocatastase d’Origène pour retrouver la parole perdue, cette parole qui reste mystérieuse pour les Francs-maçons, finalité et commencement à la fois.

Le profane et le Franc-maçon ne trouverons pas dans ce Cahier de l’Alliance toutes les réponses à leurs questions, ce n’est pas le but, mais plus surement un auxiliaire précieux pour leurs recherches, un coin de voile se lève.

 

                                          Jean-François Guerry.

 

 

 

« Que batte le traquet du moulin, que l’hidalgo passe son chemin… Contentons-nous de moudre notre farine sans que désir et esprit ne cessent de tourner ! »

                                   Teresa de Ahumada y Cepeda.

 

(*) Michel Jean Emmanuel de la Barge de Certeau (1925-1986) est un philosophe, Théologien, Historien, Jésuite. Résistant, il fût missionnaire en Chine, opposant sur le plan des idées à Michel Foucault, il sera en reliance avec Edgar Morin. Il s’est intéressé à la Mystique religieuse des XVIème et XVIIème siècles.

SOMMAIRE ET ACHAT DU CAHIER

 

 

En quête du Mystère

par-delà impasses et fantasmes

Pourquoi cette obsession pour le mystère ?

Le mystère n’est pas une énigme à déchiffrer !

Commençons par affirmer qu’il n’y a pas de mystère et que ce sont nos illusions chimériques qui l’inventent.

Il s’agit alors seulement d’accepter la réalité telle qu’elle est. Toute la réalité, pas seulement celle des apparences.

Le seul problème, c’est que nous ne savons pas la voir.

Le mystère est donc cette réalité qui nous reste inconnue, réalité ultime que nos concepts sont impuissants à décrire.

Notre rapport au mystère tient dans notre incapacité à nous relier au réel et à accepter une réalité plus grande que nos perceptions.

Pour entrer dans le mystère, il faut en pénétrer toutes les dimensions, en ressentir l’épaisseur et accepter, tout simplement, de le vivre.

Au sommaire

Fred PICAVET, En quête du Mystère

Jean DUMONTEIL, Dans la simplicité et la générosité du mystère

Bertrand VERGELY, L’apophatisme, approche du Mystère

Gaston-Paul EFFA, Le nouvel Orphée ou la poésie pour entrer en Mystère

Jacques DI CONSTANZO, La Vérité, perpétuel mystère, est-elle inscrite dans nos

neurones ?

Richard BACIN, Les cultes dionysiaques

Pierre PELLE LE CROISA, Un petit « Rien » du « Tout » !

Jean-Michel MENCIA-HUERTA, Le cheminement du maçon…? Un vrai mystère !

« Cahiers de L’Alliance » n°10, En quête du Mystère, Ed Numérilivre,

Paris, octobre 2021, 120 pages, 18 €. – abonnement un an, 3 numéros, 48 €.

A commander sur www.eosphoros.fr ou www.numerilivre.fr

Au rythme de 3 numéros par an, les Cahiers de L’Alliance sont édités par la Loge nationale de recherche de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française.

Directeur de la rédaction : Jean DUMONTEIL - Rédacteur en chef : Jean-Claude TRIBOUT

 cahiers.alliance@alliance.fm

ABBAYE DE LANDÉVENNEC· ABATI LANDEVENNEG. 12· 13 & 14 septembre 20H45. Prologue· Une 10ème édition de Verbe Sacré. · AU COMMENCEMENT ÉTAIT L'ACCORD·.
EN QUÊTE DE MYSTÈRE
EN QUÊTE DE MYSTÈRE
EN QUÊTE DE MYSTÈRE
EN QUÊTE DE MYSTÈRE
EN QUÊTE DE MYSTÈRE
EN QUÊTE DE MYSTÈRE
EN QUÊTE DE MYSTÈRE
Antoine Juliens

Antoine Juliens

Voir les commentaires

Publié le
HUMOUR: POLYMATHIQUE

POLYMATHES ?

 

Bulletin de santé : les Francs-maçons sont atteints de polymathie, c’est grave docteur ? Cette maladie est due à un désir de connaissances au-dessus de la normale, qui dans sa phase aiguë se confond avec le désir de la Connaissance, une recherche irrépressible de la Vérité.

Les symptômes de cette maladie se manifestent par une soif du vin de la connaissance et un appétit pour les nourritures de l’esprit. Ils ont le regard fixé vers l’infini, l’horizon qui recule sans cesse leurs limites. Ils sont aussi dans un manque de lumière permanent. Ils sont toujours à la recherche des outils et des flambeaux pour s’éclairer le mieux possible.

Quel est l’origine de cette maladie ? Des observateurs et des scientifiques pensent que cette maladie est apparue paradoxalement vers le XVIIIème siècle, dit siècle des Lumières. Elle couvait dans l’ombre de l’obscurantisme, mise sous le boisseau par les dogmes religieux. Elle connut une résurgence avec la renaissance, on ne peut néanmoins pas parler de Pic, malgré qu’un certain Pic de la Mirandole en fût très certainement atteint. En effet c’est une maladie qui remonte à des temps immémoriaux ainsi il semble que Pythagore, Démocrite, Aristote entre autres en furent aussi les victimes (consentantes). Cette maladie ne connaît donc ni l’espace, ni le temps, elle est universelle. Une variante de cette maladie l’encyclopédisme a fait deux autres victimes un certain Denis Diderot et son compagnon Jean Le Rond d’Alembert. Plus tard il y a des polymathes rêveurs au rang desquels l’on trouve un Nantais au nom de Jules Verne frappé de plein fouet par la maladie il imagina que l’on pourrait faire le tour du monde en 80 jours, qui plus est en ballon. Plus fort encore il imaginait des navires insubmersibles naviguant sous la mer, pas étonnant que l’un de ses compagnons s’appelait Jean Passepartout. Ces polymathes marchent sur la tête, ou peut-être avec leur tête, doux rêveurs ! Ils ont décidemment une imagination au-delà du raisonnable. Ils sont vraiment atteints !

 

Comment ont-ils pu contracter cette maladie bizarre ? Ils ont tous fait paraît-il un stage dans un cabinet noir, de réflexion qu’ils disent. Ensuite ils se réunissent dans des lieux entièrement couverts, je ne sais pas si c’est vraiment bon pour la respiration ? Ils sont un peu comme les stoïciens sous un portique entre des colonnes pourquoi pas. Mais il y a pire les jeunes deviennent souvent muets pendant une longue période, c’est caractéristique du début de la maladie disent les anciens qui s’en sont remis. Ils déclarent à qui veut l’entendre qu’ils ne savent ni lire, ni écrire, qu’il pleut quand il fait beau ! Alors c’est vrai que dans ces conditions, il vaut qu’ils ne parlent pas. Ils ont comme perdu la parole ! Au niveau de la motricité ce n’est pas terrible non plus, ils ne sont pas capables de faire trois pas sans trainer les pieds, ils crient souvent en force, ils doivent souffrir.

La deuxième phase de la maladie n’est pas terrible non plus, après avoir été dans la lune, ils voient des étoiles partout et en plus elles flambent, question motricité il y a du mieux enfin c’est pas encore terrible, trois pas devant, puis deux pas de côté, ils semblent perdus, ils cherchent la lumière. Les anciens malades disent ça va mieux, c’est vrai qu’ils parlent, mais en même temps ils n’ont pas retrouvé la parole, il n’y a rien à comprendre, ils essayent des mots de passe incompréhensibles certains chuintent, buttent sur les mots ça ne passe pas. Vous voyez que c’est grave, les pas à gauche et à droite, les étoiles dans les yeux, les maux de gorge.

Les anciens eux ils sont guéris, donc ils les rassurent un peu, ils me semblent quand même un peu optimistes ! Ça va le faire, ils vont finir par revenir au centre, bientôt ils seront au milieu de la chambre ce n’est pas encourageant, ils seront donc toujours malades ! Ils me semblent un peu illuminés ces anciens, c’est hallucinant.

Nous venons de recevoir des nouvelles de l’est, il paraît qu’ils y a aussi des illuminés en Bavière dont un certain Goethe, un poète cela m’étonne qu’à moitié, il y a aussi un musicien autrichien extrêmement doué nommé Mozart qui même s’il connaît la musique, ça ne l’empêche pas d’être polymathe quand même !

 

Trêve de plaisanterie et délire j’ai autour de moi beaucoup de polymathes, dont un dont j’ignorais il y a quelques jours encore les talents d’écrivain, d’historien, de chercheur, il est membre d’une société de polymathique, il ne m’en pas fallut plus pour ces quelques mots d’humour, qui sont aussi des mots d’amour fraternel.

 

                                   Jean-François GUERRY.  

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
UTILE, L’HOMME OBJET....

UTILE, L’HOMME OBJET, Lundi reprise des travaux

 

                                         Dans le texte Hannah Arendt = H A.

Si sans aucun doute une des motivations des fondateurs de la Franc-maçonnerie spéculative a été de faire de cette noble institution un centre d’union fraternel dans le droit fil de l’esprit du siècle des lumières, libérer l’homme de l’obscurantisme, de sa soumission aux dogmes. Les membres devaient être libres de toutes les contraintes et non soumis à maître, capable de quitter leur travail pour participer aux réunions de l’ordre.

Qu’en est-il aujourd’hui plus de trois siècles plus tard ? Après l’ère industrielle, nous sommes au cœur de l’ère du numérique, et bientôt dans l’ère de l’intelligence artificielle, du trans humanisme.

Notre conception de l’homme a évolué, de l’homme barbare avant que Thémis l’incarnation de la justice ne soit venue s’asseoir à côté de Zeus, à l’homme dont le primat de la vie sur l’être est à l’origine de l’homme animal, l’homo laborans dont le travail est labeur, puis l’homme fabricant créateur, l’homo faber, l’homme dont le travail est l’œuvre. La Franc-maçonnerie proclame « la Gloire au travail » comment pourrait-il en être autrement le travail étant consubstantiel à l’homme, il se défini par rapport au travail. Le mépris du travail, le refus de l’action étant le mépris de la vie et le refus de s’éterniser dans l’œuvre, si les compagnons bâtisseurs avaient renoncés à construire les cathédrales et leur cathédrale que nous auraient t’ils légués ?

 

Ce n’est pourtant pas si simple, dans l’antiquité et avant les lumières les travaux subalternes ont été accomplis par des femmes et des hommes rendus esclaves par d’autres hommes. Il aura fallu attendre Tocqueville, Broglie, Lamartine et surtout le Frère Victor Schœlcher pour mettre fin à cette horreur. Comme l’écrit le poète de la négritude Aimé Césaire à propos de Schœlcher : « (…) évoquer Schœlcher, c’est rappeler à sa vraie fonction un homme dont chaque mot est encore une balle explosive. Que son œuvre soit incomplète, il n’est que trop évident. Mais ce serait puérilité et ingratitude que de la sous-estimer ».

D’autres hommes aujourd’hui qui se consacrent à de nobles tâches, n’hésitent pas pour quelques euros ou dollars a recourir à d’autres femmes ou hommes pour des travaux qu’ils refuseraient de faire. La Franc-maçonnerie nous enjoint pourtant de faire tout le bien que l’on voudrait que l’on nous fasse.

L’observation de notre société nous fait voir les homo laborans proches de la nature, travaillant la terre, tandis que l’homo faber lui fait violence à la nature. Progressivement l’homo faber s’isole, s’individualise, fabrique des machines communique avec elles et ne communique plus avec les autres. Le succès du statut de l’autoentrepreneur le démontre, s’il répond à un impératif économique suppléant au chômage de masse, il signifie aussi le besoin de liberté. Les jeunes coursiers de chez Uber ne parlent plus aux hommes, ils parlent à un logiciel dont l’intelligence est un algorithme. L’homo faber en s’individualisant quitte progressivement quitte la sphère sociale et politique.

 

Il ne reste à l’homo faber que le monde de l’art, la création artistique, l’homo faber dans cette création ajoute quelque chose de lui, de son soi et tente de rompre son isolement.

 

La pandémie qui nous frappe et sa conséquence le confinement accentue naturellement l’isolement, je suis coupé, séparé de mes Sœurs, de mes Frères. La pandémie a mis aussi en exergue ce que nous savons, nous vivons dans une société de consommation, de l’utile ! Ainsi dans la détresse nous avons glorifié ceux que maladroitement ont été qualifiés d’utiles : les soignants, nos caissières, etc…Parallèlement ont été rejetés les non essentiels comme nos libraires, nos artistes etc…. Tous ceux qui peuvent nous faire sortir de l’individualité.

 

Rien de neuf, Hésiode le poète grec distinguait le travail et l’œuvre ponos etergon. L’homo faber fabricant se conduit en maître de la terre, il ne parle plus travail mais production ou de travail productif. L’abondance saine de l’homo laborans à été sacrifiée par l’homo faber, faut-il loué l’homo faber, ou est-il instrumentalisé comme le pense Hannah Arendt : « Les outils de l’homo faber, qui ont donné lieu à l’expérience la plus fondamentale de l’instrumentalité, déterminent toute œuvre, toute fabrication. C’est ici que la fin justifie les moyens ; … » (H A).

Ainsi c’est le produit final qui va organiser le processus d’œuvre. Tout finira par se juger uniquement en termes d’utilité. On finira par classer les activités et les productions en utiles et inutiles et pourquoi pas les hommes ! C’est ce qu’on fait les politiques pendant le confinement, sans réelle contestation. On a admis de se rendre nombreux dans les grandes surfaces et accepté de nos pas aller en nombre restreint dans les librairies !

 

La vie n’aura plus aucun sens, si ce n’est celui de l’utile. Les termes employés seront alors « afin de » ou en « raison de ». L’idéal de vie sera progressivement remplacé par un idéal d’acquisition, de consommation. On ne s’interrogera plus même à terme sur l’utilité. Elle n’aura donc plus aucun sens, elle sera non-sens.

 

Parvenu à ce stade il serait curieux de lire le testament philosophique de l’homo faber mis dans un cabinet de réflexion.

Dans ce monde de l’homo faber où tout doit servir à quelque chose le sens n’a plus de permanence. Il n’y a plus de direction, de voie pour une vie bonne désintéressée. Pas de place pour les arts, la poésie etc…Pas d’essence, d’essentiel une confusion entre l’essentiel et l’utile voire une opposition.

Ce qui fait dire à Hannah Arendt : « Le sens, au contraire, doit être permanent et ne rien perdre de son caractère, qu’il soit atteint, ou plutôt trouvé, par l’homme, ou qu’il échappe à l’homme ». (H A).

 

Il nous faut sans doute admettre et reconnaître que nous ne pouvons pas être soumis totalement à l’objectivité utilitariste et revenir à une subjectivité inhérente à l’homme, tout en étant conscient que : « c’est seulement en un monde anthropocentrique, où l’usager, c’est-à-dire l’homme devient la fin dernière mettant un terme à la chaîne des moyens et des fins, que l’utilité en tant que telle s’élève à la dignité du sens ». (H A)

Hannah Arendt encore nous rappelle la formulation de Emmanuel Kant : « L’homme ne peut servir de moyen en vue d’une fin, tout être humain est une fin en soi ». (H A et E Kant)

 

On ne peut pas seulement penser en fin et en moyens, en utile ou non. Peut-on justifier surtout en politique les moyens pour arriver à ses fins ?

C’est là toute la difficulté et la perplexité de la fin en soi, devons-nous exercer tous nos pouvoirs sur la nature et les hommes. Il y a tant de questions qui surgissent devons-nous en homo faber instrumentaliser la terre, sommes-nous les seigneurs et maîtres de toutes choses !

 

Au-delà de l’instrumentalité de quels moyens devons-nous user pour améliorer le monde en vue d’une finalité qui reste à définir. Quelle place faut-il faire à l’utilité ?

 

Je convoque encore les philosophes grecs au secours, déjà ils redoutaient la destruction et la dégradation du monde, de la nature. Certains d’entre eux comme Aristote rejetaient l’idée : « de l’homme être suprême et que tout est soumis aux exigences de la vie humaine ». Pour Aristote donc pas d’utilitarisme militant.

Je vous laisse réfléchir, non pas, à ce que n’a pas dit Protogoras et qui souvent rapporté à savoir : « L’homme est la mesure de toutes choses ». Mais qui aurait plus probablement dit :« L’homme est la mesure de tous les objets, de l’existence de ceux qui existent, et de la non-existence de ceux qui ne sont pas ». Cela correspond bien à l’homo faber.

 

Cette affirmation de Protogoras n’a pas reçu l’assentiment de Platon qui dans les Lois remplace le mot homme par « dieu » qui est la mesure même des objets d’usage, Platon ayant remplacé anthrôpos par ho theos.

 

L’homme, sera peut-être un jour la mesure de toutes choses s’il renonce à ses arrogances vis à vis de la nature et des autres hommes, si, il se met au travail pour faire de la terre, une terre ou la fraternité sera plus qu’un mot placé dans un discours pour séduire. Qu’il cesse de catégoriser et se met en quête de sa propre unité et de l’unité des hommes. Platon incarne le monde des idées, le dieu de Platon est donc proche du concept du principe du G A D L U, de l’idée d’un principe, de la sensation, de l’intention d’un principe transcendant.

Toute cette réflexion est-elle utile ?

 

                                                  Jean-François Guerry.

UTILE, L’HOMME OBJET....

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

Voir les commentaires

Publié le par Jean-Michel Dardour

Cet article est reposté depuis Le Blog des Spiritualités.

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
CHERS CIRCINUSOPHILES

CHERS CIRCINUSOPHILES

 

Mes Sœurs, mes Frères vous êtes toutes et tous des circinusophiles, des collectionneuses et des collectionneurs de compas. Le compas est le roi des outils il est normal que sa place soit première dans l’Art Royal, il a la capacité de métamorphoser, son ouverture est comparée à l’ouverture de l’esprit.

Dès le premier regard, la forme du compas suggère la lettre  A la première lettre, comme une demande du premier mot, du sésame pour entrer dans les voies que nous tracerons, comme une invitation au sacré.

Le simple compas barre horizontale est déjà une promesse de verticalité, entre ses deux branches s’étend pourtant la terre formant ainsi la Tétraktys le triangle sacré des pythagoriciens, semblable au delta lumineux A.

L’écolier est vite fasciné par cet outil instrument dont il rassemble et écarte les deux branches, comme pour jeter un regard entre les branches des arbres à l’orée d’une forêt mystérieuse. Il imagine mille choses en commençant le tracé de sa vie sur son bureau. Intuitivement il perçoit qu’un jour les deux branches du compas se réuniront pour ne former qu’une ligne dirigée vers la voûte céleste, comme ses deux jambes rassemblées et ses pieds en équerre. En ouvrant ses jambes il fera ses premiers pas chez lui, puis ses autres pas dans le monde. Il voit entre les deux branches de son Compas un œil, le cœur du Compas.

Le Compagnon du métier, comme le Franc-maçon courbé sur sa planche fait les tracés de sa vie, avec son Compas.

Celui qui est désœuvré, sans vie peut compter sur le Compas de l’espérance pour lui ouvrir l’esprit. Le Compas parle à l’esprit. Dans Recette véritable (1563), Bernard Palissy habile artisan de la Renaissance énonce les outils propre à la Géométrie : « Nous avons le compas, la règle, l’escarre, le plomb, le niveau, la sauterelle et l’astrolabe… ». Le Compas est premier il domine la matière. Bernard Palissy poursuit : « Puisque nous sommes dans le propos de Géométrie, il advint la semaine passée, qu’étant en mon repos sur l’heure de minuit, il m’était avis que mes outils de Géométrie s’étaient élevés l’un contre l’autre, et qu’ils se débattaient à qui appartient l’honneur d’aller le premier, et étant en ce débat le Compas disait : Il m’appartient l’honneur, car c’est moi qui conduis et mesure toutes choses. »

 

Les Francs-maçons savent combien il est difficile de lire et écrire, ils savent aussi qu’ils doivent suivre les étoiles, ils connaissent l’imputrescible acacia qui vit dans le désert. Architectes de leur vie, dans leur étui de mathématique ils ont un compas de proportions. Un Compagnon tourneur du XVIIIème siècle disait : « Qui connaît le Compas ne doit point ignorer mes proportions, je suis juste par mes raisons ».

La proportion, la bonne proportion trouvée par le Compas est mère de la justesse. En recherchant l’exactitude avec le Compas du cœur, l’on s’éveille et l’on progresse vers la Sagesse qui est la juste mesure. C’est avoir le Compas dans l’œil ! Oui mais dans l’œil du cœur.

 

Avec le Compas en main l’on trace des cercles sur la terre, le cercle de la terre. Mais qui guide la main, qui tient le Compas ? Je ne sais pas, ma main surement, mais qui guide encore ma main ? Mon intelligence peut-être et au-delà ?

 

Une chose est sure et certaine je l’ai lu enfin. Le mot Compas trouve sa source dans le latin populaire, dans le mot compasarre qui signifie partager. Dans le sens de partager le même pas, la même mesure, apprentis puis compagnons et maîtres marcheurs, nous marchons dans la même direction, en traçant chacun le cercle de notre vie.

Dans son fournil le compagnon boulanger avec le Compas que forment ses bras et ses mains pétri la pâte qui deviendra le pain nourriture spirituelle. Ce pain que nous partagerons ensemble.

Je fais le vœux que nous soyons toujours des circinusophiles  et que tenions en main le compas de l’esprit qui domine la matière, et que nous partagions tous ensemble le pain de l’amour.

 

                                          Jean-François Guerry.

 

 

Des Compas !

 

  • Le compas de route du marin ou boussole
  • Le compas de relèvement
  • Le compas des proportions du Maître Architecte
  • Le compas du tonnelier (qui prépare le tonneau à recevoir le vin de la connaissance)
Beau livre sur les compas

Beau livre sur les compas

COMMUNIQUÉ : CONFÉRENCE MUSICALE.
CHERS CIRCINUSOPHILES
CHERS CIRCINUSOPHILES
CHERS CIRCINUSOPHILES
LIRE 

Je me permets de vous rappeler également que les livres coédités par l'Académie Maçonnique Provence et les Éditions Ubik sont toujours disponibles en cliquant ici. Vous trouverez:
Louis Trébuchet "Appel aux racines spirituelles du REAA"
Un voyage en 23 étapes fondatrices du REAA.
 
Jean-François Guerry "Exercices spirituels antiques et Franc-maçonnerie "
On peut vivre sans la philosophie, comme l'on peut vivre sans la Franc-maçonnerie, mais moins bien...
 
Marc Halévy " Après la Modernité quelle Franc-maçonnerie ? "
L'avenir de la Franc-maçonnerie dans le monde et la Franc-maçonnerie dans l'Avenir du monde.
 
Louis Trébuchet, "Le désir des collines éternelles"
La spiritualité, voie vers l'harmonie. Prix incluant la livraison à domicile.
 
Marc Halévy "Kabbale et Franc-maçonnerie"
Le regard du Kabbaliste et du Maçon pour partir à la découverte de trois échelons mystiques qui sont autant de grades maçonniques.
 
Solange Sudarkis "Il était une fois un mythe, Hiram"
Hiram raconté, Hiram commenté, Hiram interprété, mais Hiram rassemblé.
 
Michel Fromaget "Corps, Âme, esprit: Liberté, Vérité, Beauté"
Une introduction à l'anthropologie ternaire de l'Homme pour mieux comprendre la notion de deuxième naissance.
 
 
Enfin, nous sommes heureux de confirmer que les VIIes Rencontres se dérouleront au Château Saint-Antoine le samedi 5 février 2022 sur le thème :
 
"Alchimie et Hermétisme"
 
Nous vous dévoilerons prochainement les invités et les sujets de leur intervention. Nous vous réservons quelques surprises...
 
Avec les sentiments fraternels de toute l'équipe.
                          
Alain Boccard
Président
Académie Maçonnique Provence


 

CHERS CIRCINUSOPHILES

 

VIENT DE PARAITRE-

En quête du Mystère

par-delà impasses et fantasmes

Pourquoi cette obsession pour le mystère ?

Le mystère n’est pas une énigme à déchiffrer !

Commençons par affirmer qu’il n’y a pas de mystère et que ce sont nos illusions chimériques qui l’inventent.

Il s’agit alors seulement d’accepter la réalité telle qu’elle est. Toute la réalité, pas seulement celle des apparences.

Le seul problème, c’est que nous ne savons pas la voir.

Le mystère est donc cette réalité qui nous reste inconnue, réalité ultime que nos concepts sont impuissants à décrire.

Notre rapport au mystère tient dans notre incapacité à nous relier au réel et à accepter une réalité plus grande que nos perceptions.

Pour entrer dans le mystère, il faut en pénétrer toutes les dimensions, en ressentir l’épaisseur et accepter, tout simplement, de le vivre.

Au sommaire

Fred PICAVET, En quête du Mystère

Jean DUMONTEIL, Dans la simplicité et la générosité du mystère

Bertrand VERGELY, L’apophatisme, approche du Mystère

Gaston-Paul EFFA, Le nouvel Orphée ou la poésie pour entrer en Mystère

Jacques DI CONSTANZO, La Vérité, perpétuel mystère, est-elle inscrite dans nos

neurones ?

Richard BACIN, Les cultes dionysiaques

Pierre PELLE LE CROISA, Un petit « Rien » du « Tout » !

Jean-Michel MENCIA-HUERTA, Le cheminement du maçon…? Un vrai mystère !

« Cahiers de L’Alliance » n°10, En quête du Mystère, Ed Numérilivre,

Paris, octobre 2021, 120 pages, 18 €. – abonnement un an, 3 numéros, 48 €.

A commander sur www.eosphoros.fr ou www.numerilivre.fr

Au rythme de 3 numéros par an, les Cahiers de L’Alliance sont édités par la Loge nationale de recherche de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française.

Directeur de la rédaction : Jean DUMONTEIL - Rédacteur en chef : Jean-Claude TRIBOUT

 – cahiers.alliance@alliance.fm

Clichy, novembre 2021

CHERS CIRCINUSOPHILES

La revue Points de Vue Initiatiques

Points de Vue Initiatiques (PVI) est la revue trimestrielle de la Grande Loge de France. Chaque numéro (de 120 pages environ, format 18 x 24 cm) est rédigé par des auteurs francs-maçons, à l’exception de quelques invités. Notre magazine a pour but de vous accompagner dans votre démarche d’initiation à la franc-maçonnerie de tradition, vous aider dans votre réflexion et vous éclairer dans vos travaux. 

Le premier numéro de la revue Points de Vue Initiatiques a été publié en 1965. C’était alors la première édition par la GLDF qui s’adressait aussi bien aux francs-maçons qu’aux profanes. Mais l’histoire des revues publiées par notre obédience est encore plus ancienne, avec les Cahiers de la Grande Loge de France ou encore les bulletins intérieurs d’avant-guerre.

 

Les sujets d’études et de discussions

Aujourd’hui, la revue trimestrielle de la GLDF rassemble les meilleurs textes contemporains sur l’initiation, le symbolisme, la philosophie et l’histoire de la franc-maçonnerie.

Nos auteurs et frères maçons emploient un langage clair et à la portée de tous pour faire de PVI un véritable outil de travail, au centre des débats et des recherches des francs-maçons et des non-initiés souhaitant s’élever spirituellement, moralement et intellectuellement.

Les auteurs n’abordent pas uniquement les enjeux de la pratique maçonnique française et ne se concentrent pas sur l’initiation en Grande Loge de France.

Au contraire, Points de Vue Initiatiques permet de s’intéresser à la spiritualité, au développement et à la philosophie en abordant des sujets variés, comme l’histoire de la franc-maçonnerie à travers le monde, les civilisations anciennes, parfois même les philosophies orientales.

 

Les réflexions de la franc-maçonnerie en revue

Chaque exemplaire de notre revue s’organise autour d’un grand sujet, cela peut être : 

  • Des thématiques chères à la pratique de la franc-maçonnerie : l’initiation, le perfectionnement, les rapports entre franc-maçonnerie et les religions.
  • D’importants sujets de sociétés : les nouvelles formes de spiritualités, la transmission aux générations suivantes…

Tous les numéros de Points de Vue Initiatiques débutent par un message du Grand Maître de la Grande Loge de France. Vous aurez ensuite l’occasion de découvrir de nombreux articles inédits autour de la thématique principale, abordée chaque trimestre.

Enfin, vous pourrez retrouver des rubriques récurrentes comme les Entretiens : des propos d’experts issus de secteurs variés, recueillis par nos frères des différentes loges maçonniques. Mais aussi des Portraits d’Initiés ou encore des rubriques comme l’Arrêt sur Image, l’Air du Temps, le Champ du Poète…

 

Acheter ou s’abonner à Points de Vue Initiatiques

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

 

 

DÉSABONNEMENT SUR SIMPLE DEMANDE SUR LE SITE OU À L’ADRESSE MAIL : courrierlafmaucoeur@gmail.com

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
FICTION : L'ENVERS

FICTION : L’ENVERS

 

Paris 7h 00- Vendredi 25 janvier 1382 bords de Seine- Nicolas passa rapidement dans la pénombre devant la loge située à l’entrée de son atelier de tapissier. Paris s’éveillait lentement, s’étirait dans le froid, bientôt la lumière reviendrait.

Au point du jour il attendrait Hennequin, ici à Paris on l’appelait Jean de Bruges. Cette journée s’annonçait mémorable. Il entendit du bruit dans l’atelier, Jean le faiseur de prodiges était là dans l’atelier.

Je n’ai pas pu dormir dis Jean, c’est le grand jour. La grande Lumière va commencer à paraître, j’ai veillé pour l’accueillir. Jean souleva le bord de la grande tapisserie, tout est prêt dit-il, l’endroit et l’envers sont semblables.

Dans quelques heures leur commanditaire Louis Ier le Duc d’Anjou viendrait contempler l’œuvre. « Les temps étaient proches » de sa révélation. Jean pensa aux sept années passées à sa fabrication, au travail, à la persévérance des œuvriers tapissiers. Il pensa : « Il n’y a plus de temps ». Jean avait fait le chemin de Bruges jusqu’au bords de Seine, mais aussi un chemin bien plus long dans son esprit, de Jérusalem à Babylone, puis de Babylone à Jérusalem et enfin médité sur l’île de Patmos.

C’est le grand jour dit Nicolas pour sortir Jean de ses rêves ! Espérons en confiance et en sérénité que cela plaira au Duc, ces deux compagnons avec leur allure d’anachorète courbés en passant dans la voûte souterraine, ils passaient et repassaient devant la tapisserie la main droite sur le cœur et l’autre tournée vers le ciel espérant que leur chef-d’œuvre plairait à leur maître.

Nicolas confiant déclara : « tout est juste et parfait », aussi bien le bas que le haut, l’envers et l’endroit, c’est un miracle nous pouvons « êtres contents et satisfaits ». La Lumière pénétra dans l’atelier en venant de l’Orient. La tenture de l’Apocalypse de Saint-Jean était née.

 

Arles, le mardi 2 décembre 1400 il est 11h 00. La cathédrale Sainte-Trophine carillonne à toute volée, Louis II d’Anjou et Yolande d’Aragon vont s’unir. Pour cet événement exceptionnel Louis II à fait disposer la grande tapisserie de l’Apocalypse de Jean de Patmos dans la cour de l’archevêché, pour que tous puissent admirer le miracle de la vie, l’acte final du nouveau testament, l’image de l’ordre revenu après le chaos.

 

Angers- dimanche 2 janvier 2000- 12 h 00. La terre est au plus proche du soleil à son périhélie. Je suis devant la tapisserie de l’Apocalypse émerveillé, je viens de voir l’envers. Ce qui peut paraître extraordinaire aux autres me paraît soudain normal. Au fond de ma conscience je vois Jean de Bruges et Nicolas Bataille, ils avaient prévu que l’envers serait semblable à l’endroit. Les teintes de l’endroit se sont fanées, dégradées avec le temps. Ainsi les verts de l’espérance qui recouvrent la terre, sont devenus bleus sur l’envers, ils se sont transformés, métamorphosés, le vert de la terre s’est transformé en bleu azur, le bleu du ciel vient donc de recouvrir la terre, c’est une apocalypse ! « Les temps étaient donc proches », maintenant enfin « il n’y a plus de temps » ! Plus encore, surprise la présence joyeuse des jaunes d’or et orangés sur les ailes des anges. Tout cela est insoupçonnable à celui qui ne regarde que l’endroit.

Cette tapisserie de l’apocalypse est l’image d’un véritable chant d’espérance, cette espérance d’un autre regard, le regard d’en haut que nous pouvons porter sur le monde et les hommes. Cette même espérance est symbolisée sur une certaine médaille d’argent et d’or fin où l’on trouve sur l’avers et le revers les lettres B. D. S. P. H. G. F, comme une révélation. Il paraît que cette technique de tissage qui rend semblable l’endroit et l’envers nous vient de l’Orient, là, où naît la Grande Lumière.

 

                                   Jean-François Guerry.

 

 

BIBLIOGRAPHIE :

 

  • Liliane Delwasse – Éditions du Patrimoine – La Tenture de l’Apocalypse d’Angers.
  • Jean-Pierre Prévost- Les symboles de l’Apocalypse- Éditions Bayard.
  • Rituels Maçonniques.
FICTION : L'ENVERS
FICTION : L'ENVERS

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>