Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par JF GUERRY et ANONYME
DU SILENCE DES SILENCES
VARIATION

 

Au commencement était le silence, et le silence était auprès de la Lumière.

et le silence était auprès de la Lumière et le silence était Lumière.

Il était au commencement auprès de la Lumière.

Tout fut par le silence et sans lui rien ne fut.

Ce qui fut en lui était la vie, et la vie est la Lumière des hommes, et la Lumière luit dans les ténèbres.

et les ténèbres ne l'ont pas saisie.

Il y eu un homme envoyé par le silence et son nom était Jean.

Il vint pour témoigner pour rendre témoignage à la Lumière.

Jean-François Guerry.

 

 

DU SILENCE DES SILENCES
Du silence qui me parle

Ténèbres abyssales, plénitude du vide, mystère d'avant l'origine ... SILENCE !

La nuit, le calme et le silence gardent ce parfum d'origine, puissance inaugurale et initiatrice qui prélude à tous les commencements.

Tout est possible et rien ne sort encore.

Pour l'homme animé d'un souffle, d'une pensée et d'un geste le silence ouvre un chemin privilégié de retour à l'essentiel.

  • Sur le mode méditatif entendu comme marche vers le centre, le silence opère le retournement. Retournement des sens, de l'extérieur vers l'intérieur, fin de l'agitation existentielle et ouverture à l'indicible présence.
  • Sur le mode méditatif entendu comme accès à soi-même, le retrait du monde coloré permet d'entendre la vie bruissante et et parfois bruyante de l'intérieur.
    Turbulences des émotions qui agitent le coeur, habillent l'âme et occupent l'esprit.
    Silence du recueillement où se décantent les personnages et les discours institués qui, à notre insu, nous enchaînent dans une conscience forcée par l'histoire de notre vie.
    Tension - dépouillement - abandon - reconnaissance - réconciliation - abord de l'inquiétante mais savoureuse exigence d'être autre.
    Non qu'il y aurait en nous une autre personne en attente d'une destinée plus juste mais plus fondamentalement puissance d'être à l'infinitif, c'est-à-dire sur un mode non défini, non emprunté et toujours inachevé.
  • Sur le mode méditatif entendu comme expérience de soi, le silence du besoin d'avoir l'air libère une virginité toujours renouvelée pour la rencontre de l'autre.
    Silence du voyageur qui part les mains vides à la découverte du monde et de sa différence.
    Silence amoureux qui refuse l'assimilation digestive de l'autre qui le ramene toujours au même et à soi-même.
  • Sur le mode méditatif entendu comme appel à l'autre, le silence est une capacité inventive qui se nourrit de l'expérience partagée de la rencontre.
    Silence innocent qui écoute la parole fécondante, parole de l'autre mais aussi autre parole qui suscite et invite à se dire.
    Responsabilité du silence qui engage et libère l'autre, garant de ma liberté qui ne finit pas mais commence avec la liberté de l'autre.

Silence essentiel qui n'est pas réticence,

silence apaisant qui n'est pas quiétude,

silence qui n'est pas mutisme mais parole résonnante.

Auteur Anonyme.

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry Jean-Pierre Rousseau
Temple de Poseïdon

Temple de Poseïdon

EN MODE ESTIVAL- IX – LE TEMPLE INTÉRIEUR.

 

 

La formule résonne comme un mantra dans les cœurs des sœurs et des frères, ce temple intérieur est une citadelle imprenable elle est synonyme de la Liberté retrouvée, éternelle. Retrouvée par un retour à soi-même, à un état de pureté par transfigurations et métamorphoses successives. Les murailles de ce temple protègent des troubles, des excès, des souffrances des passions.

Ce temple, n’est pas une tour d’ivoire bâtie dans un désert où l’on s’isole dans son égoïsme en fuyant le monde de l’action. C’est un haut lieu, surplombant d’où le regard est autre, d’où notre regard sur le monde change, une autre vision vers l’infini. Ce temple intérieur n’est pas un lieu de retraite, de retrait mais une base d’opérations pour agir loin et longtemps, grâce aux forces de l’esprit. Dans ce temple intérieur règne la sérénité condition consubstantielle à l’action morale raisonnable, qui rend nos actions efficaces. Ces actions profondes qui s’insèrent dans la perspective du Tout de l’Univers et de la communauté des hommes, de tous les hommes. Ces actions sont maçonniques.

 

C’est pourquoi les sœurs et les frères, chevaliers de l’esprit, soldats de l’universel construisent leur Temple Intérieur. Ils n’y parviennent pas seuls, ils ont recours au collectif de leur loge mère, de l’Ordre maçonnique, de leurs sœurs et de leurs frères. Comment ? En pratiquant trois disciplines fondamentales : premièrement en regardant la vérité telle qu’elle est, ils ont les pieds sur terre. Deuxièmement en se libérant de l’excès de leurs passions pour retrouver leur liberté, pratiquant l’ouverture de leur esprit. Troisièmement ils acceptent les événements tels qu’ils résultent du cours de la Nature et ils agissent au service de la communauté humaine, en se préoccupant des choses que dépendent d’eux-mêmes. Ce ternaire de leurs actions est leur manière de vivre, une autre manière de vivre. Un art de vivre qui permet l’élévation de leur conscience vers l’amour fraternel et la contemplation de l’Un.

 

                                                     Jean-François Guerry.

EN MODE ESTIVAL-IX- LE TEMPLE INTÉRIEUR

 

 

 

                           L'introspection

 

 

 

Pour devenir efficace premier de cordée,

Il faut se bien connaître, apprendre à s'aimer !

Pour tenter de maîtriser son moi sans ego,

Pouvoir sans faiblesse diriger le ciseau.

 

En juste proportion il façonnera sa pierre,

Lui permettant d'avancer et parfois d'être fier,

De partager les difficultés du chemin,

Au travers des symboles et de leurs desseins.

 

En simplicité aidé par l'introspection !

Pour parachever la phase de construction !

De son moi afin de découvrir la splendeur,

Il bâtira sans faiblesse beau Temple intérieur.

Jean-Pierre Rousseau.

Avec l'aimable autorisation de l'auteur.

ABONNEZ-VOUS EN DÉPOSANT UNE ADRESSE MAIL DANS LA FENÈTRE NEWSLETTER. (Gratuit)

 

 

Pour les Abonnés : Il est possible de recevoir gratuitement les textes des articles au format Word en écrivant à l’adresse suivante :

 

courrierlafmaucoeur@gmail.com

 

 

Info : le blog respecte la loi RGPD

 

www.lafrancmaconnerieaucoeur.com

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry, Jean-Pierre Rousseau
EN MODE ESTIVAL - VIII- POÉSIE et PHILOSOPHIE

EN MODE ESTIVAL – VIII- Poésie et Philosophie.

 

Le franc-maçon est l’ami du poète et du philosophe tous les deux enrichissent son chemin initiatique. La poésie est un « Exercice Spirituel ». Il n’y a pas d’opposition entre le poète et le philosophe les deux vivent une expérience spirituelle. Le philosophe cherche la vérité avec sa raison, il recherche le bien moral, la vie bonne. Le poète fait battre les ailes de son imagination dans le firmament, le philosophe cherche dans les profondeurs de son âme, la source de la vérité, tous les deux se retrouvent dans leur quête de l’amour universel. Quand l’un marche sur la terre, l’autre vole dans les cieux. L’esprit du philosophe s’élève sur les ailes du poète.

 

                                          Jean-François Guerry.

 

Entre amertume et désespoir : Pamphlet…

 

                           « Il existe, dit-on, une Philosophie

                      Qui nous explique tout sans révélation.

                 Et qui peut nous guider à travers cette vie

                     Entre l’indifférence et la religion.

              J’y consens. Où sont-ils, ces faiseurs de systèmes,

                     Qui savent, sans foi, trouver la vérité,

         Sophistes impuissants qui ne croient qu’en eux-mêmes ?

              Quels sont leurs arguments et leur autorité ?

            L’un me montre ici-bas deux principes en guerre,

          Qui, vaincus tour à tour, sont tous deux immortels ;

             L’autre découvre au loin, dans le ciel solitaire,

                  Un inutile dieu qui ne veut pas d’autels.

                   Je vois rêver Platon et j’écoute Aristote ;

              J’écoute, j’applaudis, et poursuis mon chemin.

            Sous les rois absolus, je trouve un dieu despote ;

          On nous parle aujourd’hui d’un dieu républicain.

             Pythagore et Leibniz transfigurent mon être.

            Descartes m’abandonne au sein des tourbillons.

             Montaigne s’examine et ne peut se connaître.

                Pascal fuit tremblant ses propres visions.

            Pyrrhon me rend aveugle, et Zénon insensible.

              Voltaire jette à bas tout ce qu’il voit debout.

                 Spinoza, fatigué de tenter l’impossible,

        Cherchant en vain son dieu, croit le trouver partout.

         Pour le sophiste anglais l’homme est une machine.

         Enfin sort des brouillards un rhéteur allemand

              Qui, du philosophisme achevant la ruine,

            Déclare le ciel est vide, et conclut au néant.

 

 

           Voilà donc les débris de l’humaine science !

         Et, depuis cinq mille ans qu’on a toujours douté,

            Après tant de fatigue et de persévérance,

        C’est là le dernier mot qui nous en est resté !

           Ah ! pauvres insensés, misérables cervelles,

         Qui de tant de façons avez tout expliqué,

    Pour aller jusqu’aux cieux, il vous fallait des ailes ;

         Vous aviez le désir, la foi vous a manqué.

    Je vous plains ; votre orgueil part d’une âme blessée.

  Vous sentiez les tourments dont mon cœur est rempli.

        Et vous la connaissiez, cette amère pensée

     Qui fait frissonner l’homme en voyant l’infini.

     Eh bien, prions ensemble, -abjurons la misère

 De vos calculs d’enfants, de tant de vains travaux.

Maintenant que vos corps sont réduits en poussière,

 J’irais m’agenouiller pour vous sur vos tombeaux.

    Venez, rhéteurs païens, maîtres de la science,

  Chrétiens des temps passés et rêveurs d’aujourd’hui ;

       Croyez-moi, la prière est un cri d’espérance !

    Pour que Dieu nous réponde, adressons-nous à lui.

   Il est juste, il est bon ; sans doute il vous pardonne.

       Tous vous avez souffert, le reste est oublié.

     Si le ciel est désert, nous n’offensons personne ;

Si quelqu’un nous entend, qu’il nous prenne en pitié.

 

                                   Alfred de Musset.

 

Note personnelle : Sans aucun doute l’on peut vivre sans la philosophie et aussi je dirais sans la franc-maçonnerie, mais en vérité un peu moins bien.

A CONTRE-PIED OU PRESQUE…

 

« J’ai vu des hommes incapables de sciences, je n’en ai jamais vu incapables de vertus.

                                   Voltaire.

 

« La poésie est le réel absolu. Plus il y a de poésie, plus il y a de vérité. »

 

                                   Friedrich Novalis.

 

« Les poètes doivent être la grande étude du philosophe qui veut connaître l’homme. »

 

                                   Joseph Joubert.

 

« Le poète qui philosophe est un prophète. »

 

                                   Friedrich Von Schlegel.

 

« Le chemin qui mène à la vérité est escarpé et long : on ne l’accomplit pas avec un boulet au pied ; on aurait plutôt besoin d’ailes. »

 

                                   Arthur Schopenhauer.

 

                « …Heureux celui qui peut d’une aile vigoureuse

                  S’élancer vers les champs lumineux et sereins.

              Celui dont les pensées, comme des alouettes,

              Vers les cieux le matin prennent un libre essor,

              Qui plane sur la vie, et comprend sans effort

              Le langage des fleurs et des choses muettes !

 

                                   Charles Baudelaire.

EN MODE ESTIVAL - VIII- POÉSIE et PHILOSOPHIE
CAUSERIE MUSICALE GRATUITE À 
LOGUIVY DE LA MER 22
EN MODE ESTIVAL - VIII- POÉSIE et PHILOSOPHIE

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
Peinture de L.Josse à la manière de René  Magritte vue du Casino de Quiberon sur la balise Tribord de l'entrée de Port Maria

Peinture de L.Josse à la manière de René Magritte vue du Casino de Quiberon sur la balise Tribord de l'entrée de Port Maria

EN MODE ESTIVAL-VII- PLÉNITUDE ET SÉRÉNITÉ

 

 

Plénitude et Sérénité du Présent.

 

Plus j’avance en âge, plus je me rends compte de la futilité des regrets, du regret du passé. Ce qui n’impose pas de renoncer à la nostalgie des instants passés dans la joie, la mémoire de ces instants rappelle le présent d’alors. Ce se sont toutes ses joies vécues qui permettent de vivre sans crainte de l’avenir.

Je ne peux pas agir sur le passé, qui par nature n’est plus que dans ma mémoire. Seule l’expérience de ce passé peut permettre d’éclairer un peu l’avenir, sans le définir totalement ce qui produirait un ennui permanent. Où serait d’ailleurs dès lors l’espérance folle du poète, nécessaire pour parfumer la vie ?

La connaissance totale de l’avenir est une chimère, l’important n’est donc que nous exercer à répondre aux incertitudes, aux écueils, aux inconstances de la vie future, mais de se mettre dans un état propice pour accueillir l’avenir tel qu’il sera. Le meilleur moyen d’y parvenir c’est de bien vivre le présent qui dépend seul de nous, d’agir sur le présent sans relâche conscient de sa fugacité, de son impermanence. Nous devons, donner le plus possible d’épaisseur au présent, cela seulement est en notre pouvoir. C’est donc un devoir. Le temps presse, c’est pourquoi les francs-maçons travaillent au présent dans « la carrière du jour », et qu’ils ne suspendent leurs travaux que pour reprendre de nouvelles forces. Et qu’ils travaillent toujours en force, sagesse, beauté, et en sérénité à leur complétude.

 

Hier j’ai reçu mon salaire j’ai savouré l’instant présent avec un de mes cousins par alliance à la mode de Bretagne, Loïc est architecte de son état, écrivain et peintre à ses heures gagnées sur la vie, fort de ses 85 ans, il m’a remis un tableau qu’il a peint en pensant à moi, sans que nous n’en n’ayons parlé avant, un beau moment, un beau présent.

 

                                                              Jean-François Guerry.

 

« Mais s’il est un état où l’âme trouve une assiette assez solide pour s’y reposer tout entière et rassembler là tout son être, sans avoir besoin de rappeler le passé ni d’enjamber sur l’avenir, (…) où le présent dure toujours, (…)

Sans aucun autre sentiment de privation ou de jouissance, de plaisir ni de peine, de désir ni de crainte, que celui de notre existence, et que ce sentiment seul puisse  le remplir tout entière, tant que cela dure, celui qui s’y trouve peut s’appeler heureux,(…) d’un bonheur suffisant, parfait et plein, qui ne laisse dans l’âme aucun vide qu’elle sente le besoin de remplir…

De quoi jouit-on dans pareille situation ?

De rien d’extérieur à soi, de rien sinon de soi-même et sa propre existence ; tant que cela dure on se suffit à soi-même comme Dieu.

Le sentiment de l’existence dépouillé de toute affection est par lui-même un sentiment précieux de contentement et de paix, qui suffirait seul pour rendre cette existence chère et douce à qui saurait écarter de soi toutes les impressions sensuelles et terrestres qui viennent sans cesse nous en distraire (…)

 

                                                  Jean-Jacques Rousseau.

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
Comme le Pélican de l'Amour

Comme le Pélican de l'Amour

EN MODE ESTIVAL -VI-

 

Regarder, progresser…

 

 

Regarder en soi, progresser lentement en silence. L’été est le moment propice, le Kaïros pour accueillir son soi, le poser délicatement comme un nouveau-né sur le sable qui brille des milles grains, le soi est capable de faire resplendir tout notre être, des reflets de notre âme, qui ouvrent toutes les portes de la vie.

 

                                                              Jean-François Guerry.

 

« Ce n’est pas dans le monde extérieur que vous trouverez la paix. Creusez au plus profond de vous-même et vous trouverez la perle inestimable. »

 

                                                  Mâ Ananda Moyì.

 

 

 

« Accepter le quotidien est pour chacun la chose la plus difficile. On ne veut pas vivre sa vie, on veut vivre une vie différente, celle qu’on a rêvée ou celle des autres.

Mais on ne progresse qu’en remplissant d’une présence attentive ces petits moments sans histoire.

Lorsqu’on accepte de vivre chacun de ces instants, sans attendre autre chose, on bâtit une plénitude que rien ne peut attaquer.

 

                                                Placide Gaboury.  

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
EN MODE ESTIVAL V- LE CHEMIN

EN MODE ESTIVAL – V-

 

Le chemin….

 

Quel chemin, quels chemins, mon chemin, l’important c’est de commencer la marche, sa marche. Quand j’étais jeune mon grand-père me disait met un pied devant l’autre, avance marche ! Depuis je n’ai cessé d’entendre au fond la même chose, il faut être sur le chemin, l’important c’est le chemin, le sien, c’est peut-être la voie de la sagesse ?

                                                              Jean-François Guerry.

 

 

« Par bien des chemins et de bien des façons j’ai découvert ma sagesse : ce n’est pas par une seule échelle que j’ai atteint la hauteur d’où j’ai pu plonger mon regard dans mes lointains.

Et ce n’est que de mauvais gré que je demandais mon chemin. Cela me contrariait toujours !

Je préférais interroger et essayer par moi-même.

Une tentative et une interrogation, voilà ce que fut ma marche, et en vérité il faut apprendre à répondre à une telle interrogation !

Cela est mon goût : ni bon, ni mauvais, mais mon goût, dont je n’ai plus honte et que je ne cache plus.

« Or ceci est mon chemin, où est donc le vôtre ? »

Voilà ce que répondais à ceux qui me demandaient le chemin.

Le chemin, en effet, il n’existe pas.

Ainsi parlait Zarathoustra.

 

                                                  Friedrich Nietzsche.

CONFÉRENCE MUSICALE 

Hervé Deroeux Musicologue et André Benedetti Violoncelliste de renom.

à Loguivy de la Mer.

EN MODE ESTIVAL V- LE CHEMIN

Voir les commentaires

Publié le
 


Deux rencontres

en septembre





Académie Maçonnique

Provence


 
 
Ma Très Chère Sœur,
Mon Très Cher Frère,

 
Toute l'équipe de l'Académie Maçonnique Provence est heureuse de vous confirmer les deux rencontres précédemment annoncées:
Le samedi 4 septembre Dialogue à hautes voix
et
Le samedi 25 septembre, les VIes Rencontres de l'Académie Maçonnique Provence

Toutes les conférences se dérouleront au Château Saint Antoine à Marseille et seront également diffusées en direct via Zoom pour les nombreux Frères et Sœurs qui sont loin de la Provence...

Le 
samedi 4 septembre de 10 à 12 heures nous vous convions à participer au

 

 

"Dialogue à hautes voix"

avec

 
Alain-Noël DUBART
Chirurgien, Ancien Grand Maître de la GLDF
COMMUNIQUÉ : CONFÉRENCES ACADÉMIE MAÇONNIQUE DE PROVENCE


et

Marc HALÉVY 
Physicien, Philosophe, Expert de la Complexité et membre de la
Grande Loge Régulière de Belgique

COMMUNIQUÉ : CONFÉRENCES ACADÉMIE MAÇONNIQUE DE PROVENCE
 
Tous deux débattront de l'avenir de la Franc-maçonnerie et des Francs-maçons, de leur rôle à jouer dans la société en tant qu'organisation et en tant que citoyen.  

Alain-Noël Dubart et Marc Halévy présenteront leur ouvrage respectif coédité par les Éditions Ubik et l'Académie Maçonnique Provence, qui sortira le 4 septembre, et dans lesquels ils présentent et développent leurs conceptions de la Franc-maçonnerie et de son apport présent et futur à la société.

 
"À hautes voix" est le nom de la nouvelle collection, destinée à permettre à des personnalités éminentes d'exprimer leur point de vue sur le rôle et l'avenir de la Franc-Maçonnerie et des Francs-Maçons.
Questions sensibles, s'il en est, et qu'au fond de soi chacun se pose.
Nous n'avons pas l'ambition d'apporter des réponses mais simplement de participer et nourrir le débat individuel et collectif.

"Dialogue à haute voix" du samedi 4 septembre est ouvert à tous les Frères et Sœurs de toutes les obédiences et de tous les degrés.

Cette rencontre est gratuite pour les adhérents de l'Académie Maçonnique Provence (hors restauration) et de toutes les autres Académies régionales, et les frais de participation pour les autres Frères et Sœurs sont de 10 € (hors restauration)
.

Vous pouvez vous inscrire en cliquant ICI


 
Le samedi 25 septembre toute la journée nous aurons le plaisir de vous accueillir au Château Saint Antoine sur le thème de l'année 2021 "Les racines profondes de la Franc-Maçonnerie" pour les
 
VIes Rencontres
de l'Académie Maçonnique Provence


Les conférenciers seront:
 

Louis TREBUCHET
"Les racines spirituelles du REAA" 


Georges RELA
"L'Hermétisme Alexandrin" 


 
 Jean-François GUERRY 
"Exercices spirituels antiques et Franc-Maçonnerie"


 
 Marie-Thérèse BESSON
"Franc-maçonnerie: naître au Féminin"
 
À l'occasion de ces VIémes Rencontres les éditions UBIK &AMP présenteront leurs deux nouveaux titres dans la collection L'Intégrale; "Les racines spirituelles du REAA" de Louis Trébuchet et "Exercices spirituels antiques et Franc-Maçonnerie" de Jean François Guerry
 

Ces rencontres, ouvertes aux Frères et Sœurs Maîtres de toutes les obédiences sont gratuites (hors restauration)pour les adhérents de l'Académie Maçonnique Provence et de toutes les autres Académies régionales, et les frais de participation pour les autres Frères et Sœurs sont de 20 € (hors restauration).

Vous pouvez vous inscrire en cliquant ICI

 
Prenez soin de vous, des vôtres et des autres !
Salutations très fraternelles,
Alain Boccard
Président



PS: Les 4 premiers ouvrages coédités par les Éditions Ubik et l'Académie Maçonnique Provence sont toujours disponibles en cliquant ICI:

NOUVEAU: Le désir des collines éternelles de Louis Trébuchet

Marc Halévy, Kabbale et Franc Maçonnerie.
Michel Fromaget, Corps, Âme, Esprit: Liberté, Vérité, Beauté
Solange Sudarskis, Il était une fois un mythe, Hiram

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
EN MODE ESTIVAL - IV - UTOPIES, UTOPIE

EN MODE ESTIVAL – IV-

 

Utopie -Utopies…

 

 

Il paraît qu’utopie est folie, elle est aussi parfois vérité de demain. Les francs-maçons se nourrissent d’utopies, la plus grande d’entre elle est sans aucun doute qu’un jour tous les hommes soient frères.

                                                                       Jean-François Guerry.

 

« Vouloir améliorer l’humanité, c’est-à-dire l’ensemble des hommes, sans améliorer la qualité de l’ Homme, est une utopie : le monde ne deviendra meilleur qui si chacun des hommes est meilleur. »

                                                        Georges Roux.

 

« Les fils d’Adam sont les membres l’un de l’autre, car ils furent créés d’une même substance ; si le sort fait souffrir un des membres, les autres ne peuvent rester en équilibre.

Toi qui es sans souci du chagrin d’autrui, tu ne mérites pas qu’on t’appelle être humain. »

                                                         Muslah-al-Dīn Saadi.

L'effet papillon

Si le battement d'aile d'un papillon quelque part au Cambodge
Déclenche sur un autre continent le plus violent des orages
Le choix de quelques uns dans un bureau occidental
Bouleverse des millions de destins surtout si le bureau est ovale
Il n'y a que l'ours blanc qui s'étonne que sa banquise fonde
Ça ne surprend plus personne de notre côté du monde
Quand le financier s'enrhume ce sont les ouvriers qui toussent
C'est très loin la couche d'ozone mais c'est d'ici qu'on la perce
C'est l'effet papillon petites causes, grandes conséquences
Pourtant jolie comme expression, petites choses dégâts immenses
On l'appelle retour de flamme ou théorie des dominos
Un murmure devient vacarme comme dit le proverbe à propos
Si au soleil tu t'endors, de biafine tu t'enduiras
Si tu mets une claque au videur, courir très vite tu devras
Si on se gave au resto c'est un fait nous grossirons
Mais ça c'est l'effet cachalot, revenons à nos moutons (à nos papillons)
Allons faire un après midi aventure extra conjugal
Puis le coup de boule de son mari alors si ton nez te fait mal
C'est l'effet papillon c'est normal fallait pas te faire chopper
Si par contre t'as mal au front ça veut dire que c'est toi le mari trompé
Avec les baleines on fabrique du rouge à lèvres, des crèmes pour fille
Quand on achète ces cosmétiques c'est au harpon qu'on se maquille
Si tu fais la tournée des bars demain tu sais que t'auras du mal
Pour récupérer à 8h ton permis au tribunal
C'est l'effet papillon petites causes, grandes conséquences
Pourtant jolie comme expression, petites choses dégâts immenses
Le papillon s'envole
Le papillon s'envole
Tout bat de l'aile
Le papillon s'envole
Le papillon s'envole
Tout bat de l'aile

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
sri Aurobindo

sri Aurobindo

EN MODE ESTIVAL. III.

 

Philosophie, Franc-Maçonnerie, l’art de vivre.

 

On ne peut rien sur les choses qui ne dépendent pas de nous, elles sont ce qu’elles sont. Mais nous pouvons changer nos jugements, convertir notre regard sur les choses qui dépendent de nous, c’est presque réussir à changer les choses.

 

                                                  Jean-François Guerry.

 

« La réelle valeur qu’à pour l’homme la philosophie, c’est de l’éclairer sur la nature de son être, sur les principes de sa psychologie, sur ses rapports avec le monde et avec Dieu, sur les lignes fixes ou les vastes possibilités de sa destinée.

 

                                                  Sri Aurobindo.

La Mère

La Mère

Le 7 octobre 1964

les choses, non du point de vue ordinaire mais du point de vue supérieur, ont pris nettement un tournant vers le mieux. mais les conséquences matérielles sont encore là — toutes les difficultés sont comme aggravées. seulement, le pouvoir de la conscience est plus grand — plus clair, plus précis ; et aussi l’action sur ceux qui sont de bonne volonté : ils font des progrès assez considérables. mais les difficultés matérielles sont comme aggravées, c’est-à-dire que c’est... pour voir si nous tenons le coup !

c’est comme cela.

il n’y a pas longtemps (c’est depuis hier), quelque chose s’est clarifié dans l’atmosphère. mais le chemin est encore long — long, long. Ça, je le sens très long. il faut durer. Durer, c’est surtout cela l’impression — il faut avoir de l’endurance. ce sont les deux choses absolument indispensables: l’endurance, et garder une foi que rien ne peut ébranler, même une négation apparemment complète, même si l’on souffre, même si l’on est misérable (je veux dire dans le corps), même si l’on est fatigué — durer. s’accrocher et durer — avoir de l’endurance. Voilà.

mais d’après ce que l’on me raconte, je veux dire ceux qui écoutent la radio, qui lisent les journaux (toutes choses que je ne fais point), le monde tout entier est en train de subir une action... qui, pour le moment, est bouleversante. il semble que le nombre de « fous apparents » augmente considérablement. comme en Amérique, par exemple, toute la jeunesse semble être prise par une sorte de vertige curieux, qui serait inquiétant pour les gens raisonnables, mais qui est certainement l’indication qu’une force inaccoutumée est à l’œuvre. c’est la rupture de toutes les habitudes et de toutes les règles — c’est bon. Pour le moment, c’est un peu « étrange », mais c’est nécessaire.

1

Notes sur le Chemin

La vraie attitude, actuellement, n’est-elle pas d’essayer d’être aussi transparent que possible ?

transparent, réceptif à la force nouvelle.

Je me pose la question, parce que l’on a l’impression que cette transparence, c’est transparent, mais c’est un peu rien — un « rien » qui est plein, mais c’est quand même rien, on ne sait pas. On ne sait pas si c’est une espèce de tamassupérieur, ou...

surtout être confiant. la grosse difficulté dans la matière, c’est que la conscience matérielle (c’est-à-dire le mental dans la matière) s’est formée sous la pression des difficultés — des difficultés, des obstacles, des souffrances, des luttes. elle a été pour ainsi dire « élaborée » par ces choses, et cela lui a donné une empreinte, presque de pessimisme et de défaitisme, qui est certainement le plus grand obstacle.

c’est cela dont je suis consciente dans mon propre travail. la conscience la plus matérielle, le mental le plus matériel est habitué à agir, à faire effort, à avancer à coups de fouet; autrement, c’est le tamas. et alors, dans la mesure où il imagine, il imagine toujours la difficulté — toujours l’obstacle ou toujours l’opposition, et cela ralentit le mouvement terriblement. il lui faut des expériences très concrètes, très tangibles et très répétées, pour le convaincre que derrière toutes ses difficultés, il y a une Grâce, que derrière tous ses insuccès, il y a la Victoire, que derrière toutes ses douleurs, ses souffrances, ses contradictions, il y a l’Ânanda. De tous les efforts, c’est celui qu’il faut répéter le plus souvent : on est tout le temps obligé d’arrêter ou d’écarter, de convertir un pessimisme, un doute ou une imagination tout à fait défaitiste.

                                                     LA MÈRE 1964.

Voir les commentaires

Publié le par Jean-François Guerry
EN MODE ESTIVAL II.

EN MODE ESTIVAL. II.

 

 

Dans le silence….

Savoir écouter son cœur, c’est la voie vers la sagesse.

 

« Il nous faut écouter

  L’oiseau au fond des bois

Le murmure de l’été

Le sang qui monte en soi… »

 

                            Jacques Brel.

 

En silence….

Apprendre, savoir éclairer son espace intérieur, sa vraie demeure, y faire battre son cœur, se dépouiller de ses écorces inutiles, être soi-même simplement, s’offrir aux autres sans voile ni artifice. Faire voir son cœur.

        

                                                              Jean-François Guerry.

La Chanson de Jacky

Même si un jour à Knokke-le-Zoute
Je deviens comme je le redoute
Chanteur pour femmes finissantes
Même si je leur chante "mi corazón"
Avec la voix bandonéante
D'un Argentin de Carcassonne
Même si on m'appelle Antonio
Que je brûle mes derniers feux
En échange de quelques cadeaux
Madame, madame je fais ce que je peux
Même si je me saoule à l'hydromel
Pour mieux parler de virilité
À des mémères décorées
Comme des arbres de Noël
Je sais que dans ma saoulographie
Chaque nuit pour des éléphants roses
Je rechanterai ma chanson morose
Celle du temps où je m'appelais Jacky
Être une heure, une heure seulement
Être une heure, une heure quelquefois
Être une heure, rien qu'une heure durant
Beau, beau, beau et con à la fois
Même si un jour à Macao
Je deviens gouverneur de tripot
Cerclé de femmes languissantes
Même si lassé d'être chanteur
J'y sois devenu maître-chanteur
Et que ce soit les autres qui chantent
Même si on m'appelle le beau Serge
Que je vende des bateaux d'opium
Du whisky de Clermont-Ferrand
De vrais pédés, de fausses vierges
Que j'aie une banque à chaque doigt
Et un doigt dans chaque pays
Et que chaque pays soit à moi
Je sais quand même que chaque nuit
Tout seul au fond de ma fumerie
Pour un public de vieux Chinois
Je rechanterai ma chanson à moi
Celle du temps où je m'appelais Jacky
Être une heure, une heure seulement
Être une heure, une heure quelquefois
Être une heure, rien qu'une heure durant
Beau, beau, beau et con à la fois
Même si un jour au Paradis
Je devienne comme j'en serais surpris
Chanteur pour femmes à ailes blanches
Même si je leur chante Alléluia
En regrettant le temps d'en bas
Où c'est pas tous les jours dimanche
Même si on m'appelle Dieu le Père
Celui qui est dans l'annuaire
Entre Dieulefit et Dieu vous garde
Même si je me laisse pousser la barbe
Même si toujours trop bonne pomme
Je me crève le cœur et le pur esprit
À vouloir consoler les hommes
Je sais quand même que chaque nuit
J'entendrai dans mon Paradis
Les anges, les saints et Lucifer
Me chanter ma chanson de naguère
Celle du temps où je m'appelais Jacky
Être une heure, une heure seulement
Être une heure, une heure quelquefois
Être une heure, rien qu'une heure durant
Beau, beau, beau et con à la fois

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog