Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
la Franc Maçonnerie au Coeur

la Franc Maçonnerie au Coeur

Un blog d'information, de conversations sur le thème de la Franc Maçonnerie, des textes en rapport avec la Franc Maçonnerie, comptes rendus et conseils de lectures.

Publié le par FRII

Cet article est reposté depuis Blog de la R:.L:.Francois RÁKÓCZI II.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LA LOGE FRANÇOIS RÀKOCZI II

LA LOGE FRANÇOIS RÀKOCZI  II.

 

Est une RL francophone située à l’Orient de Budapest en Hongrie, elle travaille au RF sous les auspices du Grand Orient de France, elle communique grâce à son blog, les Frères contribuent par des travaux de qualité et font preuve d’un esprit maçonnique universel, je vous recommande particulièrement la lecture de leurs planches. Par ailleurs il est intéressant de lire les commentaires de nos Frères de Hongrie sur les actualités Françaises. Ainsi l’universel Maçonnique n’est pas qu’un mot, voir le repost qui suit sur l’histoire de François RÀKOCZI II.

 

JF.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
CONDUIT VERS...LA LUCIDITÉ

CONDUIT VERS PLUS DE …. LUCIDITÉ

 

En ce 15 août fête de l’Assomption, devons nous êtres conduits vers… plus de lucidité ?

J’ai souvent écrit que le Franc-Maçon est un utopiste, un naïf, alors pourquoi la lucidité. Un lecteur du blog a attiré mon attention sur l’interview donnée par le philosophe sinologue François Julien au journal le Monde à propos de son livre : « Une seconde vie. » Il a écrit :  « Nous pouvons vivre une seconde vie à condition de faire preuve de lucidité. » Et à propos de cette lucidité elle est : « un terme processuel qui réclame du déroulement et ne s’inscrit pas dans l’instant. La lucidité, ce n’est pas la connaissance, l’intelligence ou la perspicacité, c’est la lumière qui vient progressivement de l’intérieur même de la vie. »

 

Avec ce concept novateur de lucidité qui ouvre la porte d’une seconde vie, non pas d’une nouvelle vie, mais bien du prolongement de notre vie, en ayant fait un pas de côté, en nous étant décalés pour lucidement entrer dans l’intime, la spiritualité. Cette voie de réflexion nous sort des banalités de recherche de la sagesse, du développement personnel. Cet accès à la lucidité donne un nouvel élan, un nouvel essor à notre vie.

 

La lucidité n’exclut pas la recherche intérieure moteur essentiel qui donne du sens à notre vie. François Julien en qualifiant de seconde vie celle qui serait plus spirituelle, inclus une hiérarchie, pour ma part j’oserais le qualificatif de vraie vie. Cette vraie vie qui prend de plus en plus d’importance au regard de notre vie physique dont la longueur ne cesse d’augmenter, en conséquence si l’on suit le raisonnement du philosophe, notre spiritualité augmente mécaniquement, ce qui justifie son principe de seconde vie comme partie de la vie.

 

Cette théorie de François Julien sur cette « Seconde vie », rompt avec les thèses qui promettent deux vies, une terrestre et une dans un au-delà inconnu, c’est la promesse des religions, les résurrections, les réincarnations. Avec François Julien on est plus proche, d’un cycle de régénération et de ce fait pas très loin de l’initiation maçonnique à condition de considérer que le principe de la mort du vieil homme et de la re,-naissance d’un homme neuf se fait sans rupture mais dans une continuité. L’homme cherchant, postule à l’initiation au milieu de sa vie, les travaux véritables commencent à midi. Cette seconde vie qui est dépouillement est aussi Assomption : conduite vers…

La rupture en Franc-Maçonnerie peut être prise dans le sens de changement, d’évolution lucide c’est de ma libre volonté que j’ai demandé à ouvrir mon cœur, à recevoir la lumière.

 

La seconde vie de notre philosophe peut donc convenir au Franc-Maçon à la recherche d’une vie plus spirituelle sur cette terre, les pieds fermement posés sur elle et la tête dans les étoiles. Surtout quand l’on sait la propension de notre philosophe pour l’altérité, chère également aux Francs-Maçons.

 

La Franc-Maçonnerie serait t’elle une voie pour plus de spiritualité, une seconde vie plus lucide, plus harmonieuse.

 

JF.

 

Note : Assomption = conduite vers…

            Ascension = montée vers…

FRANÇOIS JULIEN

FRANÇOIS JULIEN

CONDUIT VERS...LA LUCIDITÉ

NOTE EDITEUR :

 

Quand on avance dans la vie, il est une question qu’on ne peut plus, peu à peu, ne pas se poser : pourquoi est-ce que je continue de vivre ?
Cette question, on peut la maintenir au niveau bas du développement personnel, affublé en « sagesse », et du marché du bonheur.
Ou bien l’affronter philosophiquement pour y chercher une issue plus ambitieuse qui soit la promotion d’une « seconde » vie.
Une seconde vie est une vie qui, du cours même de la vie, se décale lentement d’elle-même et commence de se choisir et de se réformer.
Pour y accéder, il faudra penser ce que sont des vérités, non pas démontrées, mais décantées à partir de la vie même ; ou comment, de l’expérience accumulée, on peut à nouveau essayer ; ou comment la lucidité est ce savoir négatif (de l’effectif) qui nous vient malgré nous, mais qu’on peut assumer ; ou comment la vie peut ouvrir, non sur une conversion, mais sur une vie dégagée.
Ou comment un second amour, fondé, non plus sur la possession, mais sur l’infini de l’intime, peut débuter.
Puis-je, non plus répéter ma vie, mais la reprendre, et commencer véritablement d’exister ?

BIO WIKIPEDIA

Biographie

Ancien élève de l’école normale supérieure de la rue d’Ulm et agrégé de l’Université (1974), il a ensuite étudié la langue et la pensée chinoises aux universités de Pékin et de Shanghai (1975-1977). Il a été ensuite responsable de l'Antenne française de sinologie à Hong-Kong (1978-1981), puis pensionnaire de la Maison franco-japonaise à Tokyo (1985-1987)1. Il a obtenu un doctorat de troisième cycle en 1978, puis le doctorat d'État en études extrême-orientales en 1983.

Il a été successivement président de l'Association française des études chinoises (de 1988 à 1990), directeur de l'UFR Asie orientale de l'université Paris-Diderot (1990-2000), président du Collège international de philosophie(1995-1998), professeur à l'université Paris-Diderot et directeur de l'Institut de la pensée contemporaine2 ainsi que du Centre Marcel-Granet31. Il a été membre senior de l'Institut universitaire de France de 2001 à 20114.

Il a dirigé plusieurs collections aux Presses universitaires de France ainsi que l'Agenda de la pensée contemporaine aux PUF5, puis aux éditions Hermann6.

Il est actuellement titulaire de la chaire sur l'altérité créée à la Fondation Maison des sciences de l'homme7.

De nombreux colloques ont été organisés autour de sa pensée, en France et à l'étranger (Allemagne, Argentine, Chine, Taïwan, Vietnam...), dont les derniers se sont tenus à l'université Paris-Diderot et à la Bibliothèque nationale de France (décembre 2010), sous le titre « Dérangements-Aperçus, Autour du travail de François Jullien » (actes du colloque publiés chez Hermann en 20118) ; à l'université normale de Pékin (décembre 2012), « Dialogue au sommet » avec Cheng Chung-Ying actes publiés sous le titre « Sixiang yu fangfa », décembre 20149) ; à Cerisy-la-Salle (septembre 2013), « Des possibles de la pensée, l'itinéraire philosophique de François Jullien »10, (actes parus chez Hermann, mars 2015) ; à l'Academia sinica de Taïwan, novembre 20131112 (actes parus en 2015).

En 2010, il a reçu, en Allemagne, le Prix Hannah Arendt pour la pensée politique13 ; et, en 2011, le Grand prix de philosophie de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre14.

WIKIPEDIA

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LA VIE, LA MORT, LA VIE, L'INITIATION

LA VIE, LA MORT, LA VIE, L’INITIATION

 

L’initiation maçonnique apprentissage de la vie, de la mort symbolique, résurrection, régénération. La mort est indissociable de la vie, sans la mort pas de vie. Le mal et le bien sont en l’homme capable du meilleur, mais aussi du pire. L’homme cet arbre debout les racines en terre puise l’énergie, qui lui permet de s’élever en beauté, de se parer de verdure et de fleurs pour atteindre une forme de perfection, enivré il monte par orgueil trop près du soleil, il se brûle les ailes, se consume à son feu, mais s’y régénère aussi plus pur, tel un phénix. Il est aussi ce grain mis en terre, qui se réveille, plus fort, plus beau par la grâce de la nature et de ses éléments.

 

Ainsi la vie, la mort ne sont pas absurdes mais font partie d’un cycle, mort régénération, je préfère régénération à résurrection ou renaissance qui induisent une connotation plus religieuse, un espoir plus qu’une espérance, comme une exclusive transcendance, nous pouvons participer de la régénération grâce à notre force intérieure, libre à chacun de mettre un nom sur cette force. La régénération est plus proche pour moi de l’initiation, nous sommes ce que nous sommes, mais régénérant en nous le meilleur de nous même, comme l’éclosion du beau, du bon, son essor par un processus de purification au contact des éléments naturels. Nous donnons alors un sens à notre vie, à notre mort.

 

Se régénérer c’est peu à peu relever la beauté qui est en nous cette beauté de l’âme, ne pas oublier l’essentiel, l’essence de ce que nous sommes. C’est un long chemin de la conscience, nous touchons là à l’humilité de notre condition, notre état de mortel qui nous donne le dynamisme nécessaire, il y a urgence à faire le bien ; urgence à chercher la lumière, pour réaliser les multiples régénérations qui jalonnent notre chemin et permettent l’ascension de l’échelle spirituelle.

 

De la faible lumière qui vacille dans les entrailles de la terre, à la pâle lumière de la lune, du soleil naissant au point du jour, à la grande lumière qui commence à paraître, et s’élève jusqu’au zénith puis décroit, pour se régénérer dans le feu principe de lumière intense, de l’amour, de l’amour absolu ultime Eden de l’initiation.

 

JF.

LA VIE, LA MORT, LA VIE, L'INITIATION

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LE SERMENT NE COULE PAS DE SOURCE !

 

SUR GADLU INFO

Jacques Fontaine propose non sans malice une réflexion dont il connaît la réponse ou pour le moins la sienne :

Jacques Fontaine, l’un de nos illustrissimes blogueurs : « Les empêcheurs de maçonner en rondnous offre cette réflexion sur le serment :

A l’initiation, on prête un « serre-ment ». La langue des oiseaux déniche le message : il y a du mensonge dans le serment… C’est le serment lui-même ou le livre sur lequel on prête le serment, qui prête à mentir?

      Parfois, c’est la Bible qui repose sur un… « autel » (sic) . Ne l’appelle t-on pas, ci et là, « le Volume de la Loi Sacrée »? « Ce n’est qu’un symbole » assène ses partisans. Et bien, justement, changeons de symbole.

C’est ce que font d’autres obédiences avec le… règlement général de l’obédience. Où a-t-on vu qu’un texte administratif puisse être digne de recevoir un engagement spirituel ? Surtout quand on ajoute : « dans ses dispositions actuelles et futures » ! Là, ce n’est plus l’obéissance qui est réclamée, mais franchement la soumission.

      Alors que nous disposons d’un texte génial, reconnu par une grande partie de l’humanité : la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948. Et encore mieux ! Le plus libre, le plus simple, le plus secret : un Livre blanc. Projette-toi donc sur l’écran blanc de ta conscience.

Jacques Fontaine


En savoir plus sur http://www.gadlu.info

 

 

En effet cela mérite réflexion pour une institution qui demande à ses adeptes de n’avoir en Loge aucune discussion politique ou religieuse leurs faire prêter serment sur un livre sacré lié à une religion particulière cela interroge. La pirouette qui consiste a assimiler le livre choisi en symbole, n’apporte pas une réponse satisfaisante comme l’indique Jacques Fontaine, d’autant plus que l’on demande à l’initié de chercher l’idée sous le symbole, de fait le livre pris au deuxième degré, s’installe au premier degré. Et puis qui peut prétendre avoir lu le livre dans son intégralité et même en l’admettant en avoir compris ou interprété le sens.

 

On remarquera aussi que l’on lie « Secret et Serment. » Il faut reprendre alors la réflexion sur le secret, secret lié à l’intime au vécu etc…Et non pas au livre au texte à découvrir.

 

Quand au serment prêté sur un texte administratif, c’est certainement le plus difficile à comprendre et admettre. En effet un texte administratif s’il prend force de loi,  pour ceux qui s’y soumettent, reste dans le domaine des relations sociales. Les joueurs de boulles et les sociétés de chasse ont leurs textes administratifs : statuts, règlements intérieurs.

 

Alors pourquoi ce serment ? Pour respecter des secrets qui sont à la portée de tous dans les bonnes et moins bonnes librairies sans parler d’internet ! Pour se soumettre aux règles édictées et variables avec le temps et les dirigeants des obédiences.

 

Le serment correspond au bornage du commencement de l’initiation c’est un point de départ repéré, d’un processus qui a conduit le candidat a se réaliser a donner du sens à sa vie. C’est donc un serment vis à vis de lui même un engagement personnel, mais aussi devant la confraternité qu’est la loge, creuset, œuf initiatique. Il n’est pas soumission mais acceptation, libre volonté de vouloir s’élever spirituellement, il n’est pas contrainte mais joie.

 

JF.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
L'HUMILITÉ MÈRE DES VERTUS MAÇONNIQUES ?

L’HUMILITÉ MÈRE DES VERTUS MAÇONNIQUES ?

 

La tradition chrétienne classe les vertus en cardinales et théologales, l’humilité ne trouve pas sa place dans ce classement, le Franc-Maçon s’est fixé le but de fuir le vice et pratiquer la vertu, toutes les vertus. Cette ambition est à la frontière de l’orgueil, il affirme aussi n’accepter les tâches qu’il est capable de réaliser. L’humilité est donc au cœur de l’initiation maçonnique, et peut-on séparer les vertus ?

 

L’initiation est un commencement il faut donc faire preuve d’humilité, l’enfant, l’apprenti Franc-Maçon ne sait ni lire, ni écrire, il apprendra sur les lèvres de sa mère, de sa loge mère ; dans le silence, sous la pâleur de la lune. Il épèlera, lettre après lettre. L’apprenti commence sa démarche intérieure, par la connaissance de son soi comme le dit Saint Augustin : « la vertu d’humilité ne demande rien d’autre que de se connaître en vérité. » c’est le « Connais toi toi-même » attribué à Socrate.

 

Il faut déjà beaucoup d’humilité au profane qui frappe à la porte du temple au midi de sa vie, pour accepter de laisser ses métaux, pour passer de la matière à l’esprit, nous dirions en langage maçonnique symboliquement de l’Équerre au Compas, accepter de n’être qu’une faible lueur dans l’univers, combattre son ego pour rechercher l’unité, la vérité. Simone Weil disait : « L’humilité est la vertu la plus essentielle dans la recherche de la vérité. » Le mot essentiel nous mène à l’essence et au sens, à la recherche de la substantifique moelle a dit François Rabelais.

 

Lors de l’une de mes visites récentes aux moines cisterciens de l’abbaye de Timadeuc, ces adeptes de la règle de Saint Bernard, j’ai pu voir la joie sur leurs visages, dans l’humilité ils ont trouvé un véritable sens à leur vie. Saint Bernard leur a transmis son souffle pour passer de l’avoir à l’être, il disait : comme l’âme s’élève par l’orgueil avant de tomber il faut quelle s’abaisse par l’humilité avant d’être élevée. »

 

Le maître maçon plus radieux que jamais, même s’il renait doit être vigilant, l’orgueil rôde toujours propre a flatter l’architecte couronné de la gloire de son travail, le temple de pierres, le temple matériel n’est pas la Jérusalem céleste, celui qui n’a pas connu la chute ne connais pas la joie du relèvement.

 

L’humilité nous permettra de mieux nous connaître, de nous rapprocher de nos frères et ainsi de vivre dans l’amour fraternel.

 

JF.

 

Note : Ce texte m’a été inspiré par la lecture d’un article de la revue Actualités de la GLNF paru dans la rubrique symbolisme sous le titre « Humilité et Serment de l’initié. L’humilité, mère des vertus.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
MARCHER VERS L'UNITÉ

MARCHER VERS L’UNITÉ

 

Dans une époque où sont malmenées les philosophies, les religions, les spiritualités, le texte qui suit et qui date de 1945, interroge sur nos capacités a évoluer vers un monde moins matérialiste plus humain, plus juste, plus vrai. Avons nous progressés depuis les horreurs de la dernière guerre ? La renaissance des intégrismes, anti juif, anti musulman, anti religieux interroge sur notre désir d’humanité solidaire et fraternelle. Pour nous Francs-Maçons qui revendiquons l’universalité de notre initiation, le chantier est ouvert, reste à convaincre sans prosélytisme que notre voie, est une voie d’unité.

 

JF.

 

Extrait de la Marche de l’unité de Charles Hertrich texte transmis par notre frère Claudius fidèle contributeur du Blog, veilleur de la fraternité.

 

Les religions sont utiles à l’humanité puisque toutes coopèrent à notre amélioration morale et spirituelle ; mais il faut reconnaître que touts n’ont pas réalise les intentions de leurs fondateurs qu’il serait injuste de rendre responsable des erreurs, des fautes et , parfois des crimes de ses sectateurs.

 

(…) Nous pouvons retenir de la philosophie indoue ce grand enseignement que la Vérité est une, bien quelle porte des noms différents ; mais de quelques côté qu’il entre dans la Voie, quelle que soit la forme de la foi, du fidèle sincère, c’est la Vérité et donc l’Unité qu’il recherche ; nous pouvons suivre des chemins différents, mais nous nous retrouverons quand nous serons arrivés.

 

Une telle conception n’est–elle pas de nature à éliminer, parmi les hommes, la haine et la peur génératrices des sectarismes, et, par extension, de préparer les esprits à cette paix qui ne peut plus être seulement européenne mais mondiale c’est à dire englobant tous les continents avec leurs aspirations propres.

 

Cette paix doit apporter à l’humanité non pas seulement de nouvelles conceptions politiques, économiques, sociales, mais aussi philosophiques et religieuses. (Je dirais pour ma part spirituelles)

 

L’individualisme excessif de l’Occident, presque exclusivement orienté vers le temporel, sera mitigé par le mysticisme, non moins excessif de l’Orient ; d’où une harmonieuse synthèse qui conciliera les extrêmes. Ce sera le règne de l’Esprit ; ce sera la matérialisation de la neuvième symphonie de Beethoven : «  Tous les hommes heureux et frères dans la joie. » heureux et joyeux parce qu’ils auront enfin compris, qu’en dehors de la justice, de la bonté et de la beauté, il n’y a point de salut. Ce sont là des vérités éternelles sur lesquelles doivent se fonder la société nouvelle.

 

                                                                                             Charles Hertrich.

 

Membre du Parti communiste chilien, il fut l'un des principaux soutiens de l'Unité Populaire et du président Salvador Allende. Ses chansons critiquent la bourgeoisie chilienne (Las Casitas del Barrio Alto, Ni Chicha Ni Limona), contestent la guerre du Viêt Nam (El Derecho de Vivir en Paz), rendent hommage aux grandes figures révolutionnaires latino-américaines (Corrido De Pancho Villa, Camilo Torres, Zamba del Che), mais aussi au peuple et à l'amour (Vientos del pueblo, Te recuerdo Amanda).
Arrêté par les militaires lors du coup d'État du 11 septembre 1973, il est emprisonné et torturé à l'Estadio Chile (qui se nomme aujourd'hui Estadio Víctor Jara) puis à l'Estadio Nacional avec de nombreuses autres victimes de la répression qui s'abat alors sur Santiago. Il y écrit le poème Estadio de Chile qui dénonce le fascisme et la dictature. Ce poème est resté inachevé car Víctor Jara est rapidement mis à l'écart des autres prisonniers. Il est assassiné le 15 septembre après avoir eu les doigts coupés par une hache.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
RECENSION : "FAIRE LA PAIX AVEC SOI" 365 Méditations de Etty HILLESUM

RECENSION : « FAIRE LA PAIX AVEC SOI. » 365 Méditations quotidiennes.

 

 

Etty Hillesum c’était la joie de vivre. Elle est née en 1914 aux Pays Bas, amoureuse en 1941 de Julien Spier psychologue élève de Jung, 1942 Juive elle s’engage auprès des siens qui sont incarcérés dans le camp de transit de Westerbork, en 1943 elle est déportée à Auschwitz elle décède à 29 ans.

 

Etty nous a laissé quelques écrits, quelques lettres, des témoignages de son indéfectible  amour de la vie, comme un cri d’espérance qui traverse, le temps, les ténèbres comme une pluie d’étoiles pour éclairer nos nuits les plus sombres, comme un rayon de soleil ardent qui transperce les nuages de notre vie.

Etty c’est l’expression d’un acte d’amour avec soi-même, qui permet de se régénérer de s’auto régénérer en puisant dans ses forces intérieures découvertes tout au long de notre initiation, elles sont sans limites, au delà même de notre imagination. C’est par l’élan, l’éveil, l’essor de notre initiation et la force de l’Amour Fraternel que nous faisons le voyage au pays des mystères de l’être, dans ce pays aux horizons immenses, nous nous lions peu à peu à la beauté de l’univers.

Etty c’est l’espérance maintenant et toujours.

JF.

 

Quelques extraits de ses méditations au jour le jour :

 

1er Janvier – Se tourner vers l’intérieur.

 

Je crois que je vais le faire : tous les matins, avant de me mettre au travail, me « tourner vers l’intérieur », rester une demie heure à l’écoute de moi-même. Je pourrais dire aussi : méditer. Mais le mot m’horripile encore un peu. Oui, pourquoi pas : une demie heure de paix en soi- même. On agite bien les bras, jambes et autres muscles le matin dans la salle de bains : mais cela ne suffit pas. L’homme est corps et esprit. Une demi-heure de gymnastique et une demi-heure de « méditation » peuvent fournir une bonne base de concentration pour toute une journée.

 

9 Janvier- j’ai ma force.

 

Je n’ai nul besoin de faire bonne figure aux yeux du monde extérieur, j’ai ma force intérieure et cela suffit, le reste est sans importance.

 

19. Janvier Faire retentir sa voix intérieure

 

C’est ainsi que vivent les hommes. Ils se servent de l’autre pour se laisser persuader d’une chose à laquelle au fond de leur cœur, ils ne croient pas. On cherche dans l’autre un instrument pour couvrir le son de sa voix intérieure. Si chacun de nous écoutait seulement un peu plus sa voix intérieure, s’il essayait seulement d’en faire retentir une en soi-même – alors il y aurait beaucoup moins de chaos dans le monde.

 

21. Février- Unique et Maillon.

 

Attendre, écouter et prendre patience. Et s’adonner aux choses de tous les jours. Et être de plus en plus soi-même. Et cependant un maillon de la chaîne.

 

28. Février- Agrandir les réserves d’amour.

 

Il faut contribuer à agrandir les réserves d’amour sur cette terre. Chaque petite proportion de haine que l’on ajoute aux haines déjà bien trop nombreuses rend ce monde encore plus inhospitalier et invivable.

RECENSION : "FAIRE LA PAIX AVEC SOI" 365 Méditations de Etty HILLESUM

 

Ils ont dit de Etty Hillesum :

 

« De cette jeune femme intensément éprise de la vie, de l’amour, et follement prodigue de vie et d’amour, tout reste à apprendre, à recevoir, à méditer.

 

Sylvie Germain.

 

« Je la considère comme l’un des grands prophètes de paix de notre époque, capable d’éclairer ceux qui sont angoissés par la situation actuelle de notre monde. Sa sagesse et son amour ont grandi alors qu’elle même et ses frères juifs vivaient leurs heures les plus noires. Ils étaient opprimés, écrasés, poursuivis, destinés à être éliminés (…) Et pourtant, à travers tout cela, Etty a ouvert un chemin d’espoir et de paix.

 

Jean Vanier.

RECENSION : "FAIRE LA PAIX AVEC SOI" 365 Méditations de Etty HILLESUM

A LIRE :

Etty Hillesum : « Faire la Paix avec soi », Préface de Anne Ducrocq – Traduction du Néerlandais  par Philippe Noble. Éditions Points Vivre 6,70 €

 

Etty Hillesum : « Une vie bouleversée » suivi des lettres de Westerbork- Éditions Points- même traducteur.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
LA BEAUTÉ CONTRE LE MAL

LA BEAUTÉ CONTRE LE MAL.

 

Il est une évidence et aussi un mystère le mal est une partie de nous mêmes et de la société. L’homme est capable du meilleur et du pire et le pire ne semble pas avoir de limites. Le but de la Franc-Maçonnerie est de combattre le mal, de fuir le vice et pratiquer la vertu.

 

C’est un combat intérieur et extérieur pour que règne le bon, le beau et le vrai. L’action du Franc-Maçon se fait avec Force, Sagesse et Beauté. La Beauté fait plus que de couronner, d’orner l’ensemble, elle est génératrice de la Bonté et de l’ultime la Sagesse.

 

La Beauté vient à l’homme dans le silence de la méditation, son cœur s’ouvre en même temps que son esprit. La contemplation de la Beauté infinie de l’univers qui nous entoure, nous touche au plus profond de notre intimité et nous rend plus beau, plus beau que nature.

 

Tous ceux qui sont depuis des années habités par la pratique Maçonnique, à l’écoute d’eux mêmes et de leurs Frères sur les colonnes, leurs figures brillent d’une étrange beauté, d’une beauté exprimée par leurs rides creusées dans la douceur de leur visage, comme des témoins de leurs joies et de l’approche du bonheur qui vient de leur âme. Des poussières brillantes de transcendance sont tombées sur eux, ils se sont liés avec elles, ils sont en communion avec ce mystère.

La Beauté apparaît dans leurs yeux qui brillent de leur lumière intérieure qui ne s’éteint jamais, cette lumière, cette beauté qui irradie les visages de tous les amoureux, cette beauté lumineuse est l’amour du prochain.

 

L’homme devenu beau, deviendra bon et sage. La Beauté couronne donc la Sagesse. Beauté et Bonté sont indissociables, Henri Bergson l’exprimait par ces quelques mots : « Le degré suprême de la beauté est la grâce, mais par le mot grâce, on entend aussi la Bonté. Car la Bonté suprême, c’est cette générosité d’un principe de vie qui se donne indéfiniment. C’est là le sens même de la grâce. »

 

Le Franc-Maçon qui cherche à donner un sens à sa vie, se fait un devoir d’agir en Beauté, mieux il travaille à être beau pour être bon.

JF.

Voir les commentaires

Publié le par jean françois
A LA RECHERCHE DE L'HOMME ADAMIQUE

A LA RECHERCHE DE L’HOMME ADAMIQUE

 

Le Franc-Maçon en frappant à la porte du temple, fait le premier pas vers la recherche de l’homme adamique, il vient demander la lumière qui lui permettra de comprendre mieux le sens de sa vie.

Il ouvre le livre des héritages spirituels pour en retirer  le sens caché. Assumer à la fois sa matérialité, et son noyau, son centre spirituel, son centre perfectible, qui fera de lui un homme universel.

 

Le Franc-Maçon démiurge de sa véritable personnalité, passe alors d’une Théoria à une Praxis spirituelle c’est l’initiation maçonnique. Cette recherche de la fraternité adamique est la réalisation ultime de l’individuel à l’universel, c’est la grâce qui l’inonde au plus profond de lui-même, ce n’est que le débordement de cette rosée d’amour qui lui permettra de passer du multiple à l’unique.

 

Etre capable de créer une harmonie entre l’extérieur et l’intérieur, atteindre un niveau le plus élevé possible de transfiguration, de resplendeur. C’est un véritable combat intérieur.

 

Après avoir construit cette citadelle intérieure pour abriter le meilleur de lui-même il lui faudra combattre et transmettre. Combattre comme les chevaliers légendaires évoqués par Henri Corbin dans le Soufisme de l’Islam ou Chrétien de Troyes dans la matière de Bretagne. Ce travail constant qui apparaît à son commencement comme un fardeau, devient une délivrance de l’esprit, véritable bonheur de la liberté. Cette spiritualité grossissante diffuse la lumière de la miséricorde autour de lui.

 

La crainte qui plane aujourd’hui sur notre société est le dévoiement de cette recherche de l’homme adamique en une réification de l’humain, c’est à dire, la tentation de transformer le virtuel, l’abstrait en concret, c’est possible, c’est, a la portée des techno sciences.

Instituer le contrôle total de l’homme par la science, ce serait céder au règne de la rationalité intégrale, sans aucune limite, l’avènement de la démesure, cette hubris des grecs. Mais aussi la fin de l’homme en tant que Nec plus ultra. La fin de l’homme adamique, constitué de la double substance matérielle et spirituelle, la naissance d’un Golem fait uniquement d’argile, il manquera alors à l’homme sa moitié spirituelle, la seule qui lui permette une véritable élévation, un véritable perfectionnement, ce souffle de la parole perdue, de la parole d’amour, qui aura quitté notre humanité. Les apparences auront triomphées sur la vérité, comment alors vivre ensemble, si je ne te reconnais plus mon Frère que par l’écorce de tes vêtements, ton paraître en ignorant ton être véritable ?

 

JF.

A LA RECHERCHE DE L'HOMME ADAMIQUE

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog